Illzach : « Schindler bénéficiaire, Schindler nous enterre »

L’Alsace, 12 juin 2012 :

À Illzach, les salariés d’ECS Schindler ont manifesté hier contre la décision de leur groupe d’arrêter la fabrication de cabines d’ascenseurs sur le site, une décision qui condamne 96 postes sur 123.

« Sauvons nos emplois » ; « Schindler bénéficiaire, Schindler nous enterre » ; « Bientôt plus d’ascenseurs en France »… En déclinant divers slogans, une grande partie du personnel du site ECS Schindler d’Illzach a manifesté hier matin au départ de l’entreprise et jusqu’à la mairie, après une première journée de grève vendredi.

On sait que le groupe suisse a annoncé en janvier dernier l’arrêt de la production de cabines d’ascenseurs à Illzach à l’échéance de juillet 2013, une décision qui devrait entraîner la suppression de 96 postes sur les 123 du site. Le calendrier de mise en œuvre du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) se précise : la direction a convoqué pour ce vendredi 15 juin la première réunion du comité d’entreprise sur les mesures sociales d’accompagnement du projet. C’est ce qui a provoqué « la colère » du personnel et la grève entamée vendredi : « Nous exigeons au préalable qu’il y ait une table-rondeen présence des actionnaires suisses, les vrais décisionnaires », explique Florent Diestch, le secrétaire du CE.

La direction d’ECS avance de son côté sa volonté « d’achever la procédure légale avant le début des congés d’été pour que chacun puisse avoir à ce moment-là une visibilité sur sa situation personnelle ». Elle assure que « l’ouverture de la procédure officielle n’empêchera pas de mener, en parallèle, des négociations avec les organisations syndicales » et « réaffirme sa volonté de tout mettre en œuvre […] pour trouver une solution de reclassement adaptée pour les salariés concernés ».

Mais ces derniers n’acceptent pas la décision d’arrêter la fabrication de cabines à Illzach, avec en parallèle un projet de développement en Slovaquie. « Si encore notre groupe était déficitaire… Mais il se vante au contraire de faire des bénéfices record. Il va aller faire travailler des gens en Slovaquie pour 400 € par mois pour faire encore plus de profits », commentent beaucoup. La tristesse et l’inquiétude sont d’autant plus vives qu’une grande partie du personnel travaille de longue date dans l’entreprise. « Cette boîte, c’est presque une famille. On est beaucoup à avoir entre 40 et 55 ans. Pour les reclassements, ça ne sera pas facile », observe par exemple Christine, 45 ans, agent d’accueil, qui a 23 ans d’ancienneté. « La perspective de se retrouver à la rue après 25 ans dans cette entreprise, c’est difficile à gérer », témoigne aussi Christophe, agent de fabrication et cariste, en espérant que son diplôme de chaudronnier lui permettra de rebondir.

À l’arrivée des manifestants à l’hôtel de ville d’Illzach, une délégation a été reçue par le maire, Daniel Eckenspieller. L’élu a présenté la lettre qu’il a préparée pour Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. Il y fait valoir le savoir-faire des salariés de l’unité illzachoise, « qui existe depuis 50 ans et produit actuellement entre 8 000 et 10 000 cabines d’ascenseurs par an, une capacité qui pourrait encore être accrue moyennant les investissements adéquats », plaide-t-il. « Le ministre est déjà au courant de notre situation, mais ça ne bouge pas. Ça fait quatre mois qu’on est en lutte et on n’est même pas dans la liste nationale des plans sociaux », se désole Florent Diestch. Mais une délégation de l’usine illzachoise sera reçue au ministère avec Malika Schmidlin Ben M’Barek, la candidate socialiste aux législatives dans la circonscription de Mulhouse-Illzach, a annoncé hier cette dernière, venue soutenir les « Schindler ». Comme le député sortant Francis Hillmeyer.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s