Draka : les salariés poursuivent le mouvement de grève

La Voix du Nord, 3 mai 2012

Ils attisent invariablement le feu de palettes devant l’usine Draka depuis le 12 avril. Depuis trois semaines, les salariés sont en grève totale pour réclamer des conditions de salaires à l’image des résultats du groupe. Les soixante-dix salariés en grève se sentent bien seuls, rue Chateaubriand, mais ne comptent pas lâcher prise.

Rares sont aujourd’hui les mouvements de grève si durs. Les salariés de l’usine Draka, spécialisée dans la fabrication de câble de fibre optique, maintiennent fermement le piquet de grève. Hier midi, à l’issue d’une réunion, ils ont décidé de poursuivre le mouvement. Comment les salariés sont-ils passés d’un mécontentement exprimé par des heures de débrayage à une grève totale reconduite de jour en jour ? « C’est un ras-le-bol général vis à vis de la direction », explique Grégory Agneray (CGT).

Solidarité des entreprises voisines

« Ici, c’est travailler plus pour gagner moins », lance un gréviste. En cause : la modification des cycles de travail (du 5X8 au 3X8 sur certains postes et inversement d’autres postes), la baisse importante de la prime de production trimestrielle (de 150-200 E à 5,18 E), les faibles augmentations proposées par la direction lors de NAO (négociations annuelles obligatoires), la perte des quatre RTT par an. « Le chiffre d’affaire de l’entreprise c’est 15 millions d’euros par an », rapporte Christian Hernault (CGT). « On nous baisse la prime trimestrielle alors qu’on fait 2300 kilomètres de câbles par mois », avance Grégory Agneray, qui déplore le manque de mobilisation politique. « La Ville, Cap Calaisis, personne ne bouge », déplore-t-il.

Seul le conseiller régional Bertrand Péricaud (PC) a adressé un courrier au PDG France de Draka. « Il semble que le dialogue social est difficile à établir car la direction s’arc-boute dans une posture répressive à l’égard des représentants syndicaux, écrit l’élu. Le conseil régional Nord – Pas-de-Calais investira de manière importante, dans les prochaines années, pour le câblage en fibre optique de son territoire et dans ce cadre, elle sera vigilante sur la notion de responsabilité sociale des entreprises sollicitées pour contribuer au développement de ce futur chantier majeur », écrit l’élu communiste.

Dans leurs revendications, les salariés grévistes ont reçu le soutien des employés des entreprises voisines : ASN, Eurotunnel, Brampton, Nexans, bientôt P &O ont fait une collecte pour pourvoir financer les repas des grévistes sur le piquet de grève.

La direction de Draka de Calais n’était pas joignable hier.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s