Archives quotidiennes : 14/04/2012

Grève : fortes perturbations attendues à partir de lundi sur le réseau Transpole

La circulation des bus, tramways et du métro pourrait être très perturbée à partir de lundi matin, sur le réseau Transpole. Plusieurs syndicats ont lancé un appel à la grève, pour une période illimitée. FO et Sud appellent à cesser le travail chaque jour de 17 h à 17 h 59. La CGT a, elle, opté pour une grève totale de 24 heures, renouvelable. À l’origine de ce mouvement, l’échec des négociations annuelles obligatoires. « C’est le moment privilégié de l’année où on discute de tout, explique Mohamed Farhi, secrétaire général CGT Transpole. Nous avons demandé une augmentation des salaires de 3 %, le passage de la prime de mai de 850 E à 1 000 E, et la pérennisation de la journée annuelle enfant malade.»

« On a négocié jusqu’au bout »

Les syndicats souhaitent ainsi voir les salariés « « profiter des bons résultats obtenus par Transpole depuis plusieurs années.

L’activité et le nombre de passagers augmentent fortement, avec une augmentation aussi de 15 % de la charge de travail. C’est tout « bénef » pour Transpole, mais les salariés sont complètement ignorés. La direction ne nous accorde que des hausses de salaires correspondant à l’inflation, hors coûts des carburants ! » Transpole a proposé 2 % d’augmentation, au lieu des 3 % demandés par les syndicats. « On a eu huit réunions, on a essayé d’aboutir, de négocier jusqu’au bout ! » La CGT prévoit une mobilisation forte, « surtout chez les chauffeurs de bus et conducteurs de tramways. Pour le métro, on verra ».

Lire la suite

Publicités

Zagreb a dit « NON » aux fascistes !

Après une mobilisation de plusieurs jours et deux jours de manifestations intenses dans les rues de Zagreb, le collectif « Ujedinjeni protiv fasizma » (« uni-e-s contre le fascisme ») a prouvé pourquoi Zagreb porte le nom de « la ville invaincue » en virant encore une fois les organisations fascistes hors de la ville.

Le parti néo-nazi croate « HCSP » (le parti de droit et de purification croate) a organisé, samedi le 14 avril 2012, une conférence internationale des organisations de l’extrême droite européenne en invitant à Zagreb, la capitale de Croatie, entre autres : VMRO bulgare, NDP allemand, VOORPOSTEN belge, JOBBIK hongrois et le FN français. Cette conférence devait être suivie d’une marche à travers  Zagreb en soutien à des « Généraux croates » qui sont à extrader ou actuellement jugés pour des crimes de guerre au TPI pour l’ex-Yougoslavie.

Même si la conférence et la marche fasciste avaient été d’abord autorisées par le gouvernement croate et la préfecture de  police, face à une forte mobilisation des organisations antifascistes croates organisées en collectif  « Uni(e)s contre le fascisme », le pouvoir croate a été finalement obligé d’interdire, vendredi matin, cet événement ainsi que les contre-manifestations antifascistes.

Lire la suite

Wurtzbourg : Nouvelle manifestation de solidarité avec les réfugiés

Si le 19 mars, après avoir rencontré un responsable, les réfugiés iraniens en grève de la faim à Wurtzbourg ont cessé, après 17 jours, leur grève, la lutte continue. En effet, rien de concret n’a été obtenu. Aussi, ce samedi 14 avril, plusieurs centaines personnes ont à nouveau manifesté dans les rues de Wurtzbourg (Bavière) pour les droits des réfugiés et contre la politique raciste du Land et de l’Etat fédéral

Images de la manifestation du 14 avril :

Lire la suite

Préparation du 1er Mai en Tunisie

Melekher.com, 14 avril 2012 :

Les manifestants qui se sont fait agresser à l’avenue Mohamed V (Tunis) par les agents de l’ordre et par les milices du parti au pouvoir demandent que les noms de ces miliciens soient divulgués pour qu’ils soient jugés.

1 mai 2012 : "Les avenues sont à nous, le pays est à nous, l'avenir est à nous"

Ce genre de pratique était connu de l’ancien régime. C’est pourquoi, pour la manifestation du 1er Mai les manifestants ont préparé leurs slogans pour dénoncer les milices d’Ennahdha.

Zagreb : Rassemblement contre l’extrême-droite

Face au rassemblement, du HČSP (Parti néo-fasciste) et d’autres groupuscules néo-nazis d’Europe, qui, malgré l’interdiction, a regroupé une petite trentaine de néo-fascistes, 150 personnes se sont mobilisées hier, 13 avril, à Zagreb.

Un militant d’extrême droite et deux antifascistes été arrêtés. Un photojournaliste a été blessé.

Indonésie : Adidas mis en cause pour ses conditions de travail

L’Alsace, 14 avril 2012 :

L’équipementier sportif allemand Adidas est mis en cause samedi par le quotidien The Independant sur les conditions de travail des Indonésiens fabricant la tenue des bénévoles des jeux Olympiques 2012, une accusation prise « extrêmement au sérieux » par les organisateurs.

Selon le quotidien britannique, les produits réalisés pour équiper les bénévoles, mais également les athlètes britanniques, sont réalisés pour le compte Adidas dans neuf usines indonésiennes où les ouvriers travaillent jusqu’à 65 heures par semaines pour des salaires de 42 centimes d’euro par heure.

« Les ouvriers évoquent des salaires pitoyables, des objectifs de production déraisonnables, des horaires épouvantables et même des carrément des abus », ajoute le journal.

Lire la suite

Swaziland : Nouvelle vague de répression contre les syndicats et le mouvement pour la démocratie

13 April 2012: La monarchie du Swaziland a déployé une nouvelle vague de répression contre les syndicats et le mouvement pour la démocratie du pays, avec l’arrestation de plusieurs dirigeants syndicaux éminents, sur fond des rassemblements populaires organisés dans la capitale, Mbabane, pour marquer 39 années de règne sous État d’urgence.

Les arrestations sont intervenues suite à l’interdiction de la nouvelle centrale syndicale TUCOSWA (Congrès syndical du Swaziland), fruit d’une fusion intersyndicale, dont le premier congrès s’est tenu du 9 au 11 mars de cette année.

« Le roi Mwsati, qui règne sur le pays en l’absence de toute légitimité démocratique, incarne, une fois de plus, le mépris le plus absolu qu’entretiennent les élites du Swaziland à l’égard du peuple. Nous condamnons le non-respect de la liberté syndicale, entre autres droits fondamentaux qui constituent le fondement de tout système de gouvernement digne et en appelons aux pays voisins du Swaziland, de même qu’à l’ensemble de la communauté internationale à faire peser toute leur pression sur le régime pour amener celui-ci à accepter que la démocratie doit être instaurée dans le pays sans plus tarder », a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

Lire la suite