Archives quotidiennes : 07/04/2012

Une manifestation de chômeurs dispersée à Tunis

Buisnessnews, 7 avril 2012 :

L’Union des diplômés chômeurs a appelé ce matin du 7 avril 2012 à une manifestation devant le Théâtre municipal de Tunis pour exprimer leur impatience face à l’absence de gestes en leur faveur.

Vu l’interdiction de toute marche populaire sur l’esplanade Habib Bourguiba, décrétée par le ministère de l’Intérieur depuis les incidents du 25 mars, ces jeunes ont été empêchés de sit-in. Ils se sont retranchés à la place Mohamed Ali, devant le siège de l’UGTT.

Lorsque les jeunes chômeurs ont tenté d’organiser leur marche vers l’avenue, en traversant la rue Mohamed Ali et la rue de Rome, ils ont été empêchés par un cordon de forces de l’ordre qui ont fini par céder sous le nombre de manifestants.

Lire la suite

Publicités

Longvic (21) : La grève continue à Tetra Pak

France 3 Bourgogne, 7 avril 2012 :

Le mouvement débuté jeudi à 4 heures du matin et reconduit met en cause les conditions de travail.

La production est complètement arrêtée et la majorité des salariés de l’entreprise de production d’emballages de liquides alimentaires Tetra Pak (270 salariés sur un total de 350) sont toujours en grève. Ils dénoncent une aggravation des risques psycho-sociaux sur le site de Longvic, dans la banlieue de Dijon.

« La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est le licenciement de l’infirmière de l’entreprise pour des motifs qui ne nous apparaissent absolument pas justifiés. En fait, licencier l’infirmière, c’est s’attaquer à la santé au travail dans l’entreprise », explique Patrice Desfray, délégué du personnel et secrétaire du CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail).

Lire la suite

Grève des travailleuses d’Olam Ivoire

Abidjan net, 7 avril 2012 :

Katiola (Côte d’Ivoire) :Trois cents femmes employées à la société Olam Ivoire ont observé du 2 au 5 avril un arrêt de travail pour dénoncer les mauvaises conditions de vie et de travail qui leur sont infligées par les responsables de cette entreprise spécialisée dans la transformation de l’anacarde.

Selon Dame Touré née Koné Migahéglan, porte-parole des grévistes, elles perçoivent par quinzaine entre 5.000 et 8.000 F par personne, soit 170 F/kg de noix traitées. En plus, relève-t-elle, les salles où elles travaillent ne sont pas ventilées et les employées malades n’ont aucune assistance médicale.

Lire la suite