Archives quotidiennes : 15/06/2012

Grève chez Sealynx, travailleurs de Renault solidaires

Les travailleurs de Sealynx – Charleval dans l’Eure – sont en grève depuis lundi. Ils revendiquent l’intégration de l’usine au groupe Renault (85% de leurs productions sont destinées à Renault). Après une semaine de grève, la rupture de stock de joints se fait ressentir chez SOVAB, monteur des Master Renault. L’usine de Batilly en Meurthe et Moselle est à l’arrêt.

Communiqué de l’intersyndicale CDTM, CGT, CFTC et CGC de Sealynx au Comité d’Entreprise du 13 juin 2012

REVENDICATIONS DE L’ENSEMBLE DES SALARIES DE SEALYNX TRANSIERES

L’effectif de Transières est passé de :

– Plus de 1 000 salariés en 2006
– à 719 à l’ouverture du précédent redressement judiciaire de décembre 2010
– puis 500 salariés aujourd’hui après la cession à RUIA, avec le soutien de
Renault et PSA.

Les salariés de Transières n’accepteront pas de nouveaux licenciements alors même que :

Nos clients ont pris des engagements en terme de commandes, signés dans le protocole de fin de conflit d’avril 2011 et dans le jugement de cession du 16 mai 2011 ayant pour effet de maintenir le niveau d’emploi et d’activité actuels.

Le recours à l’intérim est massif.

Lire la suite

Lille : les salariés de l’enseigne le Printemps manifestent

Nord Eclair du 14 juin 2012 :

Cet après midi vers 15h, une quarantaine d’employées du Printemps ont défilé dans le magasin rue nationale à Lille. Sous la bannière de la CGT, elles ont réclamé des augmentations de salaires et protesté contre leurs condition de travail et la chute des effectifs.

Alors que les négociations annuelles obligatoires se déroulent entre la direction et les représentants du personnel, les employées du Printemps de Lille manifestent pour interpeller leur direction sur la dégradation de leurs conditions et du rythme de travail. En cause : les coupes dans le personnel, un millier d’emplois perdus au niveau national en trois ans selon la CGT. La faiblesse des salaires « à peine supérieurs au SMIC » même pour les plus anciens, et l’autre grand grief des salariées. La manifestation s’est déroulée dans le calme et s’est dispersée à 16h30.

Grève à Obernai Supra.

DNA du 14 juin 2012 :

30 à 40 salariés de l’usine Supra d’Obernai (fabrication d’appareils de chauffage) sont en grève depuis ce matin 9 h pour protester contre le plan social.

Grève des employés de Supra pour manifester contre le plan social, le 9 juin dernier

Grève des employés de Supra pour manifester contre le plan social, le 9 juin dernier

Mais ce mouvement, le troisième en moins d’une semaine, va s’arrêter à 13 h. La participation relativement faible et les propositions de la direction ont convaincu les salariés de reprendre le travail.

Deux nouveaux suicides chez France Télécom

Le Parisien du 15 juin 2012 :

Deux salariés ont récemment mis fin à leurs jours. De quoi ranimer de douloureux souvenirs chez France Télécom.

Depuis le début de l’année, 4 personnes travaillant pour France Télécom se sont suicidées.

Depuis le début de l’année, 4 personnes travaillant pour France Télécom se sont suicidées.

En l’espace d’à peine deux semaines, deux salariés de France Télécom ont, selon nos informations, mis fin à leurs jours. Le premier, un homme de 53 ans, travaillait sur le site de Noisy (Seine-Saint-Denis) à la direction immobilière. La seconde, une femme enceinte d’une trentaine d’années, officiait sur le site d’Arcueil (Val-de-Marne). 

Les deux victimes se sont suicidées chez elles et n’ont pas laissé de lettres pour expliquer leur geste. « Leurs familles ne souhaitent pas médiatiser ces affaires », explique un proche du dossier.

Il est pour l’heure impossible de déterminer si ces actes désespérés ont un lien avec leur activité professionnelle. Le salarié de Noisy était ainsi en pleine procédure de divorce. « Les enquêtes sont en cours », explique-t-on au siège de France Télécom.

Lire la suite

40 postes supprimés à l’hôpital Delafontaine

Le Parisien du 15 juin 2012 :

Les syndicats et le conseil de surveillance de l’hôpital de Saint-Denis se rassemblent aujourd’hui pour dénoncer des coupes budgétaires et des suppressions de postes.

Le hall d’accueil de l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis risque d’être un peu exigu ce midi. L’intersyndicale et le conseil de surveillance de l’établissement appellent les salariés, les malades et les élus à s’y rassembler à 13h30 pour dénoncer la coupe budgétaire dont est victime le centre hospitalier.

SAINT-DENIS, HÔPITAL DELAFONTAINE. HIER. Une employée de 44 ans, mère de deux enfants, s’est jetée hier matin par une fenêtre du 9e étage de ce bâtiment.

SAINT-DENIS, HÔPITAL DELAFONTAINE. HIER. Une employée de 44 ans, mère de deux enfants, s’est jetée hier matin par une fenêtre du 9e étage de ce bâtiment.

L’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France a revu ses subventions à la baisse pour 2012. L’hôpital Delafontaine va ainsi toucher 2,8 M€ de moins que prévu. Ces restrictions budgétaires concernent l’ensemble des hôpitaux franciliens, à hauteur de 38 M€, dont la moitié répercutée sur l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Lire la suite

Les salariés de TRW et de Cimest manifestent pour dénoncer 400 emplois en péril.

L’Usine Nouvelle du 15 juin 2012 :

Soutenus par les maires de la vallée vosgienne de la Moselle, les salariés des équipementiers TRW et Cimest manifestent ce vendredi pour dénoncer les menaces qui pèsent sur leur site.

Dans les Vosges, la vallée de la Moselle tout entière se mobilise ce vendredi 15 juin pour dénoncer le risque de fermeture de deux équipementiers qui ferait perdre quelque 400 emplois dans un territoire déjà saigné par la déroute de l’industrie textile.

La journée sera marquée par des opérations escargot, la fermeture des écoles et des commerces, une manifestation à Remiremont puis une table ronde associant syndicats, élus et représentants de l’UIMM.

Après la cessation de paiement de Cimest à Rupt-sur-Moselle, c’est au tour des salariés de TRW de Ramonchamp de redouter la fermeture. « Dans les deux cas, les maisons mères affichent des bénéfices. Mais les sites de production vosgien, qui ne disposent d’aucune autonomie vis-à-vis de leur direction, perdent de l’argent« , souligne Ralph Blindauer, avocat de la CGT.

Lire la suite

Grève à l’Opéra Royal de Wallonie

RTC, 15 juin 2012 :

La première de « Manon » de l’Opéra Royal de Wallonie à Liège a dû être annulée jeudi soir à la suite d’un mouvement de grève des travailleurs de l’institution, qui avaient déposé un préavis en avril dernier pour protester contre la compression du personnel et les « trente équivalents temps-plein perdus depuis 2008 », selon Marc Tissons .

« Suite au dépôt de ce préavis, nous avons travaillé en groupe de travail avec la direction pour faire le point sur nos désaccords », explique le syndicaliste. « Mais les documents qui nous ont été remis pour préparer la dernière réunion de ce groupe de travail, prévue vendredi, ne contenaient rien de ce que nous demandions. Nous avons la nette impression que la direction et le conseil d’administration ont voulu jouer la montre. Nous sommes tous conscients que le problème principal se situe au niveau du financement par la Communauté française et ce n’est pas de gaieté de coeur qu’on empêche une représentation mais nous estimons qu’en décrétant un gel des embauches, le CA brûle les étapes ». La directrice de la communication à l’ORW, Martine Van Zuylen, affirme ne pas comprendre ce mouvement de grève, « alors qu’une réunion devait encore avoir lieu ce vendredi ». « Cela fait deux mois qu’on a déposé un préavis de grève et ce sont deux mois de perdus où on n’a pas avancé », rétorque le SETCa. La prochaine représentation de « Manon », prévue dimanche, devrait avoir lieu.

Les Saoudiennes remontent au créneau pour avoir le droit de conduire

L’Orient le Jour, 14 juin 2012 :

« Nous voulons uniquement jouir du droit de conduire comme toutes les femmes du monde », expliquent les signataires d’une pétition adressée au roi Abdallah.

Un an après avoir lancé une campagne active, Women2Drive, sur Facebook et Twitter (@Women2Drive) pour obtenir le droit de conduire, les Saoudiennes lancent un nouvel appel. Des militantes ont mis en ligne mercredi une pétition adressée au roi Abdallah, réclamant le droit des femmes à conduire.

L’Arabie saoudite, royaume ultraconservateur où une interprétation rigoriste de l’islam est appliquée, est le seul pays au monde où les femmes n’ont pas le droit de conduire. Aucune loi ne leur interdit de conduire, mais les autorités se fondent sur un édit religieux (fatwa) dans lequel de puissants religieux et des milieux conservateurs se disent contre le droit de la femme de conduire. Les femmes doivent donc engager un chauffeur ou, si elles n’en ont pas les moyens, dépendre du bon vouloir des hommes de leur famille. Elles sont en outre obligées de sortir voilées et ne peuvent voyager sans escorte de leur mari ou d’un proche.

Lire la suite

Metz : Manifestation contre la criminalisation des luttes sociales

Communiqué de la Fédération des Travailleurs-euses de l’Éducation CNT :

Solidarité avec notre camarade Fouad ! Amnistie de tous les condamnés du mouvement social !
Manifestation à Metz le samedi 16 juin 2012

Au printemps 2006, le gouvernement UMP de De Villepin tentait d’imposer à la jeunesse et aux travailleurs.euses le CPE (Contrat de Première Embauche), véritable outil de précarisation et de flexibilité du travail, énième réforme destinée à assouvir les velléités de profits du patronat.

Cette année là le mouvement de protestation n’avait pas tergiversé. Au départ des grands campus universitaires, le mouvement s’était rapidement étendu à l’immense majorité des universités du pays, avant que les lycées eux aussi, ne se mobilisent dans la grève, et les blocages. Mais très vite, ce sont les salarié-e-s et les organisations ouvrières qui avaient rejoint la rue pour combattre cette réforme antisociale. Travailleurs et travailleuses en grève, parfois reconductible, dans le privé comme le public, avaient alors mené une lutte acharnée, multipliant pendant des mois manifestations, piquets de grève, et actions de blocage économique.

Lire la suite

Qatar : la face cachée de la Coupe du Monde 2022

Marianne, 14 juin 2012 :

En plein Euro de foot, l’association Human Rights Watch vient juste de publier un rapport de 150 pages sur les conditions de travail des ouvriers pour l’essentiel immigrés qui oeuvrent à la construction du paradis artificiel et footballistique qui doit accueillir la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Si les investissements financiers sont estimés à 160 milliards de dollars, impossible d’évaluer le coût humain de ce projet pharaonique dont le riche émirat pétrolier se soucie fort peu.

Une Coupe du Monde achetée par les pétrodollars et le lobbying bienvenu mais pas gratuit de stars comme Zidane ou Guardiola, des stades démontables, construits au milieu de nulle part climatisés à l’énergie solaire, un événement mondial organisé dans un pays grand comme le département de la Gironde dont la passion pour le foot fluctue au gré des coups de coeur du Cheikh Al Thani et des placements du fonds souverain qatari.

Selon le rapport de Construction News qui regroupe les analyses d’un spécialiste allemand de la finance, l’organisation du plus grand évènement sportif de la planète devrait coûter 160 milliards d’euros environ à l’émirat qatari : 124 milliards d’euros pour les stades et 36 milliards pour les infrastructures de transport. A elle seule, la climatisation dans les stades (pour régler ce fameux problème de chaleur) devrait couter 35 milliards d’euros. Enfin, une ville entière nommée Lusail sera créée. Elle surplombera le stade qui accueillera le match d’ouverture et la finale. Montant de la facture: 32 milliards d’euros.

Lire la suite