Égypte : une manifestation contre le harcèlement sexuel attaquée.

le 9 juin, Le Point :

Des femmes qui protestaient contre les agressions sexuelles dont elles sont victimes ont été molestées. Récit.

Une femme manifeste sur la place Tahrir, le 27 janvier 2012.

Une femme manifeste sur la place Tahrir, le 27 janvier 2012.

La place Tahrir crie souvent au loup. Un signe inquiétant, un slogan bizarre, la foule s’effarouche, court sans savoir où ni pourquoi. Et très vite, les manifestants se reprennent, refluent sur les lieux pour protester d’autant plus fort que la panique a été grande. Ce sont les cavalcades de Tahrir.

Vendredi, la place n’était pas dans ses bons jours. Après quelques jours de manifestations exceptionnelles, certaines comparables à celles qui ont précédé la chute du régime, la mobilisation s’essoufflait. Dans ces moments-là, de Commune révolutionnaire, la place se transforme en marché du Temple, et beaucoup de manifestants, en badauds désoeuvrés.

Pour les femmes, les petites agressions sont courantes. « C’est toujours le même schéma, explique une manifestante. Le soir, les filles se font agresser au début de la rue Mohamed-Mahmoud (théâtre des émeutes de novembre 2011, NDLR) et se font attirer dans les petites ruelles. Les agresseurs vont de plus en plus loin. » D’autant plus loin qu’ils restent impunis. Le mot était passé parmi les manifestantes : éviter le début de la rue Mohamed-Mahmoud, ne pas s’approcher des ruelles. Et continuer, pourtant, surtout, à protester contre le régime.

Chaos

Vendredi, quelques activistes avaient appelé à une mobilisationcontre le harcèlement sexuel, véritable fléau en ÉgypteSally Zohney, révolutionnaire de longue date et graffeuse à ses heures, faisait partie des organisatrices : « Ça devient de pire en pire. J’ai été agressée la première fois le 8 juillet 2011. Depuis, ça n’arrête pas. On a atteint le point où les femmes sont déshabillées dans la foule. » Si les autorités laissent faire, voire participent au harcèlement, il faut montrer que les femmes ne restent pas sans réagir. L’idée est de manifester sur le lieu précis où les agressions sont les plus nombreuses.

Pendant une heure, la manifestation se déroulait normalement, malgré une hostilité palpable dans la foule très masculine, d’après une manifestante. Et vers 20 heures, alors que la rue Mohamed-Mahmoud plongeait dans l’obscurité, la mobilisation s’est transformée en marche vers l’une des artères adjacentes à Tahrir. La cinquantaine de femmes, accompagnées de solides compagnons, n’a pas même le temps d’atteindre son but. « Quelqu’un a commencé à agresser l’une d’entre nous, explique Sally Zohney. Celle-ci a répondu en giflant son agresseur et, en quelques secondes, ça a dégénéré en chaos. On a été coincées contre une barrière, battues, déshabillées. »

Espoir

Personne ne sait d’où viennent les assaillants. Les femmes sont extraites les unes après les autres de la mêlée. Sur la place, une cavalcade surprend tout le monde. Certains assurent avoir entendu des coups de feu. Probablement une fausse alerte. Quant aux agresseurs, avant même que la riposte ne s’organise, ils avaient disparu.

« Le harcèlement, c’est social… c’est politique… c’est compliqué », tranche Sally, amère le lendemain de l’agression. Mais elle ne perd pas espoir : « Il faut nous mobiliser, plus forts, plus nombreux, contre le harcèlement. Je suis sûre qu’il y aura d’autres marches contre ces agressions. » Pour les femmes de Tahrir, la meilleure défense, c’est l’attaque.

Une réponse à “Égypte : une manifestation contre le harcèlement sexuel attaquée.

  1. Jeune femme française agressée par un père de cinq enfants immigré en France, non condamné par manque de preuves. Je suis à vos côtés et suis solidaire pour des femmes respectées. Salies, humiliées, rabaissées… tous des qualificatifs avec lesquelles nous devons vivre alors que ce devraient les agresseurs qualifiés comme tel. Pourquoi est-ce à nous d’avoir Honte ? Non ce sont eux les sales bas déchets de la société.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s