Wasquehal : Grève chez Arc Distribution France

La Voix du Nord, 21 mars 2012 :

À l’appel d’une intersyndicale CFDT, CFE-CGC, FO et CGT, une partie des salariés d’Arc Distribution France (ADF), dont le siège est installé sur la zone du Château blanc, à Wasquehal, s’est mise en grève, hier. Une action de mobilisation sur les trois sites français de l’entreprise (Nîmes, Santhenay et Wasquehal), pour montrer l’inquiétude grandissante, liée à la cession annoncée de l’entreprise qui distribue les produits du groupe Arc international, spécialiste des arts de la table.

Il faut d’abord revenir en 2004 pour mieux comprendre la situation actuelle. À l’époque, Arc international rachète le grossiste FLIBA, qui emploie 630 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 220 millions. Aujourd’hui, devenue ADF, l’entreprise ne compte plus que 300 personnes, et perd de l’argent, affichant un CA de 89 millions. Entretemps, les plans de sauvegarde de l’emploi se sont multipliés (quatre en sept ans), avec arrêt de certaines activités et fermetures de sites à la clé. En 2009, le siège d’ADF a déménagé de Neuville-en-Ferrain à Wasquehal, un changement accompagné de restructurations de certains services.

Et alors qu’en juin 2011, l’entreprise annonçait la mise en place de chômage partiel (3 à 4 jours par mois), et un mois plus tard à peine, le 4 juillet 2011, le groupe annonçait sa volonté de se séparer d’ADF.

Aujourd’hui, syndicats et employés craignent pour l’avenir, et désignent les responsables : « Les décisions prises pendant 7 ans par les directeurs généraux qui se sont succédé, nous ont amenés à cette situation », insiste Yves Honoré, délégué CFE-CGC et membre du CE.

Aujourd’hui, alors qu’un « consortium international » se serait manifesté pour reprendre ADF et que les investissements du groupe se tournent davantage vers les pays émergents que vers la France, les employés d’ADF demandent à Arc international de « répondre précisément » à leurs inquiétudes, et « d’assumer ses responsabilités », en mettant en place « les mesures nécessaires pour assurer à la fois des départs dignes et décents, et le maintien et la pérennité de l’emploi dans une structure adaptée ».

Pour sa part, Olivier Cornu, directeur des ressources humaines d’ADF, constate que les salariés « sont inquiets et ont peur, on peut le comprendre, car l’échéance de la reprise approche ». Mais il souligne que le groupe a toujours voulu jouer la « transparence » en annonçant « en amont, dès juillet 2011, sa volonté de rechercher un acquéreur qui garantisse une reprise de l’ensemble des collaborateurs ». Il confirme qu’un « acquéreur potentiel » a aujourd’hui été trouvé, mais avec lequel « rien n’est encore signé ». En effet, des représentants de ce candidat à la reprise d’ADF seront présents lors de trois réunions d’information, de mardi à jeudi prochains. Il s’agira pour la direction d’ADF de « présenter aux membres du CE le projet de cession et de recueillir leur avis ».

Hier, en fin de journée, les grévistes ont décidé de reconduire leur mouvement : « Il durera jusqu’à ce qu’il y ait une négociation sérieuse avec la direction. Il y a une forte motivation », assure Yves Honoré. •

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s