La grève des éboueurs du Grand Angoulême est reconduite

La Charente Libre, 28 avril 2012 :

Après 62 CDD, GrandAngoulême n’a plus besoin de Pascal Berteau. Hier, ses neuf collègues chauffeurs collecte-déchetterie étaient en grève. Ils poursuivent le mouvement aujourd’hui.

Quelques pétards! Une table sous un tivoli. A boire et à manger. Malgré le temps incertain, la trentaine de manifestants a de quoi tenir le siège. Rassemblés sur le Port-L’Houmeau, face au siège de GrandAngoulême, ils n’attendent qu’une seule chose pour reprendre le boulot. «On veut une promesse d’embauche pour Pascal Berteau», intime Stéphane Trainaud, délégué du personnel encarté CGT. Promesse qui n’est pas venue hier, alors aujourd’hui, ils poursuivent le mouvement.

Pascal Berteau travaille depuis 2007 pour le service déchets de l’agglo (voir CL du 24 avril. Il a signé 62 CDD. «J’ai reçu une lettre me disant qu’à partir de fin avril, l’agglomération n’avait plus besoin de mes services», regrette celui qui, en mai 2008, dans le cadre de son travail, avait été sauvagement agressé, ce qui lui vaut un handicap évalué à 20%.

«C’est un mouvement intersyndical», poursuivent Yves Roche, délégué CGT, et Guylhène Duchez, déléguée CFDT. L’appel a été très suivi chez les chauffeurs collecte déchetterie, ceux qui font les allers-retours pour vider les bennes. «Tous les titulaires sont en grève», assurent les syndicalistes. Suivis aussi par les gardiens de déchetteries.

Pour le reste, «certains collègues, en situation de précarité, ne peuvent pas faire grève. Mais il y a eu des débrayages partiels, notamment chez les éboueurs qui nous ont rejoint après le ramassage», affirme le principal intéressé.

Pour les syndicalistes, la position de l’agglomération est incompréhensible. «Humainement, la position de Didier Louis et de Patrick Coué nous semble aux antipodes d’une politique sociale». Ils mettent en avant «les mensonges» de l’élu. «Il dit qu’il était mal noté. Regardez vous-même, depuis 2007, tous les rapports signés par Didier Louis se concluent par:  »Bon agent »».

Effectivement, sa première note est de 11,5. «C’est à cette note que commencent tous les agents». L’année suivante il passe à 12. «Alors qu’une progression normale, c’est 0,25 point». En 2010, son supérieur lui conseille même de passer stagiaire en vue d’une titularisation. «On ne comprend pas comment un élu peut proférer de telles contre-vérités.»

«Quelqu’un qui en veut»

Guylhène Duchez avance une raison: «Je pense qu’ils veulent éviter de tomber sous le coup de la loi de résorption de la précarité. Au bout de six ans de CDD sans interruption, ils sont obligés de le titulariser». Pascal Berteau travaille depuis 5 ans et 2 mois.

«Et quand Didier Louis s’étonne que Pascal n’ait pas postulé pour les postes de chauffeur-rippeur, il devrait savoir que son handicap l’empêche d’être rippeur, donc il ne pouvait prétendre à ces postes-là», contre Stéphane Trainaud. «Et s’il a travaillé 14 mois sans prendre de congés, c’est bien parce que l’agglomération en avait besoin!»

«C’est quelqu’un qui en veut. Ce serait dommage de ne pas le recruter», insiste Frédéric Faucher, gardien de déchetterie, prêt à être «solidaire jusqu’au bout s’il le faut».

Ce matin, dès 7h, ils seront donc de retour sur les berges du Port-L’Houmeau, en espérant que cette fois, le directeur de services ou même l’élu acceptent de les recevoir.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s