Archives quotidiennes : 15/04/2012

Toutes et tous dans la rue le 1er Mai 2012

Premier Mai 2012, toutes et tous dans la rue ! Ce n’est pas sur un nouveau président qu’il faut compter mais sur nos luttes et la mobilisation des travailleuses et des travailleurs.

Voir l’appel de l’Initiative Communiste-Ouvrière pour le 1er Mai 2012

Voir la carte des rendez-vous du 1er Mai 2012

Deuxième dimanche de manifestation au Carrefour Market de Coutances

Ouest-France, 15 avril 2012 :

La mobilisation contre les magasins ouverts le dimanche se poursuit à Coutances. Après une première manifestation dimanche dernier, suite à l’ouverture dominicale de Carrefour Market et d’Intermarché, une centaine de personnes sont venues dès 8 h 30 ce 15 avril exprimer leur désapprobation.

En grande partie, il s’agissait d’employés de Leclerc, qui craignaient déjà de voir leur supermarché offrir des services similaires, mais aussi quelques personnes des abattoirs Socopa, fournisseurs des grandes surfaces et de la CFDT. « Aucun des deux établissements n’a ouvert aujourd’hui, c’est une première victoire déjà pour nous », tonne Jean-Luc Michel, secrétaire général de la CFDT.

Menace de grève à la zone des activités industrielles à Fornaka

Réflexion, 15 avril 2012 :

Quelques 200 travailleurs au sein de l’unité industrielle de droit privé (ETRHB du groupe HADDAD produisant des tubes géants en fibrociment pour la canalisation de l’eau) menacent de recourir à la grève pour protester contre le manque de revalorisation des salaires, décidée au cours de la tenue de la tripartite, portant sur les conventions salariales au sein des unités industrielles du secteur privé.

Après avoir observé un sit-in à l’entrée de l’unité, les ouvriers ont été invités à désigner une délégation pour les négociations sur leurs revendications légitimes.

Malheureusement, cette démarche n’a pu aboutir aux attentes des travailleurs, aucune amélioration des salaires n’a pu avoir lieu et seule une série de promesses leur ont été faites.

Lire la suite

1er Mai 2012 : Toutes et tous dans la rue !

Appel de l’Initiative Communiste-Ouvrière pour le 1er Mai 2012 :

Avant même d’avoir les résultats des élections présidentielles, nous savons déjà qui va gagner et qui va perdre. Parmi les gagnants, la grande bourgeoisie, ceux qui possèdent les usines, les banques, les bureaux, et tous les endroits où nous travaillons, ceux qui nous jettent comme des kleenex usagés lorsque nous ne sommes plus assez rentables, bref la petite minorité capitaliste qui nous impose chaque jour sa dictature dans les entreprises et sur toute la société. Quel que soit l’heureux élu du loto électoral, c’est cette petite minorité qui conservera le pouvoir, qui pourra, pour ses profits, décider de fermer ici une usine et réduire toute une région à la misère et ailleurs d’imposer une augmentation de la charge de travail. Et quel que soit le nouveau locataire de l’Elysée, c’est pour les intérêts de cette classe capitaliste que fonctionnera l’appareil d’Etat, nous faisant payer à nous, travailleurs, chômeurs et retraités, à nous l’immense majorité de la population, leurs crises et leurs dettes. A gauche comme à droite, les candidats nous annoncent déjà, derrière quelques phrases ronflantes et promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, qu’il va « falloir payer la dette publique », « faire des économies », bref que nous allons subir de nouveaux plans d’austérité et de nouvelles attaques contre nos droits collectifs, comme l’ont déjà fait les gouvernements successifs depuis les années 1980 en France et comme le font à l’échelle de l’Europe tous les gouvernements, qu’ils soient de droite, de gauche ou d’extrême-droite.

Chaque travailleuse, chaque travailleur sait que la moindre amélioration des conditions de travail, la plus petite augmentation de salaire et bien souvent même la simple application de nos droits, signifie un combat contre nos patrons. Pour nous les travailleuses et les travailleurs, pour nous les prolétaires, damnés de la terre et forçats de la faim, rien ne nous a jamais été donné, chaque droit que nous avons, nous l’avons arraché par la lutte. Et quel que soit l’heureux élu des présidentielles, ce n’est que par la lutte, par notre mobilisation, que nous pouvons espérer changer les choses et obtenir une vie meilleure.

Lire la suite

Manifestation à Kaboul après le meurtre de cinq femmes afghanes

Une trentaine de personnes, pour la moitié des femmes, portant des pancartes demandant « Où est la justice ? » ou « Appliquez la loi », ont manifesté samedi 14 avril à Kaboul après la mort de cinq femmes en Afghanistan (voir l’article).

Lens : Les ouvriers de Draka en grève pour les salaires

La Voix du Nord, 15 avril 2012 :

Une fumée noire s’échappe depuis mardi du parc industriel Artois-Flandres de Douvrin. Un incendie dans l’usine de fibres optiques Draka ? Non, un nuage chargé de la colère des salariés, portés par les drapeaux bleus et rouges de la CGT et CFTC.

L’entrée du boulevard Est du parc industriel est encore accessible ce samedi. « Il sera bloqué dès dimanche soir », prévient Jean-Michel Legros, représentant de la Confédération générale du travail. L’entrée du site Draka est délimitée de cônes oranges. Les flammes lèchent les palettes de bois et dégagent une fumée derrière laquelle on devine les traits renfrognés des salariés de l’usine.

Lire la suite

Afghanistan : Manifestation à Kaboul contre le meurtre de cinq femmes afghanes

AFP, 15 avril 2012 :

KABOUL — Une petite trentaine de personnes, pour la moitié des femmes, portant des pancartes demandant « Où est la justice ? » ou « Appliquez la loi », ont manifesté samedi à Kaboul après la mort de cinq femmes en Afghanistan ces derniers temps.

« Nous protestons au nom de ces femmes afghanes dont les voix ne sont pas entendues. Nous voulons nous faire entendre après leur meurtre », a indiqué Fatima Saidi, 17 ans, à l’AFP. « Même notre gouvernement ne nous aide pas à réduire les violences faites aux femmes », a-t-elle ajouté.

« Pourquoi ces violences continuent-elles en Afghanistan ? Les femmes sont aussi libres. Elles ont le droit de vivre, de travailler, d’étudier, comme les hommes. Donc pourquoi devraient-elles être tuées ? », s’est indignée Sadaf Fitrat.

Lire la suite