Entreprise Alzinc de Ghazaouet : les travailleurs déposent un préavis de grève.

El Watan.com, le 14 mai 2012 :

La principale revendication figurant dans la requête des travailleurs s’articule autour des augmentations de salaires.

Les représentants des travailleurs de la société algérienne de zinc (Alzinc), filiale du groupe public Metanof, ont déposé un préavis de grève   de 8 jours allant du 8 au 15 mai courant, et ce, conformément à la réglementation en vigueur. Cette décision intervient suite à la position figée de l’entreprise quant aux doléances des travailleurs, apprend-on auprès des protestataires. La principale revendication figurant dans la requête des travailleurs s’articule autour des augmentations de salaires.

En mars 2011, les travailleurs d’Alzinc, qui exigeaient le départ de leur directeur général, ont eu gain de cause. M. Kadi Djamel avait été démis de ses fonctions de directeur général d’Alzinc. Au terme de 10 jours de grève, des travailleurs réclamaient le départ du DG. Il est à signaler que Alzinc Ghazaouet a bénéficié, dans le cadre du programme de restructuration et de mise à niveau des entreprises, d’un financement de l’État pour un montant de 23 millions d’euros. Cet appui financier servira, selon les responsables de cette entreprise, à la réhabilitation des ateliers lixiviation et purification.

Mise à niveau

La mise à niveau de ces deux ateliers constitue une priorité pour les responsables, dans la mesure où leur réhabilitation permet, en premier lieu, d’accroître le taux d’extraction du zinc à 95% et par conséquent l’augmentation de la production qui passera de 36 000 tonnes/an à 42 000 tonnes. Elle a également pour objectif de réduire les émanations des gaz toxiques conformément aux normes nationales. Toutefois, ce nouveau programme de restructuration ne prend pas en charge le recyclage et le transfert des 400 000 tonnes de résidus solides générés pendant des années auparavant et entreposés sur la falaise surplombant l’unité et la mer. Selon les responsables d’Alzinc, un contrat de performance environnemental a été conclu, dans ce sens, avec le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme en 2002.

Cette convention stipule que le transfert des 400 000 tonnes de résidus solides vers le centre d’enfouissement technique de Mezaourou et la décontamination du site seront pris en charge par le ministère de l’Environnement. Or, il n’existe aucun centre d’enfouissement à Mezaourou. Le projet de réalisation d’un CET à Mezaourou est resté à l’état d’une simple étude. Plus encore, le centre d’enfouissement technique d’Addas, qui reçoit actuellement les déchets solides de l’unité, sera saturé au bout d’une année maximum, selon le même responsable. «Ce qui explique que, très prochainement, l’entreprise sera confrontée à un énorme problème de gestion de résidus solides», a-t-il noté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s