Alors que l’élan de solidarité s’élargit autour des grévistes de la faim,un accident mortel endeuille les travailleurs de Cevital

L’Expressiondz.com du 14 mai :

La question d’hygiène et de sécurité dans le complexe Cevital installé dans le centre urbain et sur le site portuaire de la ville de Béjaïa se pose désormais avec acuité suite à l’accident mortel qui a coûté la vie à un jeune employé de 30 ans.

Le siège du groupe Cevital

Le siège du groupe Cevital

Alors que l’élan de solidarité autour des grévistes de la faim s’élargit dans la perspective de la tenue d’un grand rassemblement demain devant le complexe, les travailleurs, déjà très affectés par le licenciement de leurs 16 camarades, sont attristés, une fois de plus, par la perte d’un des leurs suite à l’accident de travail mortel survenu hier matin.

En effet, l’accident de travail mortel qui est survenu hier dans la maison Cevital a endeuillé la grande famille des travailleurs déjà très affectés par le licenciement de 16 de leurs camarades. La tristesse se lisait sur les visages de tous ceux qui étaient sur le site du complexe agroalimentaire de Cevital suite au décès de leur collègue de travail Chaallal Cherif, un jeune employé de trente ans recruté depuis 2008 en qualité de magasinier. Affecté hier pour une autre mission, cariste, qui n’était pas la sienne, le défunt a été fauché à la fleur de l’âge par le Clark sur le quai de la margarine.

Un drame qui survient dans une période particulière marquée essentiellement par la grève de la faim des 16 travailleurs licenciés pour avoir revendiqué justement de meilleures conditions de travail en matière d’hygiène et de sécurité.

Voilà un accident de travail qui relance de plus belle le débat sur les conditions de travail dans le secteur privé notamment. Lequel secteur est marqué par un manque flagrant de sécurité dans l’exercice des fonctions des travailleurs.

Au complexe agroalimentaire de Cevital, les accidents de travail sont légion. Mais il ne faut surtout pas en parler car ceux qui osent le faire auparavant sont congédiés. Mais, après le déclenchement du premier grand mouvement de grève depuis l’implantation de l’usine au port de Béjaïa, la peur a changé de camp. En effet, l’élan de solidarité que les 16 grévistes ont réussi à gagner à leur cause en dit long sur l’avenir de la solidarité des travailleurs au complexe Cevital où les langues se délient enfin depuis que les travailleurs ont pu soulever la chape de plomb qui pesait sur le groupe privé qui a la part du lion dans le marché du sucre et de l’huile. En effet, les travailleurs ont défié la peur. Ils se sont mis en grève pour dénoncer les différences salariales, les conditions lamentables de travail et surtout pour revendiquer le droit à l’exercice du droit syndical. En matière d’hygiène et de sécurité, les travailleurs affirment que les faits sont graves. «Cet accident malheureux, qui a coûté la vie à notre collègue serait passé inaperçu sans le mouvement de grève de la faim de nos camarades licenciés», nous déclare un groupe de travailleurs que nous avons rencontré sur les lieux du site avant d’ajouter: «Nous travaillons durement dans de pénibles conditions. Malheureusement, en l’absence d’un conseil syndical à même de garantir le minimum et revendiquer le nécéssaire, nous ne savons plus à quel saint se vouer.»


Visiblement très affectés, les grévistes de la faim du groupe Cevital ont tenu néanmoins, malgré la fatigue due à près de trois semaines de grève, à être présents et manifester leur tristesse suite à la perte d’un collègue. Ce qui s’est passé dans la matinée d’hier est la raison de la tristesse de tous les travailleurs qui étaient sur les lieux de travail, mais aussi des grévistes de la faim qui ne quittent pas l’entrée principale du complexe depuis le déclenchement de leur mouvement de grève pour exiger leur réintégration.

4 réponses à “Alors que l’élan de solidarité s’élargit autour des grévistes de la faim,un accident mortel endeuille les travailleurs de Cevital

  1. Mr Issad Rabrab est notre Berslusconi national. certains disent certes qu’il vole mais il réinvesti une partie de son butin. je réponds primo, il réinvesti pour continuer à voler par les surfacturations des intrant, les bas salairess et conditions inhumaine d’exploiation., les accidents mortels sont légion sur ses chantiers; j’en était témoin en 2006 sur sont site à Larbaa (2morts et plusieurs blessés).. secondo pas besoin qu’il me fasse la charité de ce qu’il m’a volé.

    J'aime

  2. larabi samir

    COMITE DE SOLIDARITE AUX GREVISTES DE LA FAIM DE CEVITAL

    DECLARATION-APPEL

    Le 18 janvier 2012, l’ensemble des travailleurs du Complexe agroalimentaire de Cévital déclenche une grève d’une journée pour protester contre dures conditions de travail, les humiliantes injustices qu’ils subissent, tout en revendiquant prioritairement la création d’un syndicat et une augmentation salariale conséquente étant que cette entreprise, leader national dans sa filière, a engrangé des centaines de milliards de centimes de bénéfice durant l’exercice de l’année 2011.
    Une plate-forme de revendications de 25 points est remise à Salim Rebrab, un des fils du patron de Cévital, Issaâd. Ce dernier finit par reconnaître la légitimité des revendications des grévistes comme cela a été consigné noir sur blanc dans un PV de réunion tenue le 27 janvier 2012 entre Issaâd Rebrab, le DG de Cévital et les délégués des travailleurs. Il a promis la « fin des injustices au niveau de Cévital », l’octroi d’une prime de 50 mille dinars, l’amélioration des conditions de travail des ouvriers, mais refusera toute idée de création d’un syndicat dans son entreprise au mépris total des lois régissant le monde du travail.
    Fin mars 2012, les travailleurs ont constaté que Rebrab venait de concéder une augmentation salariale de 5% pour toutes les catégories : de 6 à 18. La disparité est flagrante. Réaction immédiate. Le 1er avril 2012, plusieurs centaines d’ouvriers entament une grève qui n’aura duré qu’une demi journée. Les 8 et 9 avril 2012, une commission ad hoc convoque 27 grévistes suspendus de leurs postes pour interrogatoire. 10 parmi eux seront réintégrés, 1 seul restera en instance à ce jour, tandis que les 16 restant recevront leur décision de licenciement le 23 avril 2012 par voie postale.
    Dès le lendemain, ces derniers déclenchent une grève de la faim, à l’entrée même de l’usine, pour rejeter cette décision injuste tout en réclamant leur réintégration immédiate et sans condition. Craignant une mobilisation de la société civile le jour du 1er mai, la direction de Cévital ne trouvera pas mieux que de proposer aux grévistes de la faim à signer un document reconnaissant « expressément » qu’ils quitteraient l’entreprise de leur propre gré avec engagement de ne rien réclamer à Cévital ultérieurement. En contrepartie de cet engagement, les grévistes licenciés recevraient une ridicule indemnité …de 30 millions de centimes.
    Une réponse d’indignation et de protestation se fera entendre à la porte même de Cévital à travers une série de rassemblements de syndicalistes, militants associatifs, de femmes, d’étudiants… : non à toutes formes de chantages et pour la réintégration immédiate et sans condition des travailleurs licenciés dans leurs droits.

    A cet effet, le comté de solidarité appelle, dans l’unité la plus large, l’ensemble des citoyennes et citoyens et des forces sociales et politiques (syndicats, travailleuses et travailleurs, étudiants, chômeurs, associations…), à un rassemblement devant l’enceinte de Cévital le mardi 15 mai 2012 à 12h00 pour exiger la réintégration des travailleurs licenciés en grève de la faim.

    J'aime

  3. Ou son les inspections de travail de wilaya? ( département) et pourquoi et pour quel rôle exacte nos inspecteurs de travail sont-ils payés?

    J'aime

  4. l’absence de l’UGTA se traduit par le mépris envers ces grévistes victimes d’un baron sauvage voulant abattre et réduire le travailleur à l’état esclavagiste, l’absence de l’Etat, Wali de Béjaia, les députés nouvellement élus, le président le l’APC signifie que l’opportunisme, la corruption, la hogra est la devise politique de ce système OH combien archaïque et provocateur d’une dégradation vertigineuse de la société Algérienne pouvant mener vers des conséquences alarmantes et suicidaires.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s