Allemagne : La lutte pour les salaires touche les aéroports

Mardi 27 mars fut une nouvelle journée de mobilisation pour les salaires dans la fonction publique en Allemagne. Les travailleuses et travailleurs des services publics réclament une hausse de 6,5% des salaires avec un minimum de 200 euros d’augmentation. Aujourd’hui, en plus d’avoir touché la plus grande partie des aéroports du pays, ce sont les salariés des services publics des Ländern de Rhénanie-Palatinat, de la Sarre et de Hambourg qui se sont mobilisés.

Manifestation à Hambourg le 27 mars

Ce mardi, c’était la deuxième grève d’avertissement à Hambourg qui a touché différents services publics des jardins d’enfants au recyclage des ordures. 4.000 personnes ont participé à une manifestation à Hambourg qui est parti du port pour aller jusqu’au centre des congrès en traversant le centre-ville.

Les manifestants avaient des banderoles avec des slogans comme « Sortez le fric » ou « Nous le méritons ». Le responsable du Land du syndicat Verdi Wolfgang Rose a déclaré : « C’est notre dernier avertissement. Si les employeurs ne plient pas aujourd’hui, ils devront se préparer à une lutte des travailleurs qui pourra durer des semaines voir des mois ».

Manifestation à Hambourg

Parmi les entreprises touchées par la grève, on peut citer par exemple les bibliothèques, l’Autorité du Port de Hambourg, l’agence pour l’emploi. 19 jardins d’enfants étaient fermés à Hambourg pour cause de grève. Au service de tri des déchets, 7 centres sur 13 étaient fermés pour cause de grève. Dès lundi soir, le Théâtre Thalia et l’opéra de Hambourg ont dû annuler des spectacle suite à la grève de 100 salarié(e)s.

En Rhénanie-Palatinat, la grève a touché dès les premières heures du matin les transports publics, les bus et les tramways sont restés au dépôt. Dans les jardins d’enfants, les mairies, les agences pour l’emploi, les caisses d’épargne et les ateliers municipaux aussi les travailleuses et travailleurs ont cessé le travail. A Mainz, 12.000 salariés grévistes ont manifesté pour leurs revendications.

Manifestation à Mainz

Manifestation à Mainz

Manifestation à Mainz

Manifestation à Mainz

A Aalen, trois rassemblements ont rassemblés 350 salariés, devant la mairie, l’administration du Land et devant la Caisse d’Epargne du canton.

Manifestation à Aalen

Manifestation à Aalen

Manifestation à Aalen

Manifestation à Aalen

A Bad Kreuznach, petite ville de 40.000 habitants, trois crèches de la villes étaient en grève aujourd’hui.

Crèche en grève à Bad Kreuznach

A Worms, la grève a touché les cliniques, les services de la ville, la voirie et trois crèches étaient fermées pour cause de grève.

Mairie de Worms en grève

Dans la Sarre, les éboueurs étaient en grève ainsi que de nombreux salariés des mairies et des hôpitaux. La grève était totale chez les éboueur à Sarrebruck et dans d’autres villes du Land. Une manifestation a rassemblé plus de 5.500 travailleurs des services publics à Sarrebruck. De nombreux jardins d’enfants étaient fermés pour cause de grève à Sarrebruck mais aussi à Neunkirchen, Saarlouis et Völklingen.

Salariées d'une crèche en grève à Sarrebruck

Manifestation à Sarrebruck

En plus de ces trois land, 300 salarié(e)s de l’hôpital Forßmann se sont mi en grève à Eberswalde (Brandebourg) pour les salaires et sont parti en manifestation à travers la ville. Citée par la Bild Zeitung, la responsable du syndicat a déclaré que « l’atmosphère est combative« .

Signe de radicalisation du mouvement, la grève a touché aujourd’hui la plupart des aéroports du pays. A l’aéroport de Francfort (Main), les salariés au sol au cessé le travail à 5 heures jusqu’à 14 h 30. Rien que pour la compagnie Lufthansa, 426 vols ont dû être annulés à Francfort.

Manifestation du personnel au sol à l'aéroport de Francfort

La grève a également touché dès le matin les aéroports de Cologne / Bonn, de Munich, de Brême, de Hanovre, de Münster / Osnabrück, de Dortmund et de Stuttgart. A l’aéroport de Stuttgart, une centaine de salariés des services au sol ont débrayé de 6 à 11 heures, rejoints à 10 heures par les pompiers de l’aéroport. Les bagagistes qui étaient en grève de 4 h à 12 h ; 25 vols ont été annulés. A Munich, la grève a regroupé 350 salariés au sol de 5 h à 12 h et ont manifesté dans l’aéroport. 90 vols ont été annulés. Interrogé par B2B Bayer, un passager, retraité, déclare en attendant son éventuel vol « Je le prend bien » et disant qu’il comprend la grève « J’ai moi-même été pendant des années un salarié ».

Travailleurs en grève à l'aéroport de Hanovre

Travailleuses en grève à l'aéroport de Stuttgart

Dans les deux aéroports de Berlin, Tegel et Schönefeld, le personnel au sol de l’entreprise Globeground (entreprise privée) a débrayé de 5 h 30 à 12 h sur la base des mêmes revendications que celles des salariés des services publics. 90 vols ont été annulés dans les deux aéroports de Berlin grâce à la grève.

Manifestation du personnel au sol à l'aéroport Tegel de Berlin

Manifestation des salariés au sol de l'aéroport Tegel (Berlin)

Grévistes à Tegel (Berlin)

Grévistes à l'aéroport Tegel de Berlin

Au delà de la fonction publique, en Allemagne comme dans les autres pays, la question des salaires est de plus en plus en plus centrale et vitale pour tous les travailleurs et toutes les travailleuses. Mardi, lors d’une deuxième négociation salariale pour le secteur de la métallurgie et de l’industrie électronique en Bavière, le patronat n’a rien lâché sur les revendications des ouvriers. Dans la métallurgie aussi, la revendication des travailleurs est une hausse de 6,5%. A la sortie des négociations, le porte-parole de l’IG Metall (syndicat de la métallurgie) de Bavière a déclaré à B2B Bayern que l’IG Metall va travailler cette semaine à l’organisation de grèves d’avertissement. Même chose pour les négociations salariales de la métallurgie et de l’industrie électronique pour la région de Brandebourg et Berlin, où le responsable syndical Olivier Höbel (IG Metall) a déclaré que si les employeurs « ignorent les intérêts légitimes des travailleurs, nous réagirons massivement et avec de puissantes grèves d’avertissement après la fin de l’obligation de paix ». « L’obligation de paix », période où se déroulent les négociations, se terminera le 28 avril pour la branche métallurgie et industrie électronique.

Le journal Die Zeit, fait part de son inquiétude que l’Allemagne connaisse « une vague de grèves des travailleurs de la métallurgie, des services publics, des banques et des télécommunications ». Dans la fonction publique, il est déjà question de passer des grèves d’avertissement à une grève illimitée. Peut-être faudrait-il prêter l’oreille aux politiciens et économistes qui nous parlent de « modèle allemand » et de suivre l’exemple de nos sœurs et frères de classe d’Outre-Rhin, celui de nous mobiliser massivement pour nos salaires !

Publicités

3 réponses à “Allemagne : La lutte pour les salaires touche les aéroports

  1. Pingback: Lutte pour les salaires en Allemagne : Grève d’avertissement à Telekom demain | Solidarité Ouvrière

  2. Pingback: Allemagne : Protestation pour les salaires dans la métallurgie | Solidarité Ouvrière

  3. Pingback: Contre les plans d’austérité : l’Europe des luttes | Solidarité Ouvrière

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s