Cab (Belfort) : Le ras-le-bol des employés en charge des ordures ménagères

Le Pays, 22 mai 2012 :

Hier matin, aux ateliers municipaux de Belfort, les employés en grève, chargés du ramassage des ordures ménagères, se relayaient. Il y a huit jours, ils ont envoyé un préavis de grève au président de la Communauté d’agglomération belfortaine (Cab), Étienne Butzbach. Les motifs de ce mouvement : un ensemble de mécontentements sur le plan salarial et sur l’organisation du service.

« Nous avons présenté un cahier de revendications portant essentiellement sur des explications concernant les changements de grades, l’embauche d’un vacataire, la perte de pouvoir d’achat, les augmentations de salaire, la surcharge de travail liée à la modification des collectes et la mise en place du tri sélectif, expliquent Frédéric Gazel et Michaël Pierre, porte-parole du personnel. Nous demandons aussi une indemnité spécifique qui tienne compte de la pénibilité de notre travail et des intempéries. Jusqu’ici, nous n’avons qu’une prime d’insalubrité. »

Les grévistes reprochent aussi, depuis hier, un manque de dialogue avec la hiérarchie et des problèmes récurrents avec un chef de service. « Tout cela entraîne une insatisfaction générale, précise Michaël Pierre. Nous avons été reçus deux fois à la mairie, la semaine dernière le lundi et vendredi après-midi, soit cinq heures de négociations d’où il n’est rien sorti. Ce matin (NDLR : hier), nous avons eu la visite de plusieurs élus, dont Maurice Schwartz, vice-président de la Cab. »

Ce dernier explique que la position des élus est claire : « En ce qui concerne la rémunération, les employés demandent une prime de 15 € par jour travaillé, soit une augmentation annuelle de 3300 €. La collectivité n’a pas les moyens de satisfaire une telle demande. Dans la fonction publique, les salaires, c’est l’affaire de l’État. Je ne nie pas qu’en dix ans, leur pouvoir d’achat a baissé de 10 à 12 % à la suite de la baisse de la valeur du point décidée par l’ex-gouvernement. Les augmentations de salaires doivent se négocier entre les syndicats et le nouveau gouvernement. »

L’élu rappelle que, de son côté, il a négocié avec les syndicats une revalorisation de la prime de fin d’année de 300 €, la portant à 1500 € et qu’il s’est engagé depuis trois ans à réaliser un effort concernant la catégorie C.

« Pour les changements de grade, je me suis aussi engagé à passer tous les agents au grade d’agent technique 1 re classe, équivalent à agent de maîtrise, trois ans avant leur retraite et nous avons accepté, à la suite de leur demande, une organisation du temps de travail qui permette les heures supplémentaires avec les primes qui vont avec, poursuit Maurice Schwartz. Dans ce service, les mieux payés touchent entre 1500 et 2500 € net, les moins payés 1200 €. Ce sont des salaires corrects, surtout en temps de crise. » L’élu rappelle aussi que le budget « ordures ménagères » est autonome et financé par les ménages par le biais de la taxe sur les ordures ménagères (TOM). « Si on augmente les dépenses de fonctionnement, on est obligé d’augmenter d’un ou deux points la TOM et il n’est pas certain que les ménages qui subissent la crise de plein fouet comprennent. »

Ce matin, les grévistes devaient décider de la poursuite ou non du mouvement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s