Archives quotidiennes : 10/04/2012

Protestation en Ukraine pour la défense du droit à l’IVG

Le Point, 10 avril 2012 :

Plusieurs militantes du groupe féministe ukrainien Femen ont protesté seins nus mardi dans une cathédrale à Kiev contre une proposition de loi prévoyant d’interdire les interruptions volontaires de grossesse (IVG) en Ukraine. Les jeunes femmes à moitié nues sont montées dans le clocher de la cathédrale Sainte-Sophie pour y faire sonner les cloches et ont déployé une banderole noire sur laquelle il était écrit « Stop ».

Les militantes ont dénoncé un « complot criminel de l’Église et de l’État ». L’une des jeunes femmes exhibait une pancarte sur laquelle figuraient les mots allemands « Kinder, Küche, Kirche » (« Enfants, Cuisine, Église ») ou les « trois K » qui correspondent à une représentation des valeurs traditionnelles dévolues aux femmes en Allemagne. En bannissant l’IVG, l’Ukraine, une ancienne république soviétique, devrait aussi « qualifier la masturbation masculine de génocide des futures générations », a lancé dans un communiqué Femen, qui proteste régulièrement contre la prostitution ou le tourisme sexuel en Ukraine et ailleurs dans le monde.

Lire la suite

PSA Aulnay : Rassemblement devant le QG de Sarkozy le 12 avril

Tract SIA, CGT, CFDT de PSA Aulnay, 10 avril 2012 :

Ils se moquent de nous !

Vendredi dernier a eu lieu la première réunion tripartite qui a été présidée par le Préfet du 93. La direction centrale de PSA était représentée par Cyril Courtier, directeur des relations sociales du groupe. Les syndicats de l’usine et les élus locaux étaient présents.

Tous les syndicats ont parlé d’une même voix et ont tous revendiqué auprès du Préfet et de PSA l’engagement écrit à travers un accord tripartite (État-PSA-syndicats), de maintenir tous les emplois, en deux équipes au moins jusqu’à la fin 2016 ainsi que l’attribution d’un nouveau véhicule.

Les syndicats ont tenu à protester contre l’absence du gouvernement qui s’était pourtant engagé à être là. En novembre dernier, Nicolas Sarkozy s’était engagé à prendre en main le dossier de l’emploi à PSA. Il doit tenir sa promesse !

Lire la suite

A propos de la commémoration du début de siège de Sarajevo et de la guerre en Bosnie et Herzégovine

Initiative Communiste-Ouvrière, 10 avril 2012 :

Il y a 20 ans, le 6 avril 1992, le feu ouvert par les snipers sur les manifestants en centre ville de Sarajevo marquait le début des 4 années de siège de l’une des plus grandes villes de l’ancienne Yougoslavie. Aussi, au-delà de Sarajevo, cela représente symboliquement le début de la fin sanglante du conflit yougoslave, d’abord politique puis militaire, et la plus sauvage des guerres civiles au cœur de l’Europe depuis la deuxième guerre mondiale mettant un point définitif sur l’expérience yougoslave de 20ème siècle.

La commémoration de cette date s’est voulue discrète et réservée aux habitants de la ville en mémoire de 11541 victimes qui ont perdu la vie lors du siège de Sarajevo. Mais comme toute commémoration de ce genre, elle a été récupérée par le pouvoir et les organisations nationalistes, de tous bords, afin de continuer à maintenir les sentiments nationalistes et la peur de l’autre même seize ans après la fin du conflit. A l’occasion de cet événement, les médias, les « experts » et les politiciens, nationaux et internationaux, se sont déchainés avec les propos et les analyses plus fatalistes et pessimistes les uns que les autres sur « une réconciliation impossible », « la route vers la démocratie semée d’embuches », d’un « pays qui n’évolue plus », des « blessures fraiches et toujours ouvertes », « d’un pardon impossible », « d’une multiethnicité disparue », etc.

Lire la suite

Vers la grève chez Free ?

France Soir, 9 avril 2012 :

D’anciens salariés et représentants syndicaux se plaignent de la brutalité des méthodes managériales mises en œuvres chez Free Mobile. A tel point que certains syndicalistes appellent à une grève si ces pratiques ne changent pas prochainement.

Free au bord de la grève ?

Trois mois après son lancement sur le marché de la téléphonie, Free Mobile semble à deux doigts de connaître son premier conflit social. Pression constante, licenciements injustes, humiliations publiques… D’anciens salariés et représentants syndicaux de l’opérateur, interrogés au micro de RTL et d’Europe 1, dénoncent la brutalité des méthodes de management mises œuvres sur certains sites de l’entreprise de Xavier Niel.

Lire la suite

Images de la répression à Tunis

14 janvier 2011 / 9 avril 2012

Quelques images des brutalités policières et des milices islamistes le 9 avril à Tunis lors de la répression de la manifestation à l’occasion de la Journée des Martyrs :

Gaz lacrymogènes Avenue Habib Bourguiba

Lire la suite

Quelques images de la manifestation du 9 avril à Tunis

Quelques images de la manifestation du 9 avril à Tunis, avant le déclenchement de la violente répression policière et des milices islamistes.

"Du fond de l'abime brillera l’étoile de la révolution pour tous les peuples opprimés"

Lire la suite

Tunisie : Mobilisations face à la répression

Dès hier, 9 avril, la population de Tunisie s’est mobilisée dans plusieurs villes pour dénoncer la terrible répression qui s’est abattue à Tunis. Dès lundi après-midi, une manifestation a eu lieu à Sousse, à Hammamet, la marche à l’occasion de la journée nationale des martyrs est vite devenue une marche de soutien à la manifestation de Tunis qui a été fortement réprimée. Ce sont entre 3.000 et 4.000 personnes, dont beaucoup de femmes, qui ont manifesté avec des slogans comme  « Oui à la liberté , non au despotisme », « Vous êtes en Tunisie et non en Iran », « Liberté, tu es ma vie », « pour la sauvegarde des acquis de la femme » ou « pour une constitution civile ». Dans la soirée du 9 avril, c’est à Sfax qu’un rassemblement a été organisé contre la répression et les violences policières. A Monastir, c’est un local de Ennahdha qui a été attaqué par un groupe de manifestants en colère.

A Tunis, en fin d’après-midi, un sit-in s’est mis en place devant l’Assemblée Nationale, sit-in qui a dû se dissoudre pour des raisons de sécurité puisque des salafistes se préparaient à l’attaquer. La police avait alors déclaré aux manifestants qu’elle ne pourrait pas intervenir en cas d’attaque des brutes salafistes. Voilà bien la « liberté » selon Ennahdha : interdiction faite aux progressistes de défiler sur l’Avenue Habib Bourguiba, symbole de la révolution de 2011, mais droit des salafistes de terroriser et d’agresser la population.

Lire la suite