Le suicide d’un retraité grec, symbole des souffrances causées par l’austérité

Les Echos, 5 avril 2012 :

Le suicide d’un retraité grec devant le Parlement est devenu en moins de 24 heures le symbole des souffrances causées par la politique d’austérité imposée à la Grèce par ses bailleurs de fonds internationaux.

Dimitris Christoulas, pharmacien à la retraite de 77 ans, s’est tiré une balle dans la tête mercredi devant le Parlement grec, en plein centre d’Athènes.

D’après des témoins, il a crié « j’ai des dettes, je n’en peux plus », avant de passer à l’acte. Selon un passant, il a également dit: « Je ne veux pas laisser mes dettes à mes enfants. »

Une note retrouvée dans une poche de son manteau met en cause la classe politique et les milieux financiers. « Je préfère choisir une fin digne, plutôt que fouiller dans les poubelles à la recherche de ma subsistance », a-t-il écrit. Le suicide hautement symbolique de ce pharmacien a aussitôt déclenché une vague de sympathie dans le pays.

Une marche a été organisée en sa mémoire et des anonymes ont déposé des bougies, des fleurs et des notes manuscrites condamnant la crise, sur les lieux du suicide, place Syntagma. « Qui sera le prochain ? », pouvait-on lire sur un billet.
« Quand des gens aussi dignes que lui en arrivent à un tel point, il faut absolument apporter une réponse », a déclaré Costas Lourantos, président de l’Association des Pharmaciens de l’Attique.

« C’est horrible, nous n’aurions pas dû en arriver là. Les députés devraient être punis pour ça », dit Anastassia Karanika, une retraitée de 60 ans. (…)

L’opposition de la population aux coupes dans les salaires et les retraites ne fait qu’augmenter. Le taux de chômage est au niveau record de 21%, deux fois plus que la moyenne dans la zone euro.

Selon la Fondation pour la recherche économique et industrielle (IOBE), l’institut d’analyse le plus réputé du pays, l’économie grecque se contractera de 5% cette année et un actif sur cinq sera au chômage, ce qui compliquera les efforts d’Athènes pour réduire son déficit budgétaire.

2 réponses à “Le suicide d’un retraité grec, symbole des souffrances causées par l’austérité

  1. mais combien se suicident à cause des dirigeants sans aucune impunité, parce qu’ils ne font rien pour nous, parcequ’ils nous prennent ce que l’on gagne durement pour leur besoin personnels….en france aussi des gens se suicident et ça fait surement plus que les accidents de la route, mais les dirigeants s’en fichent le plus royalement du monde, et rien ne change, soit à cause de l’état et leurs maudites taxes, soit petit patron à qui on prend tout avant de gagner quoi que ce soit, alors que ceux sont eux l’avenir du pays et pas ses gros industriels et banquiers assassins et pourtant ils vont continuer à diriger le monde

    J'aime

  2. Pingback: Des centaines de Grecs aux obsèques du retraité suicidé | Solidarité Ouvrière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s