Archives quotidiennes : 17/06/2012

Sept anti-fascistes en garde-à-vue à Hénin-Beaumont

En ce deuxième tour des législatives, face aux menaces de provocation de l’extrême-droite à Hénin-Beaumont, surtout après la défaite de leur dirigeante Marine Le Pen, un rassemblement anti-fasciste était organisé ce 17 juin devant l’hôtel de ville.

On vient d’apprendre que la police est intervenue pour réprimer ce rassemblement et que sept anti-fascistes sont actuellement en garde à vue.

[AA communiqué] Arrestations de 7 antifascistes à Henin-Beaumont

Grève et manifestation des salariés de Veolia Eau à Toulon

Var Matin, 17 juin 2012 :

L’ensemble des syndicats de Veolia Eau a lancé un appel à une grève reconductible à partir de lundi. Ce mouvement est qualifié « d’historique » par la CGT, qui signe un communiqué commun avec FO et la CFDT pour lancer ce mouvement.

Cette grève, nationale, est reconductible chaque jour, à l’issue de votes en assemblées générales. Les syndicats expliquent qu’ils ont été poussés à ce mode d’action par une direction « qui campe sur ses positions et refuse toute discussion depuis fin 2001 » souligne Cédric Colomb, pour la CGT. Les négociations annuelles obligatoires (NAO) ont été un échec, la direction proposant une augmentation générale de 0,5 %. « Soit même pas 10 euros brut par mois » détaille Cédric Colomb. Les syndicats réclament 90 euros. « Il faut savoir que ces 10 dernières années, les augmentations ont été comprises entre 1 % et 0,8 %, sauf l’an dernier », précise le syndicaliste. De plus, les salariés vont perdre en moyenne 700 euros cette année à cause de la baisse de l’intéressement « malgré des bénéfices toujours conséquents de Veolia Eau ».

Lire la suite

Madrid : Manifestation aux cris de « voleurs » devant Bankia

ATS, 17 juin 2012 :

Tapant pour certains sur des tambours et des casseroles, et aux cris de « voleurs », des milliers de personnes ont manifesté samedi devant le siège de Bankia à Madrid. Ils ont fustigé le sauvetage public de la banque qui a précipité une crise financière et un plan d’aide européen d’envergure.

Les manifestants avaient auparavant défilé pendant deux heures, à l’appel de plusieurs groupes du mouvement des « indignés », né en mai 2011 de l’exaspération à l’égard de la crise, pour dénoncer la corruption et l’incapacité des politiques à en sortir.

Sur le chemin, ils ont collé des affiches sur chaque succursale de Bankia où on pouvait lire: « cette banque trompe, escroque, et jette les gens à la rue », faisant allusion aux expulsions en série de propriétaires ne pouvant plus payer leur crédit et aux « produits toxiques » vendus par la banque.

Lire la suite

Lisbonne : Forte mobilisation contre l’austérité

Le Matin, 17 juin 2012 :

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Lisbonne, pour protester contre les mesures d’austérité mises en œuvre par le gouvernement de centre-droit dans le cadre du plan d’assistance financière internationale.

«Il est nécessaire et urgent de mettre en place une politique différente», «le pays ne se redressera pas avec une politique de droite», ou encore «FMI dehors», scandaient les manifestants qui ont défilé le long de l’avenue de la «Liberdade» (Liberté) au cœur de Lisbonne, à l’appel de la CGTP, principale confédération syndicale portugaise, proche du parti communiste.

Les organisateurs s’attendaient à une participation de plus de 30.000 personnes pour cette journée de mobilisation «contre l’appauvrissement et l’exploitation des travailleurs».

Sous assistance de l’Union européenne et du Fonds monétaire International depuis mai 2011, le Portugal s’est engagé à mettre en œuvre un vaste programme de rigueur et de réformes en échange d’un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros sur trois ans.

Lire la suite

La grève des mineurs gagne l’Espagne

L’Humanité, 17 juin 2012 :

Le 18 juin sera une journée nationale de solidarité avec le secteur du charbon.

Nationales et autoroutes coupées, manifestations et marches de nuit… Après dix-neuf jours de grève illimitée, les mineurs des régions espagnoles des Asturies, d’Aragon et de Leon ne désarment pas. Ce conflit social, l’un des plus importants depuis la grève de 1962 qui ébranla le régime franquiste, est pourtant réduit à la portion congrue dans la presse et méprisé par le gouvernement de droite de Mariano Rajoy qui a décidé de mettre à mort les bassins miniers du charbon. Face à cette censure politico-médiatique, les soutiens affluent. Le 18 juin sera une journée nationale de solidarité avec le mouvement. Les mineurs du charbon ont par ailleurs reçu le soutien de leurs homologues argentins, portugais, états-uniens, australiens et anglais. Ces derniers, qui avaient bénéficié de l’appui des gueules noires espagnoles lorsqu’ils livraient un bras de fer avec le premier ministre britannique, Margaret Thatcher, ont lancé une collecte afin d’aider financièrement les mineurs en grève. « L’État espagnol vous tombe dessus comme l’a fait l’État britannique entre 1984 et 1985, et alors que les mineurs espagnols nous avaient soutenu avec courage », a rappelé, dans une lettre, Bob Crow, le secrétaire général de RMT, le principal syndicat des transports anglais.

Lire la suite

24 juin : journée internationale de solidarité avec la lutte des étudiants du Québec

Appel de l’Initiative Communiste-Ouvrière pour le 24 juin, journée internationale de solidarité avec la lutte des étudiants du Québec.

24 juin : journée internationale de solidarité avec la lutte des étudiants du Québec

Des deux côtés de l’Atlantique, une même lutte contre l’austérité et pour défendre nos libertés

Depuis quatre mois, les étudiants du Québec sont en lutte contre une hausse de 75% sur cinq ans des frais de scolarité. Au Canada comme en France, en Amérique comme en Europe, c’est la même politique qu’imposent les gouvernements : faire payer la population pour la crise et les dettes d’une minorité de capitalistes. Depuis quatre mois, les étudiants du Québec sont en grève et manifestent toutes les nuits à Montréal et dans les autres villes de la province. Cette lutte attire la sympathie d’une grande majorité de la population québecoise qui fait elle aussi face aux attaques du gouvernement et du patronat, et c’est ainsi que des actions et manifestations communes ont eu lieu avec les ouvriers lock-outés de Rio Tinto Alcan (RTA) par exemple.

Face au mouvement des étudiants, un des plus longs et des plus massifs de l’histoire du Canada, le gouvernement québecois a décidé le 18 mai d’une loi spéciale (la loi 78) qui restreint fortement le droit de manifester et la liberté de rassemblement de plus de 25 personnes. Cela n’a pas empêcher les étudiants de continuer leurs manifestations, malgré la répression et les arrestations (près de 200 pour la seule manifestation du 21 mai à Montréal par exemple). C’est dans ce contexte que les organisations étudiantes québecoises appellent à des actions de solidarité à l’échelle internationale le 24 juin 2012.

Lire la suite

Solidarité avec les mineurs espagnols en grève !

Communiqué du Spanish Miners’ Solidarity Committee et lettre d’un mineur asturien, publiés par Mille Babords, 16 juin 2012 :

Les mineurs de charbon espagnols, principalement localisés dans les Asturies, dans le nord du pays, se sont mis en grève illimitée depuis la fin du mois de mai contre les mesures d’austérité du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy.

Alimentée par la spéculation immobilière massive – une bulle spéculative qui a maintenant bel et bien éclatée – les diktats du FMI et par la détérioration de la crise capitaliste, l’économie espagnole a plongé dans la récession au deuxième semestre de 2008 et, depuis lors, des millions d’emplois ont été perdus. Avec 30 milliards d’euros de réductions budgétaires, ainsi que d’énormes augmentations d’impôts, l’Espagne connaît désormais l’un des taux de chômage les plus élevés dans l’UE.

Les mineurs ont réagi avec colère face à la volonté du pouvoir de réduire de 60% les subventions gouvernementales accordées à l’industrie minière. Cette réduction signifie à coup la destruction de cette industrie et fera sombrer les régions qui dépendent du charbon dans la misère noire. Environ 8.000 emplois sont en jeu et les syndicats estiment que 30.000 autres seront indirectement touchés.

Lire la suite