Grève contre les licenciements chez Nabors à Hassi Messaoud

Le Temps d’Algérie, 16 mai 2012 :

Entre 75 et 100 travailleurs de la compagnie américaine de forage pétrolier Nabors de Hassi Messaoud sont en grève, depuis hier, apprend-on de source sûre. La grève a été déclenchée pour dénoncer des «licenciements abusifs», ajoute notre source. Cette dernière a été décidée suite à la réunion tenue le 12 mai dernier, sur le chantier par le personnel du RIG 779.

Au cours de cette réunion, les travailleurs ont réclamé la présence de l’un des responsables de la société Nabors Briding International «pour éclaircir les choses concernant l’éventuel stand-by», et évoqué «le droit des travailleurs en pareil cas». Entendre par «stand-by», une période de non-productivité qui pourrait avoir lieu malgré la volonté du personnel et des responsables de travailler. Les travailleurs ont, au cours de la réunion, décidé de déposer un préavis de grève si la compagnie Nabors Briding International refuse de dialoguer et de trouver une solution pour les points évoqués. Ils ont, par ailleurs, exigé l’introduction du système du 13e mois, estimant que «c’est un droit des travailleurs, mais qui n’a jamais été pris en considération par la compagnie».

Les travailleurs ont émis des réserves quant à la «méthode stand-by». Ils ont, également, exigé le prolongement du contrat de travail jusqu’au 31 décembre de l’année en cours.Les contestataires ont, d’autre part, exigé la «réintégration de tout le personnel RIG sans exception après la reprise du travail», soit «après le stand-by».

Le préavis de grève déposé à la compagnie fixait à la date du 15 mai (hier, ndlr) le début de la grève, «si les revendications des employés ne sont pas prises en charge». Ainsi, la grève a bien eu lieu et les grévistes d’insister : «Nous sommes déterminés à faire entendre notre voix auprès des responsables de la compagnie, faute de quoi notre grève se poursuivra», diront des employés parmi les contestataires.

Ce n’est pas la première fois que des formes de contestation ont lieu dans une société multinationale ou une compagnie étrangère, en Algérie, mais il est rare que des grèves touchent des compagnies pétrolières étrangères dans le sud du pays.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s