Fonderie Alu :  » A 30.000 E nets la prime, on la prend !

La Nouvelle République, 5 mai 2012 :

Exaspération et incompréhension. Hier, les salariés de la Fonderie Alu, de nouveau en grève, ont dû négocier la prime de départ au téléphone. Sans succès.

J’en ai marre. Les négociations sont vraiment âpres et difficiles. On n’avance pas ! Depuis août dernier qu’il se bat et après avoir assuré qu’il était bien persuadé de ne pas s’être battu pour rien tous ces derniers mois, Éric Bailly, secrétaire du Comité d’entreprise de la Fonderie Alu, semblait plutôt découragé, hier, vers 14 h 30, en sortant de la réunion où il était entré, quatre heures plus tôt.

Une réunion pour faire le point avec le représentant du mandataire judiciaire, à l’origine, et qui s’est vite transformée en réunion de négociation, le ministère du Travail et Jean-Pierre Raffarin entrant dans le jeu pour tenter de faire bouger une situation totalement bloquée.

« En fait, Renault, qui s’est engagé par écrit pour assurer le tribunal qu’il verserait 2,8M€ pour aider Montupet ou Saint-Jean Industrie à payer la prime supra-légale des salariés licenciés dans le cadre de la cession, revient sur ses positions en assurant qu’il remettait en cause par ses avocats le libellé des phrases signées qui ne correspondraient pas à ce qu’il acceptait réellement. Pour Renault, 2,8M€ ce n’était pas pour la prime supra-légale mais pour le total des primes, conventionnelle et supra-légale. Aujourd’hui, il ne propose donc plus que 1M€. On bloque pour 1,8M€ alors que le groupe vient d’investir 750 millions de dollars en Russie et un milliard à Tanger ! » Mais Éric Bailly le sent bien : « Pour Renault, la Fonderie du Poitou, ça commence à bien faire. »

«  Pour Renault, la Fonderie, ça commence à bien faire !  »

Et au final, les 4 heures n’auront servi qu’à faire le constat du désaccord et à obtenir l’assurance d’une nouvelle négociation lundi. « Pourtant, nous, on a accepté de faire un pas et de passer à 2,6M€ ce qui correspond à une prime de 35.000 € nets. Si vous en êtes d’accord, on acceptera même 30.000 € nets. Mais on ne descendra pas en dessous. Cette somme, Renault l’a déjà donnée à d’autres. C’est le prix de nos mois de combat. »

Mais les fondeurs en sont conscients, la période est aujourd’hui moins favorable avec la fin de la campagne électorale. « Le 2 novembre, on demandait notre liquidation. Cette bataille-là, on l’a gagnée. Ça a été difficile mais on l’a gagnée. Aujourd’hui, on est entré dans la phase la plus merdique de la négociation. Celle du plan social. Mais vous pouvez me faire confiance. On ne lâchera pas ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s