Archives quotidiennes : 09/04/2012

Rassemblement à Sfax contre la répression

On apprend que ce soir de nombreuses personnes se sont rassemblées à Sfax pour dénoncer les violences et la répression policières d’aujourd’hui à Tunis (9 avril 2012).

Lire la suite

Publicités

Violences policières à Tunis : Témoignages

Premiers témoignages des violences policières commises aujourd’hui 9 avril 2012 à Tunis 

Un jeune manifestant poussé par la police du 2ème étage au Passage (Buisness News, 9 avril 2012)

Un jeune manifestant a témoigné, vidéo à l’appui, de l’agression barbare dont il a faitl’objet, aujourd’hui lundi 9 avril 2012, par la police en plein centre ville de Tunis (au Passage).

Allongé sur le lit, le jeune raconte qu’il a été poursuivi par les agents de l’ordre dans un immeuble (le Médina Palace) où il essayait de se réfugier fuyant les matraques et les gaz lacrymogènes. Il affirme avoir vu une femme tabassée alors qu’elle essayait de protéger un enfant, probablement, son fils, et d’autres jeunes paniqués sous les coups des policiers qui étaient au nombre de cinq.

Et lorsqu’il a crié au secours, ces mêmes agents se sont rués contre lui. Et en lui disant des obscénités, l’un d’eux lui a assené un coup de pied dans le dos le faisant dégringoler des escaliers du 2ème étage et chuter par terre.
Transporté au service des urgences de l’hôpital Charles Nicolle, il a dû subir les soins nécessaires et un traitement de choc avant de rentrer pour se retrouver cloué au lit.

Encore un témoignage triste et vivant de l’atrocité de la répression subie par les citoyens en cette fête des Martyrs.

Lire la suite

Appel du PCOI pour le 1 Mai 2012

Appel du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) pour le 1er Mai 2012 :

1er Mai 2012
Revendiquez le monde pour les 99% !
Descendez dans les rues ! Tout le pouvoir aux 99% !

Cette année la journée internationale des travailleurs sera plus que jamais mondiale, radicale et pleine d’espoir. Ce n’est pas une surprise ! En 2011, le monde a été témoin de révolutions et de mouvements immenses et historiques. Dans la plupart des régions du monde, le mouvement des 99% a avancé et a changé la direction du 21ème siècle. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, des dictateurs ont été chassés les uns après les autres. En Occident, la guerre a été déclarée contre le pouvoir des 1% et de Wall Street. La sombre période du Nouvel Ordre Mondial, de l’emprise rampante du marché, de la Nouvelle Droite et de la guerre entre terroristes est déclarée nulle et dépassée. Le monde d’après 2011 est un monde différent. Le 1er Mai 2012 sera donc aussi différent.

Le premier appel à un 1er Mai mondial (1) a été publié il y a quelques mois par le mouvement des 99% aux Etats-Unis, le lieu de naissance de la Journée Internationale des Travailleurs. Grève mondiale ! Voilà l’appel de ce Premier Mai, ce qui veut dire : Habitants du Monde ! Arrêtez le travail le 1er Mai ! Descendez dans les rues ! Avancez vos revendications : depuis un salaire qui permette de vivre jusqu’à l’égalité pour les femmes, en passant par la justice pour les immigrés, du droit à l’éducation, au logement et aux soins jusqu’à l’abolition de l’Etat des 1% et le pouvoir direct par les assemblées générales ! En fait, c’est l’appel de la Commune de Paris de 1871 et des travailleurs “à l’assault du ciel” qui se reflète aujourd’hui dans les rues de New York, Oakland et Long Beach. Le même appel qui fut crié par toutes les Neda dans le soulèvement révolutionnaire de 2009 en Iran, par Bouazizi en Tunisie, et de façon encore plus claire par les immenses rassemblements Place Al-Tahrir en Egypte.

Lire la suite

Tunis : Face à la dictature d’Ennahda

Aujourd’hui, 9 avril 2012, des milliers de personnes se sont rassemblées vers l’avenue centrale Habib Bourguiba pour commémorer la journée des martyrs, en souvenir de la répression sanglante par les troupes françaises d’une manifestation à Tunis le 9 avril 1938. Très rapidement, la police est intervenue pour disperser violemment la manifestation à coup de matraques et de gaz lacrymogènes. Le site « Tunisie numérique » publie plusieurs témoignages de manifestants qui indiquent que des miliciens du parti islamiste Ennahda ont participé la répression de la manifestation aux côtés des forces de répression. Ainsi, Ahmed Seddik, responsable de l’information de l’Ordre National des Avocats a confirmé qu’il a été agressé par des partisans du mouvement Ennahdha, regroupés en milices. Si on compte de nombreux manifestants blessés, on a appris un peu avant 15 heures la mort d’une jeune femme rue de Marseille après avoir reçu une grenade lacrymogène en pleine tête.

Reportage vidéo de Mosaïque FM :

A 11 heures, Radio Mosaïque indique « C’est à coups de matraques et de bombes lacrymogènes que les forces de l’ordre et des individus en tenue civile tentent en ce moment même de repousser les manifestants. L’usage abusif de bombes lacrymogènes et les coups de matraques ont fait plusieurs blessés. » La même source indique que, non contents de réprimer les manifestant(e)s, les agents de répression « tentent d’envahir le siège du parti socialiste de gauche dans lequel sont réfugiés des citoyens dont notamment des femmes et des enfants. »

Lire la suite

Une manifestation violemment dispersée à Tunis

AFP, 9 avril 2012 :

Plusieurs centaines de personnes manifestaient lundi 9 avril sur la grande artère de Tunis, l’avenue Habib-Bourguiba, interdite aux rassemblements. La manifestation n’a pas duré plus d’une demi-heure, avant les premiers tirs nourris de lacrymogènes.

Les manifestants, qui voulaient commémorer la journée des martyrs tunisiens et protester contre l’interdiction, depuis le 28 mars, de tout rassemblement sur l’avenue, ont dû se réfugier dans les ruelles avoisinantes ou les commerces et cafés encore ouverts sur l’avenue. Enroulés dans des drapeaux tunisiens et criant « On n’a pas peur, c’est le peuple qui est ici », les manifestants avaient commencé à investir l’avenue Bourguiba vers 8 heures (heure locale), remontant la rue au pas de course dans une ambiance très tendue.

Lire la suite

Iran : Lutte des travailleurs de Shahab Kodhro

Informations transmises par le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) le 8 avril :

Le 2 avril 2012, lorsque les ouvriers de Shahab Kodhro (NdR : usine automobile qui travaille avec le groupe Renault) sont retournés au travail après leurs vacances du nouvel an (le nouvel an iranien est le 20 mars), ils ont trouvé les portes de l’usine fermées et on leur a dit que l’usine est fermée pour cause de faillite. Même le portier avait été licencié et remplacé par quelqu’un d’autre pour qu’il ne se lie pas avec les ouvriers pour les aider à entrer. Ces travailleurs ont entre 8 et 25 années d’ancienneté et font face au problème des licenciements dans un contexte de paralysie économique.

Protestation des ouvriers de Shahab Kodro

Le lendemain, le 3 avril, 500 ouvriers se sont rassemblés devant les portes de l’usine. Le 4 avril, ils se sont rassemblés devant le parlement à Téhéran et comme ils n’ont eu aucune réponse, ils se sont séparés en deux groupe, l’un de 200 travailleurs s’est dirigé vers le ministère du travail et le second, de 500 personnes, est allé vers le bureau du président Ahmadinejad. Au ministère du travail, une délégation de cinq travailleurs a été reçue pour discuter de leurs problèmes. Le second groupe, de 500 personnes, ouvriers et membres de leurs familles, est sorti de six bus dans la rue où se trouve le bureau présidentiel. Ils ont commencé à marcher vers le bureau avec des pancartes où étaient écrites leurs revendications contre tous les licenciements. Lorsqu’ils sont arrivés au bâtiment présidentiel, les forces de sécurité ont été choqués par les travailleurs et ont tenté de les calmer en leur demandant d’envoyer leurs représentants à l’intérieur. Les ouvriers ont accepté. Alors que les ouvriers attendaient le résultat des discussions, ils ont bloqué la circulation et des gens ont voulu se joindre à eux. Les forces de sécurité tenté d’empêcher que d’autres personnes se joignent aux ouvriers. Sur la banderole des travailleurs, on pouvait lire « 700 licenciements à l’usine automobile Shahab Kodhro pendant l’année de la production du capital national », en référence à la déclaration de Khamenei pour la nouvelle année qui serait une énorme avancée pour les gens. En voyant la banderole, les passants montré une énorme sympathie avec les ouvriers, mais ils ont été empêchés par les forces de police de se joindre aux travailleurs. Après deux heures, les délégués sont sortis et ont rejoint la foule. Ils ont obtenu une lettre adressé au ministère du travail demandant que leur problème soit pris en considération le 7 avril. Les travailleurs ont déclaré que si rien n’était obtenu d’ici là, leurs protestations continueraient. La deuxième chaîne de télévision était présente à ce rassemblement et à promis aux travailleurs de venir faire un reportage le 7 avril.

Lire la suite

Antigone Z : les négociations ont débuté

Le Télégramme, 9 avril 2012 :

Douarnenez : L’équipage russo-lituanien d’un cargo grec est en grève dans le port de pêche depuis vendredi. Dans ses cales, 1.000 t de poisson congelé chez Makfroid destiné à l’Égypte.

«On peut constater qu’il existe encore des armateurs véreux qui profitent d’équipages étrangers pour faire naviguer leurs navires. Cette situation est, pour moi, inadmissible. Laisser naviguer des marins sans salaires depuis des mois n’est pas humain».

Appel aux politiques

Le vice-président du comité départemental des pêches, le marin-pêcheur douarneniste Bruno Claquin, n’a pas de mots assez durs pour qualifier l’attitude de l’armateur grec, propriétaire du cargo qui bloque le quai de débarquement du port depuis vendredi. «C’est vraiment désolant de constater qu’il faille, pour obtenir son dû, prendre en otage la cargaison de Makfroid, prendre en otage le port de Douarnenez, poursuit Bruno Claquin. J’espère que les politiques, de quelque bord qu’ils soient, vont prendre cette situation au sérieux.

Lire la suite