Journée de grève en Afrique du Sud

JOHANNESBURG, 7 mars (Reuters) – Des dizaines de milliers de personnes ont observé mercredi en Afrique du Sud une grève d’une journée qui a affecté le secteur minier, d’une importance stratégique pour la première économie du continent.

Ce mouvement de grogne a paralysé les activités de Gold Fields, le quatrième producteur mondial d’or, où 85% des ouvriers ont cessé le travail à l’appel de la principale centrale syndicale du pays, le Cosatu (Congrès des syndicats sud-africains).

Harmony Gold, autre grande compagnie du secteur, a également été touchée.

Dans les mines de charbon, la filiale sud-africaine d’Anglo American a fait état d’un nombre « significatif » de grévistes. Le secteur du platine a été largement épargné.

Cette grève visait notamment à dénoncer l’instauration de péages sur les routes autour de Johannesburg et la multiplication des contrats à durée déterminée dans les entreprises du pays.  

« Malgré les avancées politiques et sociales depuis 1994 (la fin de l’apartheid), la classe ouvrière de ce pays continue de subir la pression du néo-libéralisme et de l’héritage de l’apartheid et du colonialisme », a affirmé le Cosatu.

La centrale syndicale entendait surtout, par cette journée, envoyer un message au Congrès national africain (ANC), le parti du président Jacob Zuma qui élira à la fin de l’année sa nouvelle direction. (Ed Stoddard avec Wendell Roelf au Cap, Sherilee Lakmidas et Agnieszka Flak; Guy Kerivel pour le service français)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s