Archives quotidiennes : 13/05/2012

L’extrême droite est là. C’est à nous de la virer.

Article d’Aleksa Gvozden publié dans Communisme-Ouvrier n°21, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le résultat du parti raciste et antisémite français, le « Front National », au premier tour des élections présidentielles pose des questions.

Le score de 18% de votants est le plus haut de l’histoire du FN. Cela prouve d’abord que ce parti a profité pleinement de la participation relativement haute à ces élections (80% des inscrits) et qu’il arrive encore à mobiliser. En suite, le FN est bien une organisation politique qui fait totalement partie du système actuel même s’il affirme le contraire, avec la démagogie qu’on lui connaît. Ce parti se retrouve donc aisément dans le paysage politique bourgeois qu’il dénonce tant. Il en est désormais une constante. L’arme fatale que le capitalisme nous ressort à chaque fois lorsque la contestation et la révolte des travailleuses et travailleurs le bousculent.

Tout en évitant le ridicule d’un constat du type « 1 français sur 5 », 18% des votants est énorme. Cela représente presque 6 500 000 de voix, contre 3 800 000 en 2007. C’est seulement 9-10 points (3-4 000 000 de voix) derrière les candidats libéraux, finalistes, et plus de 16% (plus de 6 000 000 de voix) devant les candidats se prétendant de l’extrême gauche.

On ne peut cependant pas recourir à la facilité et qualifier ce vote simplement de vote contestataire. Seulement 30% d’électorat lepeniste évoque la contestation comme raison de son vote, le reste affirme un « vote d’adhésion » à la personnalité et à l’idée : « la France aux français ».

Lire la suite

Publicités

Nouvelles manifestations contre l’austérité en Israël

Répondant à l’appel des indignés d’Espagne, des milliers et des milliers d’Israéliens ont manifesté à Tel Aviv et dans d’autres villes du pays le 12 mai.

Tel Aviv, 12 mai 2012

Le journal Haaretz rapporte qu’à Tel Aviv, des manifestations sont parties des quartiers de Shapira, Levinsky, et Hatikva avant de se rejoindre Place Issac Rabin. Plusieurs milliers de manifestants, 5.000 selon le blog +972, scandaient des slogans comme « Nous voulons la justice, pas la charité », et « Prendre des pauvres, donner aux riches, quel pays de corruption ! ». Dix  manifestants ont été arrêtés.

Si la plus grande manifestation a eu lieu à Tel Aviv, des protestations similaires ont été organisées à travers tout le pays comme à Jérusalem, Haïfa, Kiryat Shmona, Nahriya, Pardes Hanna, et Eilat.

Espagne : 200.000 manifestants contre le chômage et l’austérité

AFP, 13 mai 2012 :

Pour fêter leur premier anniversaire, des dizaines de milliers « d’indignés » ont manifesté samedi en Espagne, reprenant symboliquement les rues un an après la naissance de leur mouvement, surgi pour dénoncer la crise, la corruption et le chômage.

Manifestation du 12 mai à Barcelone

A Madrid, scandant leurs slogans favoris comme « ils ne nous représentent pas », les « indignés » ont envahi dans des roulements de tambours la Puerta del Sol, la grande place du centre de la ville qui a vu naître le mouvement, le 15 mai 2011, pour une nuit de fête, défiant l’interdiction officielle de manifester après 22 heures.

Manifestation à Grenade « Croyons en l’utopie parce que la réalité est incroyable »

Pendant quatre jours, les manifestants ont l’intention de tenir sur la place une « assemblée permanente ». En milieu de nuit, ils étaient toujours plusieurs milliers, assis en cercle ou debout, bavardant ou jouant des percussions, encadrés par de nombreux cars de police stationnés dans les rues voisines.

Lire la suite

Tahiti : Huilerie de Tahiti, la grève est validée par le tribunal des référés

http://www.tahiti-infos.com

Le Tribunal des référés, saisi par la direction de l’Huilerie de Tahiti mercredi 9 mai, protestant contre l’irrégularité des points 1 et 5 de la liste de revendications du préavis de grève transmis quelques jours plus tôt, n’a pas donné raison au plaignant et valide le mouvement social. La grève est maintenue : retour à la table des négociations dès lundi, pour tous le monde.
Le syndicat CSTP-FO a déposé un préavis jeudi 3 mai à la direction de l’entreprise, menaçant une grève à compter de ce mercredi, 0 heure. La contestation couve depuis quelques mois déjà. L’huilerie emploi 29 personnes. La communication entre délégués du personnel et direction semble ne pas être très fluide à en croire le délégué syndical CSTP-FO, Lotoato Pakaina, dit Tama.
Les revendications portent sur cinq points : 1 La réorganisation de la société ; 2 Le paiement des salaires, le doublement du tarif des heures supplémentaires et la prise en charge des frais d’Evasan ; 3 La participation des représentants du personnels au Conseil d’administration de l’entreprise ; 4 La création d’une commission mixte paritaire de recrutement rassemblant direction et représentants du personnel ; 5 La réalisation d’un audit financier à l’Huilerie de Tahiti.

Maroc : Nouveau cas «Amina Filali» , les maris-violeurs toujours protégés par la loi.

Yabiladi.com, 10 mai 2012 :

Deux mois après le suicide de l’adolescente de 16 ans, Amina Filali, une nouvelle affaire, celle de Safae, jeune tangéroise de 14 ans contrainte d’épouser son violeur en janvier 2011, vient d’être portée sur le devant de la scène juridico-médiatique marocaine.

Ce nouveau drame ravive la controverse très animée autour de l’article 475 du Code pénal marocain qui exempt les violeurs de charges pénales à condition de se marier à la victime.  En mars dernier, la société civile  s’était fortement mobilisée pour l’abrogation de ce texte. Aujourd’hui, qu’en est-il ?

Le drame de Safae remonte à janvier 2011. Un jour, alors qu’elle quitte l’association dans laquelle elle étudie l’informatique et l’Espagnol, la jeune tangéroise de 14 ans est agressée sexuellement. Désemparée, sa famille porte alors immédiatement plainte pour viol. Mais face à la pression du Procureur et du juge de la famille, l’adolescente et sa mère se voient contraintes d’abandonner les charges contre l’agresseur. Pire, le juge, dans son bon droit, oblige presque la jeune adolescente à se marier avec l’agresseur, prétendant, noblesse de l’âme oblige, que ce mariage est la seule alternative louable pour « laver son honneur » et celui souillé de sa famille. Crédule et impuissante, l’adolescente accepte.

Lire la suite