Lutte pour les salaires chez Saica Pack

Ouest-France, 19 avril 2012 :

Jusqu’à hier soir encore, la négociation sur les salaires était bloquée à la Saica Pack. Comme dans sept autres sites français du groupe, un mouvement de grève est en cours depuis le 5 avril à la cartonnerie de Bernos-Beaulac (ex-Sapso), où travaillent 146 personnes. Lancé par les syndicats Force ouvrière et Filpac-CGT, il se traduit au quotidien par un arrêt de travail de deux heures. Selon les syndicats, ce mouvement est suivi par 90 % des équipes de production.
Salaires et inflation

L’an passé, la négociation salariale avait débouché sur une augmentation générale de 1,8 %. « Depuis 2005, nous sommes toujours parvenus à un accord. Il n’y avait pas eu de blocage depuis », observe Jean-Pierre Martinez, délégué CGT chez Saica Pack, en poste à Bernos-Beaulac.

Les organisations syndicales ont basé leurs revendications sur l’indice Insee de la hausse des prix. L’inflation se montant à 2,5 % en 2011, FO et la Filpac-CGT demandaient un « rattrapage de 0,7 % » et « la garantie d’avoir, au minimum pour 2012, le niveau de la hausse des prix avec une clause de revoyure en fin d’année ». Sur les trois premiers mois de l’année, l’inflation est de 1,6 %.

À l’ouverture de la négociation, début avril, la direction générale de Saica Pack, dont le siège social est à Pessac, avait proposé 0,3 % au titre du rattrapage 2011. Pour 2012, il s’agissait d’une augmentation de 0,8 % au 1er juillet, avec la possibilité de deux autres paliers de 0,3 % en fin d’année, selon les résultats d’exploitation et les objectifs de productivité. Les deux positions initiales, des syndicats et de la direction, étaient trop éloignées pour déboucher sur un accord.

Bloquée, voire considérée comme « close » pendant plusieurs jours, la négociation était semble-t-il, hier en fin de journée, en position de reprendre. Au sein de la direction, il se disait même que « les lignes étaient en train de bouger ».

Proposition attendue

Du côté de la CGT, Jean-Pierre Martinez confirmait hier soir qu’une « proposition de fin de conflit » était attendue, sans avoir néanmoins d’éléments sur son contenu. La CGT expliquait également que les nouvelles propositions de la direction seront soumises aux salariés, qui se prononceront sur l’arrêt ou la poursuite de la grève.

Reconduit après des assemblées de personnel, le 5 avril, le mouvement concerne sept autres sites en France, à Excideuil, Toulouse, Venizel, Beaune, Saint-Junien, Doullens et Laval.

En 2005, sur le site de production de cartons ondulés de Bernos-Beaulac, un mouvement de grève avait accompagné une négociation houleuse, sur les salaires déjà. Le conflit avait duré un mois et demi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s