Archives quotidiennes : 07/05/2012

Harcèlement sexuel : Vite une nouvelle loi !

Communiqué de la CGT, 7 mai 2012 :

Le monde du travail est décidemment très dur pour les femmes. Aux inégalités de salaires, aux temps partiels imposés, à la précarité, aux carrières ralenties, aux retraites réduites, les lois existantes n’apportent pas de solution, faute d’être appliquées. Le harcèlement sexuel, autre forme de violence sexiste serait maintenant impuni !

L’ancien ministre et ancien député du Rhône Gérard Ducray, condamné en appel en 2011 pour harcèlement sexuel à trois mois de prison avec sursis avait accompagné son pourvoi en cassation d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) attaquant la loi sur le harcèlement sexuel. « Le fait de harceler autrui dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende », stipulait l’article incriminé. Il a été jugé trop flou :le 4 mai, les sages du Conseil constitutionnel ont rayé le délit du Code pénal. Avec effet immédiat.

Lire la suite

Colombie : assassinat du Secrétaire général des travailleurs de la canne à sucre

http://www.ituc-csi.org

7 May 2012: Une fois de plus, le mouvement syndical colombien est en deuil. Le Secrétaire général du Syndicat national colombien des coupeurs de canne à sucre (SINALCORTEROS), Daniel Aguirre, a été assassiné le 27 avril.

La CSI joint sa voix à celle de ses affiliées colombiennes, la CUT, la CGT et la CTC pour condamner énergiquement cet homicide, qui porte à sept le nombre des syndicalistes colombiens assassinés depuis le début de l’année.

Daniel Aguirre a été toute sa vie durant un éminent militant syndical. Il a non seulement contribué à organiser les coupeurs de canne, mais a aussi participé activement à la négociation des conventions collectives et au processus d’unification des travailleurs agricoles de Sintrainagro ; en outre, il a combattu avec vigueur les Traités de libre échange.

Lire la suite

Réunion Publique à Lyon avec Shiva Mahbobi

Le vendredi 5 mai 2012, Table Rase a organisé une réunion publique avec Shiva Mahbobi, responsable de la Campagne pour la Libération des Prisonniers Politiques en Iran. Après une présentation de Table Rase et les remerciements à Shiva, notre camarade a pris la parole et présenté un petit film sur les prisonniers politiques en Iran et les tortures qu’ils subissent dans les geôles de la République Islamique.

Elle a expliqué que des choses banales en France, comme manifester le 1er Mai signifie en Iran prendre le risque d’être arrêté, torturé et parfois même tué. Elle a montré quelques exemples très vivants et concrets de prisonniers politiques avec les noms et les dates d’arrestation. Après l’intervention de Shiva, plusieurs personnes ont posé des questions. Une des questions portait sur ce que pensent les Iraniens de la bombe atomique. Shiva a répondu que les 33 ans de République Islamique était comme une bombe atomique contre la population iranienne.

 

Montréal : Manifestation contre les violences policières

La Presse, 7 mai 2012 :

Environ 200 personnes ont marché cet après-midi au départ du parc Émilie-Gamelin pour protester contre la force utilisée par la police de Montréal lors de la marche anti-capitaliste du 1er mai dernier.

La manifestation du 1er mai, organisée chaque année par la Coalition des luttes anticapitalistes, réunissait quelques centaines de personnes. Un jeune homme, Gabriel Duchesneau, aurait subi des fractures du crâne lorsque des policiers ont chargé les manifestants.

Il a dit à La Presse jeudi dernier qu’il avait tenté de fuir les lieux mais que, comme la foule était compacte et peu mobile, il a été poussé contre le sol et frappé à la tête.

Le SPVM a indiqué qu’il prenait au sérieux les affirmations du militant de 29 ans et qu’une enquête était en cours.

Lire la suite

Canada : Grève étudiante reconduite dans une dizaines d’universités

AFP, 7 mai 2012 :

L’accord de principe pour mettre fin à la plus longue grève étudiante de l’histoire du Canada semblait menacé lundi au Québec. Deux jours après sa conclusion, plusieurs universités et associations collégiales l’ont rejeté.

Manifestation vendredi 4 mai à Montréal

Pour ajouter à la confusion, deux des quatre fédérations étudiantes qui avaient paraphé cet accord avec le gouvernement samedi ont affirmé que le texte ne correspondait pas tout à fait à ce qu’elles avaient conclu verbalement lors des pourparlers.

«On a essayé chacun de notre côté de mettre de l’eau dans notre vin, et force est de constater qu’on aurait dû être plus précis sur certains points», a reconnu la présidente d’une de ces fédérations, celle des universités, Martine Desjardins, à la chaîne Radio-Canada.

Lire la suite

Premières régularisations de réfugiés à Wurtzbourg

A Wurtzbourg (Bavière), quatre des dix réfugiés iraniens qui avaient mené une grève de la faim ont obtenu vendredi 4 mai le statut de réfugiés politiques. La lutte continue pour la régularisation et l’obtention du statut des six autres demandeurs d’asile.

Dordogne. « En grève de la faim pour ma classe ».

D’après La Dépêche.fr, 5 mai 2012 :

Isabelle Capmas-Faure, 41 ans, maîtresse et directrice de l’école maternelle de Montignac, en Dordogne, est en grève de la faim depuis le 10 avril.

Une action spectaculaire pour « dénoncer les mesures aberrantes » de la carte scolaire qui conduisent à la suppression d’une classe dans son établissement. Rencontre.

L'enseignante souhaite dénoncer la logique « comptable de l'éducation nationale »./ Photo DR

L’enseignante souhaite dénoncer la logique « comptable de l’éducation nationale »./ Photo DR

La grève de la faim n’est pas un mode d’action courant chez les enseignants en colère. Qu’est-ce qui vous a conduit à en engager une ?

« Si j’en suis arrivée là, c’est que toutes les actions collectives que nous avons menées avec mes collègues, les parents d’élèves et la mairie pour obtenir le maintien de cette quatrième classe ont échoué. Pourtant, selon les prévisions de la mairie, il y aura au moins 90 élèves à la rentrée prochaine. Soit une dizaine de plus que cette année. Malgré cet état des lieux, l’académie maintient sa position. Elle a aussi décidé de supprimer un poste d’aide administratif et celui d’un enseignant en charge du soutien des élèves en difficultés.

Pourtant, l’inspection académique assure qu’il ne devrait y avoir que 79 élèves à la rentrée prochaine.

Oui, c’est ce qu’elle dit alors que tout le monde constate que c’est faux. Si le nombre d’élèves était réellement en baisse, nous comprendrions cette suppression de classe et je ne serais pas en grève de la faim.   Lire la suite