Multiplications des luttes sociales en Israël

Extraits de Israel Valley, 28 mars 2012 :

Alors que les salariés de la compagnie des chemins de fer viennent de signer un nouvel accord salarial, d’autres conflits apparaissent ou se durcissent. A dix jours des fêtes de Pessah, les salariés de plusieurs secteurs d’activité sont en conflit avec leur direction; il s’agit aussi bien d’entreprises publiques (comme la compagnie nationale d’Electricité,) que privées (comme la laiterie Tnuva). Hier, ce sont les cadres de la direction de l’Aéroport de Tel Aviv qui ont entamé des débrayages. A la veille des grands départs en vacances de Pessah, une grève à l’aéroport internationale serait tout aussi dramatique que des coupures de courant ou que la pénurie de certains produits alimentaires dans les rayons des supermarchés.

Rassemblement des cheminots dimanche 25 mars

Compagnie d’Electricité: les fonds de pension en danger

Les salariés craignent pour leur retraite: la direction a décidé d’utiliser les fonds de retraite des salariés comme garantie des emprunts futurs de la compagnie nationale. Les syndicats, qui refusent de mettre leur retraite en danger, ont lancé des débrayages en signe d’avertissement. Hier soir, le tribunal des Prud’hommes a ordonné aux salariés de reprendre le travail ; il n’empêche que ce conflit pourrait déboucher sur une grève, ce qui signifierait des possibles coupures de courant dans tout le pays. (…)

Agroalimentaire: que faire des excédents de lait ?

Les salariés de la laiterie et fabricant d’agroalimentaire Tnuva accentuent leur pression pour obtenir 5% d’augmentation de salaire. L’interruption de la production de certains produits (lait, fromage et yogourts) perturbe déjà les habitudes du consommateur israélien qui multiplie les achats à la veille de Pessah; depuis hier, c’est la viande surgelée, distribuée par le géant de l’agroalimentaire, qui n’arrive plus dans les supermarchés.

Cette grève fait le bonheur des concurrents de Tnuva (comme Strauss et Tara), mais ceux-ci ne sont pas en mesure de compenser la pénurie de certains produits. Après 8 jours de grève, une question reste encore sans réponse: que faire des tonnes de lait qui ne sont plus distribuées et qui vont devenir rapidement impropres à la consommation?

Aéroport international: débrayages surprises

Sans faire de bruit, les cadres de la direction de la société des Aéroports d’Israël ont entamé hier des débrayages; ils réclament la signature d’un nouvel accord salarial, comme celui signé récemment par leurs collègues techniciens et ingénieurs. Pour l’instant, ils se contenteront de boycotter les réunions et ils s’abstiendront de signer les chèques des fournisseurs. A la veille des départs en vacances, une grève à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv serait catastrophique pour les Israéliens qui ont prévu de passer les fêtes à l’étranger.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s