Maroc: 27 « détenus politiques » en grève de la faim, selon des ONG

AFP. le 11 avril 2012

RABAT — Vingt-sept « détenus politiques » dans des prisons au Maroc sont en grève de la faim, la plupart depuis plusieurs semaines, pour protester contre « les violations de leurs droits », dénonce dans un communiqué une coalition regroupant 18 ONG.

« Nous réclamons l’intervention rapide des responsables concernés pour la protection des droits légitimes des détenus grévistes », la plupart des étudiants, indique le communiqué reçu mercredi par l’AFP.

Le texte cite les noms des 27 détenus, leur lieu de détention ainsi que la date du début de leur grève de la faim.

Selon les ONG, les grèves de la faim sont liées notamment aux cas de « détentions sans jugement », « d’absence d’enquête dans des cas de torture » et de « traitements inhumains ».

Le communiqué cite notamment le cas d’un étudiant « Ezzedine Alroussi, détenu depuis le 12 décembre dans une prison de Taza (nord), et en grève de la faim depuis le 12 janvier, qui a dû être transporté à l’hôpital en raison de son état de santé critique ».

« Nous ne pouvons que suivre de très près ce problème, car il s’agit de détenus d’opinion. c’est une priorité », a déclaré mercredi à l’AFP le nouveau président de l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH, indépendante), Mohamed Nechnach.

« Une réunion de l’OMDH est prévue samedi et nous allons évidemment évoquer cette question, où des vies humaines sont en cause », selon M. Nechnach.

La plupart de ces militants ont été arrêtés récemment, en marge des dernières manifestations sociales qu’ont connues certaines villes du royaume.

« Nous avons envoyé des correspondances au délégué général à l’Administration pénitentiaire, Hafid Ben Hachem, pour tirer la sonnette d’alarme, mais nous n’avons reçu aucune réponse », a déclaré pour sa part Khadija Ryadi, la présidente de l’AMDH (Association marocaine des droits de l’Homme) jointe par téléphone. Le communiqué fait état par ailleurs d’informations selon lequelles un groupe de salafistes jihadistes a décidé d’entamer une grève de la faim illimitée à partir du lundi 9 avril dans la prison de Meknes (centre) pour protester « contre le refus des responsables de tenir compte des résultats des interrogatoires auxquels ils ont été soumis ».

« Dans l’ensemble, la situation des prisons s’est dégradée depuis la nomination d’un des responsables des années de plomb pour superviser ces pénitentiers », conclut le texte.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s