Luxembourg : Mobilisation des salariés des assurances

Le Quotidien, 28 mars 2012 :

Entre 200, selon la police, et 400 salariés du secteur des assurances, selon les syndicats, se sont rassemblés hier matin à Luxembourg devant le siège d’AXA.

Une manifestation de colère, organisée par les syndicats, suite à la rupture des négociations sur une nouvelle convention collective. Alors que le secteur des assurances cumule les bons résultats ces dernières années, les salariés ne comprennent pas pourquoi leurs patrons ne leur versent pas en retour une partie de ces bénéfices.

Ce mardi matin, 7h, au Glacis, à l’heure où le centre-ville commence doucement à s’éveiller, entre 200 et 400 personnes étaient déjà massées devant le siège de l’assureur AXA pour réclamer une amélioration des conditions de travail dans le secteur des assurances.

«Les gros prennent les bonus, les petits paient le malus» ou encore «Bénéfices en hausse, salaires en baisse» : tels étaient les slogans que les manifestants brandissaient bien haut hier pour dénoncer ce qui, selon eux, relève d’une injustice grandissante. Le mécontentement voire l’indignation étaient bien palpables au sein du rassemblement.

Les syndicats (Aleba, LCGB-SESF et OGBL) sous la houlette de Jim Schneider, vice-président de l’Aleba, ont dressé dans la rue le constat d’une situation qui n’est, selon eux, plus tenable: «Depuis dix ans, les syndicats agissent de façon raisonnable et depuis 1999, les salariés au Luxembourg ont la plus forte productivité du secteur européen des assurances. L’ACA (NDLR : Association des compagnies d’assurances du Grand-Duché de Luxembourg) se moque de nous. ACA, vous nous cherchez, vous allez nous trouver.»

Alors que le secteur des assurances est très florissant au Luxembourg, les salariés ont en effet le sentiment de ne pas recevoir leur part du gâteau. Les propositions faites par l’ACA dans le cadre des négociations sur une nouvelle convention collective ont ainsi été pour eux la goutte d’eau qui a fait déborder le vase: diminution de 50% de leur prime de juin, pas d’augmentation linéaire en 2012 et 2013, une augmentation de 0,25% en 2014 et tout ceci dans le contexte de «manipulation» de l’index et alors que les compagnies d’assurance font des «dizaines de millions d’euros de bénéfices», clament les syndicats.

Un dévouement non reconnu

Les salariés qui se disent dévoués dans leur travail (selon l’Aleba, le nombre de primes par employé a progressé de 160% en dix ans alors que leur salaire n’a augmenté que de 20% dans le même temps) ont enfin l’impression de subir l’arrogance et la suffisance de l’ACA. Ils n’hésitaient pas hier à se décrire comme les «enfants pauvres du Luxembourg».

Alors environ 10% des employés du secteur, déjà vêtus de leur costume pour aller au bureau, n’ont pas hésité à rajouter à leur tenue les couleurs de syndicats pour venir manifester leur mécontentement.

Nouvelles recrues, employés de longue date, frontaliers ou résidents, le malaise était présent chez tout le monde.

Joelle, Alex, Vincent et Mickaël travaillent tous les quatre dans le secteur des assurances depuis une période allant de deux ans et demi à dix ans. Ce jeune groupe d’amis qui travaille dans la même importante entreprise d’assurances luxembourgeoise n’a pas hésité à venir tôt pour faire preuve de solidarité avec ses collègues du secteur.

«Entre la réduction de la prime, la modulation de l’index et la hausse du coût de la vie, ce sera un manque à gagner de plus de 1000 euros pour chacun d’entre nous cette année alors que notre entreprise a fait des millions d’euros de bénéfices», clame Vincent. «Il n’y a aucune reconnaissance. Pire encore, on nous met de plus en plus la pression en nous augmentant la charge de travail au lieu d’embaucher du personnel. Résultat, parfois je suis obligé de venir travailler le samedi», ajoute Mickaël. Quant à Alex, il explique que «cette pression incessante contribue en plus à monter les employés les uns contre les autres, ce qui détériore les conditions de travail».

Si le nombre de manifestants pouvait paraître modeste au regard de grandes manifestations sectorielles qu’a récemment connues le Luxembourg, les syndicats estimaient qu’il était pourtant significatif tant les manifestations dans ce secteur sont rares. D’autant plus que les personnes présentes ont su montrer leur détermination notamment lorsqu’à 7h50, heure de pointe en centre-ville, elles n’ont pas hésité à bloquer quelques minutes les automobilistes boulevard de la Foire, au grand dam des policiers présents. À 8h15, la plupart des manifestants se sont ensuite dispersés pour aller travailler. Ils ont en tout cas promis qu’ils ne lâcheraient rien.

Aujourd’hui, l’objectif affiché est de pouvoir se rasseoir à la table des négociations avec l’ACA pour trouver une solution et ainsi éviter la conciliation. Et s’il faut aller plus loin, les syndicats n’hésitent plus désormais à évoquer la grève.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s