Archives quotidiennes : 05/06/2012

Doux: des menaces de licenciements se précisent, selon les syndicats.

AFP, 5 juin 2012 :

Des premiers licenciements sont envisagés au siège administratif du volailler Doux, leader européen du secteur, ont fait savoir les représentants des salariés à l’issue d’un comité central d’entreprise (CCE) mardi après-midi au siège à Chateaulin.

Des premiers licenciements sont envisagés au siège administratif du volailler Doux, leader européen du secteur, ont fait savoir les représentants des salariés à l'issue d'un comité central d'entreprise (CCE) mardi après-midi au siège à Chateaulin.

Des premiers licenciements sont envisagés au siège administratif du volailler Doux, leader européen du secteur, ont fait savoir les représentants des salariés à l’issue d’un comité central d’entreprise (CCE) mardi après-midi au siège à Chateaulin.

« Il ne faut pas se voiler la face, il y a du licenciement dans l’air (…). On n’a aucune garantie sur les emplois. Ils (la direction) vont commencer (les suppressions d’emplois) par le siège administratif avant d’atteindre les sites. Personne n’est à l’abri au sein du groupe Doux », a affirmé la déléguée syndicale FO, Nadine Hourmant, au sortir de ce CCE convoqué quatre jours après la mise en redressement judiciaire du groupe.

« Nous voulions préserver les emplois mais on va dans une direction complètement différente. Moi je ne cautionne pas ça », a déclaré pour sa part le délégué CFDT de l’entreprise, Jean-Luc Guillart.

« Il (le directeur général) nous a dit: +la première vague de licenciement, c’est l’administratif+. A partir de demain, on est reparti pour des plans de licenciements incessants dans le groupe », a indiqué de son côté le délégué CGT, Raymond Gouiffes.

Lire la suite

Publicités

Florange : les ArcelorMittal «maintiennent la pression sur la direction».

AFP, le 5 juin 2012 :

Une cinquantaine d’ouvriers de l’usine ArcelorMittal de Florange (Moselle) ont bloqué mardi les sorties de coke de l’usine à chaud du site «pour maintenir la pression sur la direction» du groupe sidérurgique.

Des employés de laciérie ArcelorMittal le 11 avril 2012 à Florange

Dans la matinée, les métallurgistes ont pris position devant un train de 22 wagons de coke au passage à niveau de Daspich et ont vidé sur la chaussée deux wagons contenant quelque cinquante tonnes de coke, a-t-on précisé de mêmes sources. Le coke, qui sert à alimenter les hauts-fourneaux, devait être acheminé à l’aciérie ArcelorMittal de Dunkerque (Nord).

«Ce n’est pas parce que l’intersyndicale a été reçue (lundi) à l’Elysée par le président François Hollande que nous devons abandonner, localement, le terrain», a expliqué le responsable FO Walter Brocolli.

«Avec cette action, nous voulons nous rappeler au bon souvenir de notre direction générale», a poursuivi le leader de la CGT, Jean Mangin, en annonçant pour l’été «une action par semaine».

Lire la suite

Vidéos : Protestation à la 101ème conférence de l’OIT

Le 5 juin 2012, un groupe de militants du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran ont manifesté lors de la 101ème session de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) afin de dénoncer la présence de la République Islamique d’Iran qui emprisonne, torture, et condamne à mort des militants ouvriers et syndicalistes.

Compte-rendu de l’action en français, farsi, allemand et anglais :

L’Echo de la voix des travailleurs iraniens à l’OIT

Pour la septième année consécutive, des militants du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran ont profité de la conférence de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Genève pour dénoncer la présence de la République Islamique d’Iran, régime qui emprisonne, torture et même assassine les militants ouvriers et syndicalistes.

Des militants ont brandi une banderole rouge avec le slogan « Iran out of ILO » (Iran hors de l’OIT) devant la cafétéria de l’OIT où se trouvaient plusieurs délégués dont ceux du régime islamique. D’autres camarades ont alors brandi des portraits de militants ouvriers emprisonnés en lançant des slogans hostiles au régime islamique en anglais, allemand et farsi, et ce jusqu’à ce que la sécurité les mette dehors.

Lire la suite

La Réunion : La grève se poursuit aujourd’hui chez Citalis

http://www.clicanoo.re

Aucune négociation ne s’est tenue hier entre la direction de la Sodiparc et les grévistes, qui demandent l’application des augmentations de salaires (+3%) à partir du 1er janvier. De nombreux lycéens ont dû trouver hier un autre moyen de transport. Et cela devrait continuer aujourd’hui.

SAINT-DENIS

Pour circuler dans Saint-Denis hier, il ne fallait pas compter sur les autobus Citalis. La grève des salariés de la Sodiparc, suivie par 160 des 250 agents, a obligé la direction à organiser le trafic.

Plutôt qu’un « service minimum » qui aurait provoqué panique et prise d’assaut des rares véhicules en circulation, elle a préféré suspendre les principales lignes de Saint-Denis. Les lignes 5, 6, 7, 8, 10, 11, 12, 13 et 14 sont donc interrompues.

En revanche, les autres lignes (Sainte-Suzanne, Sainte-Marie et les hauts de Saint-Denis) fonctionnent normalement, notamment parce qu’elles sont gérées par d’autres sociétés (sous-traitantes ou co-traitantes) que la Sodiparc.

Lire la suite

Aux délégués à la 101ème conférence de l’OIT

Aux délégué(e)s à la 101ème session de la Organisation Internationale du Travail (OIT) qui se tient à Genève depuis le 30 mai et qui veulent protester contre la présence des bourreaux de la République Islamique d’Iran, vous pouvez :

– Participer au rassemblement le 6 juin à 12 heures Place des Nations à Genève (voir l’appel des syndicats CGT, CFDT, UNSA, FSU et Solidaires, l‘appel du Comité de Solidarité Internationale – Iran, l’appel du PCOI et de l’Initiative Communiste-Ouvrière)

Lire la suite

Soutien aux greffiers en grève de la faim. La police empêche un sit-in devant le tribunal de Sidi M’hamed.

Abder Bettache – Alger (Le Soir), rapporté par un camarade du PST algérien:

La police empêche un sit-in devant le tribunal de Sidi M’hamed.

En guise de soutien à leurs collègues en grève de la faim, cinq greffiers syndicalistes, affiliés au Snapap, ont tenté hier d’observer une grève de la faim devant le tribunal correctionnel de Sidi M’hamed, qui abrite également le siège du pôle judiciaire spécialisé du Centre.

Toutefois, l’action décidée la veille a été avortée suite à l’intervention des éléments de la Sûreté nationale qui a évacué les protestataires, à peine deux heures après qu’ils aient commencé leur grève. Selon des greffiers, cette action a été initiée par le comité de soutien aux greffiers grévistes, qui lance un cri de détresse au ministère de la Justice et à «tous ceux qui défendent les droits syndicaux et les droits des travailleurs ».

La coordinatrice du comité de soutien Yamina Maghraoui, expliquera que la grève de la faim des greffiers, «ne semble inquiéter personne en ce qui concerne l’état de santé des personnes en grève qui se détériore». Il ne se passe pas un jour, selon elle, sans que des grévistes ne soient évacués en urgence vers l’hôpital » Pour ledit comité, «il y a urgence à instaurer un dialogue entre le syndicat des greffiers et le ministère de tutelle, avant que les choses ne prennent une tournure grave, puisque chaque jour on se rapproche de la catastrophe, sans que les responsables ne lèvent le petit doigt».

Lire la suite