Archives quotidiennes : 05/04/2012

Abattoir d’Hazebrouck : le départ d’Élivia pousse les salariés à la grève

L’abattoir d’Hazebrouck est en grève. Les perspectives d’avenir de l’équipement municipal n’ont jamais semblé aussi sombres. Avec le départ d’Élivia, son principal client, le site n’est plus viable. Quid des trente-quatre salariés et des millions investis par la commune pour moderniser le site  ?

Hier, l’épaisse fumée noire qui se dégage du piquet de grève ne passe pas inaperçue. Devant l’abattoir municipal d’Hazebrouck, une vingtaine de salariés, en tenue de travail, bloque l’entrée. Ces derniers mois leur situation s’est fortement assombrie. Élivia, géant de la transformation de viande de boeuf, a décidé en novembre de quitter le site pour concentrer sa production sur son propre équipement, acquis en juin, à Noeux-les-Mines. C’était le principal client de l’abattoir d’Hazebrouck (6 000 tonnes sur une production totale de 10 000).

Publicités

PSA : Débrayages à Sochaux le jour du CCE

L’Est Républicain, 5 avril 2012 :

Alors qu’un CCE extraordinaire se déroule cet après-midi à Paris, avec à l’ordre du jour les conséquences en France de l’alliance entre PSA et GM, la CGT de Sochaux informe que  » 90 salariés de l’équipe du matin (tournée B) du système 2 (308, 5008 et 30078) du Montage ont débrayé ce jeudi, à partir de 9 h 20, pour réclamer le maintien de l’ensemble des emplois, l’amélioration des conditions de travail, l’égalité de traitement entre intérimaires et CDI lors des journées de chômage APLD (Activité partielle de longue durée) et la reprise des embauches en CDI. La production 3008, 5008 et DS5 a été fortement perturbée ».

Ce débrayage est la conséquence, explique le syndicat  » de charges de travail excessives et fait suite au projet annoncé par la Direction de réduire la production de 50 à 44 véhicules/heure sur le système 2 à partir du mois de juillet avec des suppressions de postes et le renvoi de 350 intérimaires. Les salariés refusent que les uns se retrouvent avec des opérations supplémentaires alors que d’autres se verraient privés d’emploi « .

Lire la suite

Sangerhausen : Deux heures de grève spontanée payantes à l’usine Mifa

La Mitteldeutsche Zeitung du 4 avril rapporte que les ouvriers de l’équipe de nuit de l’usine de vélos Mifa (Mitteldeutsche Fahrradwerke AG) à Sangerhausen (Saxe-Anhalt) ont spontanément cessé le travail pendant deux heures à la mi-mars. Ils n’ont accepté de reprendre le travail qu’après que la direction leur ait accordé une hausse de 150 euros du salaire brut mensuel.

Comme le dit un ouvrier interrogé par la Mitteldeutsche Zeitung : « Là nous avons obtenu 150 euros d’augmentation. C’est un premier pas et quoiqu’il en soit nous continueront à lutter ».

Le suicide d’un retraité grec, symbole des souffrances causées par l’austérité

Les Echos, 5 avril 2012 :

Le suicide d’un retraité grec devant le Parlement est devenu en moins de 24 heures le symbole des souffrances causées par la politique d’austérité imposée à la Grèce par ses bailleurs de fonds internationaux.

Dimitris Christoulas, pharmacien à la retraite de 77 ans, s’est tiré une balle dans la tête mercredi devant le Parlement grec, en plein centre d’Athènes.

D’après des témoins, il a crié « j’ai des dettes, je n’en peux plus », avant de passer à l’acte. Selon un passant, il a également dit: « Je ne veux pas laisser mes dettes à mes enfants. » Lire la suite

Une taxe de 110 euros pour pouvoir déposer une demande de titre de séjour.

Les personnes sans-papiers en attente de régularisation pour accéder à un titre de séjour doivent aujourd’hui se confronter à une nouvelle arme instaurée par la loi des finances de 2012 : une taxe de 110 euros pour pouvoir déposer une demande de titre de séjour, non remboursée en cas de réponse négative, même en cas d’expulsion du territoire !
Après l’accroissement de l’arsenal répressif qui enferme des pères, des jeunes, des familles entières et qui expulse de plus en plus de personnes étrangères, cette nouvelle taxe prouve une fois encore qu’une véritable politique de dissuasion est mise en place envers les sans-papiers tentant de se faire régulariser.
Toutes les occasions sont bonnes pour les faire payer !
Pourtant, solliciter un titre de séjour quand on est présent sur le sol français n’est pas une simple possibilité : c’est une obligation. Le gouvernement instaure un véritable droit d’entrée dans la procédure qui est discriminant.

Que se passe-t-il à l’association d’action éducative du département du Nord ?

Extrait du Lien Social du 2 avril 2012 :

Vendredi 30 mars, une éducatrice spécialisée âgée de 50 ans, salariée à l’association d’action éducative du département du Nord,  a tenté de mettre fin à ses jours sur son lieu de travail, en se barricadant dans son bureau et en avalant des médicaments.

Transportée aux urgences de l’hôpital de Dunkerque, elle est aujourd’hui hors de danger. Selon la CGT, l’éducatrice était sous antidépresseurs, se plaignant depuis plusieurs semaines de harcèlement moral.

L’association d’action éducative du département du Nord avait déjà défrayé la chronique pour avoir vécu le suicide par pendaison de l’un de ses salariés, accusé de violence contre l’un des adolescents suivis. L’éducateur ayant commis ce geste fatal, avait répondu à une agression subie, mais n’avait pas supporté la mise en cause par son employeur, qui loin de le défendre, avait engagé une procédure de licenciement à son encontre. A la suite du premier suicide, la moitié du personnel avait cessé le travail pendant 18 jours, pour protester contre la dégradation des conditions de travail et l’absence de soutien de la part de leur direction.

Lire la suite

Contre les plans d’austérité : l’Europe des luttes

Editorial de Communisme-Ouvrier n°19 (avril 2012), bulletin de l‘Initiative Communiste-Ouvrière :

En Allemagne, grâce à un mouvement de grèves, deux millions de salariés de la fonction publique verront leur salaire augmenter de 6,3% sur deux ans suite à un accord salarial entre les syndicats, l’État fédéral et les communes. Lors de la dernière grève d’avertissement le 27 mars, les salariés des aéroports se sont joint au mouvement et ont obtenu, en plus de la hausse de salaires, une prime de 600 euros. Les salariés de Telekom ont mené une première grève d’avertissement le 29 mars et les métallurgistes se préparent aussi à passer à l’action pour demander 6,5% d’augmentation. Dans un pays peu habitué aux grèves dures, c’est un mouvement important, un réveil du monde du travail.

En Espagne, la grève générale du 29 mars a fait descendre entre 800 000 (selon la police) et 3 millions de personnes (selon les syndicats), dans les rues avec des taux de grévistes d’au moins 77%, et jusqu’à 97% dans l’industrie. Dans la région de Cantabrie, par exemple, on comptait des taux de grévistes de 100% de la métallurgie, de 98% dans la chimie et de 62% dans le secteur agro-alimentaire. Pourtant, le gouvernement a annoncé ce 30 mars de nouvelles mesures d’austérité comme la réduction des budgets des ministères d’au moins 15% en moyenne par rapport à 2011 (au moins 10 milliards d’euros), le gel des salaires des fonctionnaires pour la deuxième année consécutive, de nouvelles coupes sur la sécurité sociale, et une hausse de la TVA. D’autres grèves sont à prévoir, car la situation est très tendue.

Lire la suite