Tarnos : Grève à l’Aciérie de l’Atlantique

Sud Ouest, 10 juin 2012 :

Vendredi 8 juin, une cinquantaine de salariés de l’Aciérie de l’Atlantique (CELSA France) se sont rassemblés sur le rond-point des Libertés, à l’entrée de l’usine Boucalo-Tarnosienne. Ils ont reçu le soutien d’une délégation de dockers du port de La Rochelle – La Pallice, du syndicat CGT de Turboméca, d’élus municipaux de Tarnos et Boucau, de candidats aux législatives Front de Gauche et Europe Écologie Les Verts. D’après les représentants des sections syndicales CGT et FO, membres de l’intersyndicale, le débrayage de 24h, du 8 juin à 6 heures au 9 juin à 6 heures, est motivé par « la dégradation des conditions de travail, le non respect des statuts, le recul du pouvoir d’achat, le mutisme de la direction devant la dénonciation de sa politique de répression envers le personnel ».

50 % de grévistes

Selon le délégué CGT, Dominique Chabrol environ 50 % des salariés de l’aciérie seraient en grève pour dire « çela suffit la répression et la pression ». Il précise « qu’à partir du moment où on va à l’encontre de l’encadrement on se fait sanctionner, on a seulement le droit de se taire. On se fait sanctionner par des mises à pied de 1 à 3 jours, voire 1,5 mois sans salaire pour un représentant FO. » Il ajoute « la charge de travail augmente, actuellement on produit 1 million de tonnes d’acier et l’objectif 2012 de la direction est de 1,2 million de tonnes avec un effectif quasi constant d’environ 250 personnes. Parallèlement les augmentations de salaires sont inférieures à l’inflation (+ 0,9 % en 2011 et + 0,6 % en 2012). »

Statut

Selon un autre membre de l’intersyndicale le statut des 24 employés travaillant sur le port ne serait pas respecté, l’inspection de travail l’ayant confirmé et CELSA France serait dans l’illégalité mais temporise. Les personnels dont il est question réclament le statut de docker. En ce qui concerne les autres salariés l’intersyndicale revendique l’application de la convention collective de la sidérurgie et non celle de la métallurgie à laquelle ils seraient abusivement rattachés. Contactée la direction locale de Celsa France a précisé « qu’elle ne fera pas de déclaration a ce sujet ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s