SNPT : Les employés en grève à partir de ce 10 mai

Liberté Togo, 10 mai 2012 :

Ils ont depuis le 1er mai 2012, brandi la menace d’une grève. Demain, ils passent à une autre étape : l’exécution du mot d’ordre de grève de 72 heures qu’ils ont lancé. Et ce, pour protester contre la légèreté avec laquelle la direction générale traite leurs revendications salariales et le dialogue de sourds qu’elle a instauré avec eux. Et rien visiblement, sauf des décisions attendues, ne pourrait les arrêter. Eux, ce sont les travailleurs de la Société nouvelle de phosphate du Togo.

La représentation du personnel rappelle que le Directeur général l’obligera « à mettre en exécution la grève lancée le 08 juillet 2011 non exécutée jusqu’à ce jour afin de faire aboutir les négociations », c’était un extrait d’une correspondance adressée au DG Michel K. Kézié, le grand manitou. Depuis le 02 mai 2012, soit au lendemain de la fête du 1er mai célébrée à la SNPT sur fond de tensions, c’est chose faite : « La délégation du Personnel et les Syndicats constatent que la pression sociale actuelle est due à votre mauvaise foi et vous informent qu’ils n’ont donc plus aucune autre alternative que de mettre à exécution la grève du 08 juillet 2011 plusieurs fois ajournée pour montrer leur ouverture ».

En conséquence, conclut-elle, « Le personnel par notre voix vous informe qu’il observera un arrêt de travail de 72 heures à partir de jeudi, 10 mai 2012 à partir de 7h00 afin de voir aboutir ses revendications ». Une décision sans appel prise de concert par SYNAMITO et SYNAPOST, deux organisations syndicales. Voilà qui promet trois jours d’inactivité dans cette société et constitue le paroxysme d’un bras de fer qui oppose depuis des années, Michel Kézié aux délégations et représentations des travailleurs. Dans un article publié le 02 mai dernier intitulé : « Relèvement des salaires à la SNPT, La Direction générale tente un passage en force, la Représentation du Personnel proteste », on était largement revenu sur la genèse de ce conflit.

A l’origine, le refus de la direction générale de la SNPT d’arrimer la grille salariale des travailleurs au SMIG qui a été revu à la hausse en 2008 à 28.000FCFA et en fin d’année dernière à 35.000FCFA. Ces relèvements, ont clamé les travailleurs, dans une correspondance adressée au DG le 29 juin 2011, « impliquent la retarification du travail dans toutes les catégories profession ». Par exemple, un agent de Catégorie 1, échelon 1 qui gagne 21 285 FCFA est largement en dessous du SMIG ; ce qui viole les termes de la décision de 2008. « Viennent s’ajouter : la retraite complémentaire non versée par l’OTP, IFG et la SNPT ; la révision à la hausse des primes de transports, de logement et des avantages liés aux postes ; le déblocage de la catégorie exceptionnelle et la visite médicale de 2011 », poursuit la lettre. Pour faire suite à cette correspondance, une commission a été créée pour étudier de nouvelles grilles conformément au SMIG en vigueur.

Mais contre toute attente, une note d’information édictée le 26 mars 2012 annonce que « les travaux entrepris par la Représentation du Personnel, la Direction générale et le Conseil d’Administration de la SNPT en vue d’adapter la grille salariale aux dispositions légales (notamment le SMIG et la retraite à 60 ans) sont en cours » et que « la grille salariale validée par le Conseil de Surveillance de la SNPT sera effective à compter du mois d’avril 2012 ». Au mépris de la Commission qui a été mise en place. D’où cette vive réaction du personnel : « Nous déplorons la précipitation avec laquelle vous tentez de mettre en œuvre ce projet. En cette matière, nous nous permettons de vous rappeler les principes généraux qui régissent les relations professionnelles et qui voudraient que les règles touchant aux conditions de travail en général et aux rémunérations en particulier, pour les rendre opposables aux travailleurs, fassent l’objet de négociations dans un cadre tripartite (représentants des travailleurs, employeurs et administration du travail). Ainsi, pour respecter la procédure, les travaux de la commission technique chargée de faire des propositions devraient être versées dans ce cadre afin que les négociations proprement dites soient engagées entre les partenaires sociaux que nous sommes ».

De plus, tempêtent-ils, les représentants des employés relèvent des anomalies dans ce projet de grille : « à partir de la première catégorie, échelon 1 jusqu’à la deuxième catégorie, échelon 4, le pas de 7,3 ou 7,2 n’est pas respecté dans les avancements alors que cela est un acquis social sur lequel on ne peut revenir. Il nous plaît d’attirer votre bienveillante attention sur le fait que la revue à la hausse du SMIG répondait au souci des autorités de permettre aux populations de faire face au phénomène de la vie chère qui, manifestement, affecte tous les travailleurs sans distinction. Un arrimage de la grille au SMIG devrait absolument produire un effet d’entraînement à la hausse de tous les salaires catégoriels ».

Une correspondance à laquelle a immédiatement répondu le DG de la SNPT, Michel A. Kezié : «Dans la mesure où la finalisation de ce dossier a été confiée au Comité Ressources Humaines du Conseil d’Administration, nous nous faisons le devoir de transmettre audit Comité votre lettre de protestation afin qu’une réponse appropriée vous soit donnée ». Mais le sort des travailleurs n’a connu aucune amélioration. Même la Fête du 1er mai a été organisée dans des conditions rocambolesques. On en a souvenance, les travailleurs de la SNPT avaient porté des T-shirts rouges au lieu du blanc lors de la Fête du 1er mai, pour manifester leur protestation. Le front social promet encore d’être en ébullition. Et le plus cocasse, quelques jours seulement après la nouvelle déclamation des bonnes intentions du gouvernement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s