Strasbourg : Environ 700 personnes ont manifesté en soutien aux étudiants étrangers

Vers 11 heures ce matin, ils étaient quelque 300 étudiants et professeurs rassemblées sur le parvis de la faculté de droit. A présent entre 500 et 800, ils se dirigent vers le Crous et la préfecture. Ordre du jour de la manifestation : soutien aux étudiants étrangers en situation irrégulière et, pour certains, menacés d’expulsion.

Sur le parvis de la fac de droit, déjà environ 300 personnes (Photo MG)

Sur le parvis de la fac de droit, déjà environ 300 personnes (Photo MG)

Au milieu des drapeaux de l’UNEF (syndicat étudiant de gauche) ou du MJS (Mouvement des jeunes socialistes), quelques banderoles, sur lesquelles on peut lire des messages du type : « Solidarité pour nos étudiants étrangers », « En France, un étudiant sur 10 est exclu du système social (…), il faut plus de 7000€ sur son compte en banque pour étudier (…), si l’on redouble on est arrêté, on doit montrer ses notes à la préfecture (…) ».

Le cortège des manifestants, après s’être rassemblé sur le parvis de la fac de droit, avance ensuite boulevard de la Victoire. Avec en ligne de mire, le Crous en face de la station Gallia, puis la préfecture. Quelques professeurs sont présents, mais le président de l’UdS, qui vient de publier une lettre de soutien aux étudiants étrangers, n’est pas dans le cortège. A l’approche du Crous, les slogans se font plus agressifs : « A ceux qui veulent virer les étrangers, les jeunes répondent résistance ! C’est Claude Guéant qu’il faut virer ! » Et le traditionnel : « Nous sommes tous des enfants d’immigrés à la première, à la deuxième, à la troisième génération ! »  

Le but de cette matinée de manifestation, apprend-t-on, est de « faire prendre conscience aux gens de ce que peuvent vivre les étudiants étrangers » au quotidien, et « du fait que ce n’est pas l’université qui décide de leur avenir mais la préfecture ». Pour Dilara Hatipoglu, militante à l’UDEES, association qui existe depuis dix ans et qui vient en aide à ses étudiants étrangers en difficulté :

 » On a un scénario catastrophique où le gouvernement s’acharne sur les étudiants étrangers pour remplir leurs quotas. La circulaire Guéant c’est une chose, mais il y a aussi les ressources financières que les étudiants doivent justifier chaque année en renouvelant leurs titres de séjour qui ont augmenté cette année pour atteindre 7680€. De plus, un étudiant étranger n’a le droit de travailler que 21h par semaine, donc il y a impossibilité à obtenir cette somme-là à moins de bénéficier d’une aide extérieure. »

Plus le cortège s’approche du centre-ville, plus les policiers sont visibles. De nombreux médias sont également présents.

Huées et sit-in sous les fenêtres du Crous. (Photo MG)

Huées et sit-in sous les fenêtres du Crous. (Photo MG)

Devant le Crous, quelques 700 personnes manifestent. (Photo MG)

Devant le Crous, quelques 700 personnes manifestent. (Photo MG)

A la Gallia, Jonathan Sommer, représentant de l’association des étudiants en géographie, dénonce comme d’autres l’autorisation supposée donnée aux policiers d’entrer dans les chambres des cité U pour opérer aux expulsions. Khaled Farah, animateur fédéral MJS du Bas-Rhin exprime ainsi que « le directeur du Crous n’a pas le droit d’en faire plus que la loi, il est tenu de la respecter, et collaborer ainsi à la traque des étudiants est totalement scandaleux ». Arthur courty, militant PS, étudiant en droit, dénonce également :

« La mairie fait des efforts pour accueillir ses étudiants quelques soient leurs origines et en parallèle, on a un gouvernement avec son représentant territorial qui est le préfet, qui expulse des étudiants qui sont dans un cursus,  ceci tout simplement pour respecter des quotas et une circulaire inepte. »

Ces étudiants tiennent à « la diversité culturelle et à la richesse » des étudiants étrangers apportés à la ville de Strasbourg, ceci d’autant plus que l’université représente pour eux « un lieu d’émancipation et de rencontre » et la France « une terre d’accueil et d’humanité » qui ne devrait se priver de diplômés qu’elle a elle-même formés.

Après le sit-in sous les fenêtres du Crous, même combat place de la République, devant la préfecture. Alors que les manifestants réclament l’abrogation de la circulaire Guéant, leurs rangs se sont nettement éclaircis. Sur la fin, la manifestation se radicalise, au sons des « Pétain, reviens, t’as oublié tes chiens »… Treize heures : la manifestation prend fin.

Devant la préfecture, les manifestants scandent "une carte étudiant, un titre de séjour". (Photo MG)

Devant la préfecture, les manifestants scandent "une carte étudiant, un titre de séjour". (Photo MG)

8 mars 2012.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s