En Grèce, les salaires du privé ont chuté de 22,5% en 2011

Les Echos, 28 avril 2012 :

Les salaires nets du secteur privé en Grèce ont chuté de 22,5% entre 2010 et 2011, selon un rapport de l’Organisation pour la coopération et le développement économique.

Le salaire net moyen d’un salarié à plein temps a baissé de 22,5% en 2011, passant de 16.180 à 12.530 euros, soit moins de la moitié de son niveau en Allemagne, selon les données de ce rapport, consacré au poids des charges fiscales et sociales en comparaison du coût du travail. Le salaire brut est passé de 20.457 à 15.729 euros, soit 23,1% de baisse, selon la même source.

Des 34 pays examinés dans le rapport de l’OCDE, la Grèce est le seul pays, avec la Corée dans des proportions bien moindres, à enregistrer une baisse des revenus nets et bruts sur l’année. Le salaire net moyen au Portugal, qui diminue légèrement, devient en 2011 supérieur à la moyenne grecque à 13.278 euros. Le brut y augmente légèrement.

Selon ces éléments, fournis à l’OCDE par le ministère grec des Finances, le salaire grec retombe ainsi à son niveau de 2006, tout en restant supérieur au niveau de 2000. La chute des revenus devrait se poursuivre en 2012, alors que l’inspection du travail grecque a recensé depuis février la signature de 33.133 contrats individuels dans 7.800 entreprises, consacrant des baisses variant de 22% à 28%.
Nouvelles conventions sectorielles

Le 14 mai verra l’expiration du délai de discussions pour la signature de nouvelles conventions sectorielles. En cas d’échec des négociations, le patronat pourra imposer la suppression de la plupart des acquis salariaux, ce qui selon les experts se traduirait par des baisses de 15 à 20% pour les employés concernés. Les représentants des supermarchés et des hôteliers ont déjà manifesté leur intention de s’engouffrer dans la brêche.

Dans le cadre de la politique d’austérité dictée à la Grèce surendettée par ses bailleurs de fonds, UE et FMI, le pays s’est engagé à un nivellement par le bas des coûts salariaux censé redonner de la compétitivité à l’économie grecque, mais pour l’instant le pays ne donne guère de signe de reprise, enfoncé dans sa cinquième année consécutive de récession.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s