Archives quotidiennes : 17/04/2012

Tourcoing : des enseignants du lycée Sévigné occupent les locaux depuis 19 heures

Ils sont une vingtaine d’enseignants de la filière générale et professionnelle à occuper le lycée Sévigné, depuis 19 heures, ce soir, pour dénoncer notamment les sept suppressions de postes à la rentrée prochaine.

Le collectif des personnels et usagers du lycée Sévigné devrait être reçu par le rectorat en fin de semaine.

Publicités

Transpole : la grève quasi totale d’hier s’achève par un accord surprise

On n’avait pas connu pareille démonstration de force syndicale depuis longtemps, chez Transpole. Hier, dans la métropole lilloise, aucun bus n’a circulé, les tramways sont vite rentrés, et la ligne 2 du métro n’a pas fonctionné. Les grévistes exigeaient des hausses de salaires supérieures à l’inflation. L’accord a été signé, hier soir. Le trafic des métros et tramways doit reprendre normalement ce matin, et progressivement pour les bus.

C’est ce qu’on appelle une journée très mouvementée. Elle commence hier matin à l’aube, devant les trois dépôts Transpole de la métropole lilloise.

Répondant à un appel de la CGT (accompagné par FO qui préférait, au départ, un arrêt de travail de 17 h à 17 h 59, et Sud), les grévistes empêchent tout bus urbain de sortir. Le trafic est à zéro et le restera. Les tramways, eux, rentrent vite après que des grévistes se sont couchés sur les voies à Marcq-en-Baroeul. Et même la ligne 2 du métro doit s’arrêter, faute d’agents en ligne en effectif suffisant. La direction annonce une moyenne globale de 50 % de grévistes. Assez pour une paralysie rarement observée sur le réseau.

Lire la suite

Essonne : 22 jours de grève pour les salariés de STA-Kéolis

Essonne Infos, 17 avril 2012 :

En 2010 le mouvement social avait duré vingt deux jours. Un cap symbolique, que les salariés grévistes de la STA dépasseront demain.

« Nous sommes en grève depuis vingt et un jours. Mercredi nous aurons dépassé la durée de la grève de 2010 », nous informe un conducteur de la STA, ce lundi lors de notre arrivée devant le dépôt d’Ormoy. Un cap symbolique qui tend à démontrer l’enlisement du conflit. Mais qui est responsable ? Pour les salariés, il n’y a pas de doute : « la direction nous laisse pourrir sur place. Depuis le passage au tribunal nous n’avons eu aucun dialogue avec eux et ils refusent la mise en place d’un médiateur sous l’égide de l’inspection du travail. »

Dans une ultime action, les conducteurs en lutte ont « envahi » dans l’après-midi de lundi le bureau du directeur sud-francilien du groupe Kéolis, dans les locaux de la société AthisCars. Dépôt qu’ils avaient déjà bloqué momentanément la semaine dernière. Une réunion entre la direction et les représentants syndicaux sera finalement organisée ce mardi après-midi.

BMW veut sucrer la pause thé des ouvriers de l’usine d’Oxford

RTL, 17 avril 2012 :

Selon l’hebdomadaire allemand « Wirtschaftswoche », le constructeur BMW a décidé de réduire la pause thé de ses salariés dans son usine d’Oxford en Angleterre, où près de 200.000 modèles de la célèbre Mini sortent chaque année. Ce n’est pas du goût des salariés. Les syndicats brandissent même la menace d’une grève.

Pas question pour les salariés anglais de perdre leurs 53 minutes de pause chaque jour pour boire leur thé ! Le matin, ils bénéficient actuellement de 26 minutes pour savourer leur breuvage tandis que l’après-midi, c’est un tout petit peu plus : 27 minutes.

Les travailleurs ont aussi le droit à une pause déjeuner le midi mais elle n’est pas payée. Ils produisent la Mini de 6 heures à 17 heures pour l’équivalent de 30.000 euros par an pour des semaines de 37 heures.

Lire la suite

Algérie : Grève nationale dans les hôpitaux

Liberté, 17 avril 2012 :

La grève des corps communs de la santé, enclenchée depuis hier, et ce, pour deux jours à l’échelle nationale, semble avoir eu un écho favorable auprès des travailleurs du secteur. “Notre mouvement de protestation est suivi à 90% dans tous les hôpitaux du pays”, nous a assuré, hier, une source syndicale qui parle de grève cyclique si le ministère de la Santé n’est pas réceptif à leurs revendications. “La situation a atteint son paroxysme. Nous ne pouvons plus continuer à nous taire. Il est grand temps pour que nous soyons rétablis dans nos droits”, ont insisté les grévistes qui ont pour le moins assuré un service minimum notamment pour ce qui est des admissions. Leur plate-forme de revendications se décline en plusieurs points et révèle, en effet, une injustice sociale des plus criantes.

 

C’est du moins ce qui est expliqué par notre interlocuteur qui a insisté longuement sur le volet socioprofessionnel. M. Makhlouf, SG du syndicat des corps communs du CHU Mustapha-Pacha, n’en démord pas. “Ne trouvez-vous pas aberrant qu’il existe encore au jour d’aujourd’hui des travailleurs qui ne touchent même pas le SNMG alors qu’ils comptabilisent à leur actif plusieurs années de service dans cet établissement hospitalier.

Lire la suite

19 avril : Grève et manifestation au CHU Dijon

Gazette Infos :

Le personnel du CHU de Dijon laisse monter son exaspération face au silence de l’agence régionale de santé (ARS). Résultat : deux manifestations sont au programme.

Ce jeudi 19 avril, l’intersyndicale (CGT, CFE-CGC, et FO) réunit pour contrer le nouveau plan de rigueur imposé au CHU appelle à la grève et à une manifestation devant les bureaux de l’ARS (2 place du savoir à Dijon) dès 14h30.

L’intersyndicale s’explique dans un tract : « Les personnels toutes catégories confondues ont déjà fait d’énormes sacrifices pour maintenir un niveau de qualité et de sécurité dans notre CHU. Toutes les équipes sont en difficulté. Nous ne pouvons accepter de pareilles contraintes. »

Lire la suite

Une grève bloque les terminaux méthaniers de Fos et de Montoir

Reuters, 17 avril 2012 :

Les deux terminaux méthaniers de Fos (Bouches-du-Rhône) ont été mis à l’arrêt mardi en raison d’un mouvement social, les syndicats réclamant une meilleure répartition des gains réalisés par GDF Suez, ont-ils déclaré dans un communiqué.

Les salariés veulent une augmentation de leur retour sur participation, évoquant le doublement en un an des bénéfices de leur employeur, Elengy, filiale des terminaux méthaniers de GDF Suez qui compte 430 salariés.

Lire la suite