Les salariés du Foyer de vie Popineau en grève depuis vendredi

La Provence, 4 avril 2012 :

Aubagne : À 3 mois du déménagement du foyer, ils dénoncent leurs conditions de travail

La colère était palpable, lundi, dans les rangs des salariés du Foyer de vie Popineau, géré par l’Association des paralysés de France, en grève depuis vendredi. Mais finalement peut être pas autant que l’émotion et le mal-être qui ressortent de leurs témoignages lorsqu’ils évoquent à tour de rôle leurs « mauvaises conditions de travail », l’ambiance « familiale » qui régnait fut un temps au sein de la résidence pour personnes handicapées et associées et aujourd’hui disparu, et le relationnel avec leur direction aubagnaise, particulièrement tendu, quand il n’est pas inexistant aux dires des syndicats. « Dans deux ou trois mois le Foyer va déménager dans deux nouvelles structures (à Beaudinard et à Auriol, ndlr), on ne connaît toujours pas les organigrames, ni l’organisation du travail ; il n’y a eu aucune consultation ni concertation des représentants des personnels », expliquent Jean-Patrick Manduca délégué central CGT, Jean-Michel Leneveu secrétaire du Comité d’entreprise et Christine Le Hen trésorière du CE.

Les salariés (45 personnes grévistes sur 67 titulaires selon les syndicats) installés sur la pelouses du Foyer – « en bas » comme ils disent – expliquent aussi qu’ils « n’empêchent pas les intérimaires d’entrer » et racontent : les démissions, un procès pour harcèlement, les arrêts maladies des collègues et ce sentiment d’injustice devant la mise à pied conservatoire de Boussef Rahou, un infirmier employé au Foyer depuis 28 ans. C’est d’ailleurs cette procédure de licenciement qui a été la goutte d’eau d’une coupe déjà bien pleine pour l’intersyndicale CGT-CFDT qui a appellé à ce mouvement et est soutenue par quelques résidants. « Leur mobilisation est légitime pour défendre Boussef, il est très sympa, confie Gibert, 72 ans et résidant au foyer depuis dix ans qui rejoint les grévistes tous les jours depuis vendredi.

Des grévistes « déterminés » qui réclament l’ouverture de discussions sur leurs conditions de travail et le « respect des représentants du personnel ». Un premier pas a peut-être été franchi hier avec l’organisation d’une rencontre entre la direction et les représenants du personnels, qui a duré jusqu’à tard dans la journée laissant présager d’âpres débats sur les dix points abordés, dont le licenciement de Boussef Rahou. En raison de cette réunion la direction n’a pu être jointe hier.

« Nous irons jusqu’au bout pour la validation des revendications des grévistes, dans un souci permanent de la qualité de l’accompagnement, de la dignité du respect de la personne », précise Guy Albert Lavril, secrétaire du CHSCT et qui quittera bientôt l’établissement. « Ils défendent les valeurs portées par l’APF, ajoute Cynthia Sanchez-Martin responsable de l’union locale CGT d’Aubagne et sa région, des valeurs de considération de la personne, que la direction bafoue. Elle détourne les instances des représentants du personnel et ne respecte pas la procédure », estime encore la syndicaliste concernant cette fois le déménagement futur. « Nous demandons seulement le respect des travailleurs et donc le respect des résidants » ajoute un salarié. « On ne peux plus reculer. Cette grève a créé une solidarité entre nous, il y a eu comme un effet domino, en discutant on s’est rendu compte que l’on n’était pas seul ».

Les élus aussi ont été alertés. « Ce mal-être dont parlent les salariés n’est pas normal », estime Danièle Garcia, maire d’Auriol, ville qui accueillera une des deux nouvelles structures. « On ne reste pas les bras croisés », ajoute-t-elle. « On ne peut pas envisager de réaliser des équipements de qualité répondant aux besoins des résidants et en même temps que le personnel ne soit pas associé à cette transformation », ajoute le maire d’Aubagne Daniel Fontaine qui s’est rendu sur place samedi. Des élus qui attendaient hier soir l’issue des négociations pour se positionner davantage et alerter Gaby Charroux, maire de Martigues et délégué aux handicapés au Conseil général.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s