Archives quotidiennes : 06/03/2012

Nouvelle grève à la Fonderie du Poitou Aluminium.

Les salariés entament un mouvement social de 24 heures pour interpeller les pouvoirs publics sur le sort de l’entreprise, en redressement judiciaire.

Vue prise du site de la Fonderie du Poitou Aluminium (FDPA) le 20 octobre 2011 à Ingrandes. (Photo Pierre Andrieu. AFP)

Vue prise du site de la Fonderie du Poitou Aluminium (FDPA) le 20 octobre 2011 à Ingrandes. (Photo Pierre Andrieu. AFP)

Les salariés de la Fonderie du Poitou Aluminium (FDPA) d’Ingrandes (Vienne), placée en redressement judiciaire, ont lancé mardi un mouvement de grève pour interpeller les pouvoirs publics sur le sort de leur entreprise, a-t-on appris de source syndicale.

Les salariés, réunis en assemblée générale, ont voté pour 24 heures reconductibles le blocage des deux sites de production, la Fonderie du Poitou Aluminium et la Fonderie du Poitou Fonte.

«Sur le site de production de fonte, on bloque uniquement les entrées et sorties des véhicules et des matières premières, sans empêcher les salariés de rentrer, mais tout est bloqué sur le site de FDPA», a précisé le secrétaire CGT au comité d’entreprise, Eric Bailly.   Lire la suite

Préavis de grève des municipaux de Leucate.

Cette fois-ci, le bras de fer est bel est bien engagé. Après deux comités techniques paritaires tendus avec le maire, les employés communaux de Leucate ont décidé, « à la très grande majorité », de déposer un préavis de grève illimitée à compter de lundi prochain.

le-mouvement-pourrait-debuter-lundi_368305_510x255

Le mouvement pourrait débuter lundi.

Cette fois-ci, le bras de fer est bel est bien engagé. Après deux comités techniques paritaires tendus avec le maire, les employés communaux de Leucate ont décidé, « à la très grande majorité », de déposer un préavis de grève illimitée à compter de lundi prochain.

Si Michel Py a bien voulu revenir sur certaines mesures du plan de rigueur visant à réduire le budget de fonctionnement de la mairie, les avancées sont globalement jugées « insuffisantes » par les syndicats. Le principal point d’achoppement reste le paiement des dimanches et des jours fériés, jusqu’à présent récupérés double ou alors majorés au taux maximal, et que le maire souhaite ramener à 0,74, voire à les comptabiliser dans le cadre des 35 heures. « Sur ce point, on n’a obtenu aucune avancée », déplore Sylvaine Rousseau, déléguée syndicale. Les employés communaux demandent également au maire de revenir sur son intention d’imposer des dates pour la prise des congés d’été, et veulent l’ouverture de négociations sur le régime indemnitaire.   Lire la suite

Lyon: menace d’une grève des éboueurs

La collecte des ordures ménagères est menacée dans la communauté urbaine de Lyon à partir de lundi, en raison d’un préavis de grève reconductible déposé par une intersyndicale représentant les éboueurs du service public qui contestent une privatisation plus poussée.

La collecte des ordures ménagères est menacée dans la communauté urbaine de Lyon à partir de lundi, en raison d’un préavis de grève reconductible déposé par une intersyndicale représentant les éboueurs du service public qui contestent une privatisation plus poussée. Le Grand Lyon compte 1,3 million d’habitants dans 58 communes. La collecte des déchets est réalisée pour moitié en régie publique et pour moitié par des entreprises privées, dans le cadre d’appels d’offres.

Or la communauté urbaine a redéfini les territoires concernés lors du dernier appel d’offres. Jusqu’alors, les centres de Lyon et Villeurbanne étaient couverts par la régie, et les périphéries de Lyon et Villeurbanne ainsi que les autres communes par le privé. A partir d’octobre prochain, tous les arrondissements de Lyon et l’ensemble de Villeurbanne devraient passer au privé, et les autres communes au public.   Lire la suite

FLORANGE : USINE BLOQUÉE 24H/24

La mobilisation des métallos d’ArcelorMittal se poursuit et s’inscrit dans la durée, alors qu’ils réclament toujours le redémarrage immédiat du haut-fourneau P6, en sommeil depuis de nombreux mois.

Vendredi dernier, les sidérurgistes qui occupaient les voies SNCF à Éblange avaient été délogés par les CRS. Photo ER

Vendredi dernier, les sidérurgistes qui occupaient les voies SNCF à Éblange avaient été délogés par les CRS. Photo ER

Depuis ce jour, en milieu de journée, l’intersyndicale réunie dès le matin (CFDT, CGT, FO) a décidé de poursuivre ses actions de blocage en installant des barrages filtrants au « Portier de Sainte-Agathe », sortie des expéditions du site par camions, mais en poursuivant aussi le blocage des voies ferrées du site d’Ebange et le poste de commande du même site.

Les actions jusqu’ici temporaires, « se poursuivent désormais 24h/24, jusqu’à nouvel ordre. Plus rien n’entre, ni ne sort de l’usine pour une durée illimitée », précise Frédéric Weber, de la CFDT.

Vendredi dernier, une centaine de sidérurgistes avaient bloqué pendant deux heures le poste ferroviaire de l’usine d’Éblange, mais aussi les voies SNCF toutes proches, qu’emprunte la ligne Luxembourg-Paris. Ceux-ci avaient été délogés par l’intervention d’une centaine de gendarmes mobiles, renforcés par des policiers antiémeute (lire notre édition du 3 mars dernier).  Lire la suite

Marionnaud devant la justice pour des licenciements chez un sous-traitant.

PARIS (AFP) – Le parfumeur Marionnaud comparaît mardi devant le tribunal de grande instance de Paris, assigné en référé par les salariés d’un sous-traitant logistique qui accusent le groupe de ne pas respecter ses obligations en fermant cette plate-forme et en supprimant 75 emplois.

Le procès, qui devait avoir lieu le 31 janvier, avait été renvoyé.

Le parfumeur Marionnaud comparaît mardi devant le tribunal de grande instance de Paris, assigné en référé par les salariés d'un sous-traitant logistique qui accusent le groupe de ne pas respecter ses obligations en fermant cette plate-forme et en supprimant 75 emplois. ( © AFP Franck Fife)

Le parfumeur Marionnaud comparaît mardi devant le tribunal de grande instance de Paris, assigné en référé par les salariés d'un sous-traitant logistique qui accusent le groupe de ne pas respecter ses obligations en fermant cette plate-forme et en supprimant 75 emplois. ( © AFP Franck Fife)

Les salariés du site de la société CEPL, à Courtaboeuf (Essonne), reprochent à Marionnaud, qui avait externalisé cette plate-forme logistique en 2006, de confier ces activités à une autre entreprise, située en Seine-et-Marne, à partir d’avril.

Les salariés « ont saisi le tribunal de grande instance de Paris afin que Marionnaud respecte son obligation de reprendre les contrats de travail attachés à son activité logistique et empêche des licenciements particulièrement injustifiés comme la loi le lui impose », explique le délégué syndical CFDT Guy-Samuel Nyoumsi dans un communiqué.

« Depuis le départ, Marionnaud reste sur ses positions et se désintéresse totalement de ses ex-salariés toujours affectés à son activité logistique », ajoute-t-il. Lire la suite

Éducation. Appel à la grève le 19 mars dans le Morbihan

L’intersyndicale CGT-Educ’action, FSU, Sud éducation, SNFOLC, Unsa appelle les enseignants du second degré dans le Morbihan à une journée de grève, le lundi 19 mars.

 «Cet appel unitaire et départemental est exceptionnel. Mais il répond à une situation tout aussi exceptionnelle et inadmissible», déclarent les syndicats qui organiseront un déplacement au rectorat de Rennes, seul interlocuteur possible. «L’inspectrice d’académie du Morbihan n’a plus la moindre marge de manoeuvre». Dans les collèges, dix postes seront ajoutés à la rentrée prochaine, pour 382élèves supplémentaires. Dans les lycées, on attend quatrepostes de plus, pour une hausse générale de 188élèves. «Pour maintenir les moyens actuels et faire face à la poussée démographique il faudrait créer 37postes», calcule l’intersyndicale, qui dénonce, par ailleurs, «le sort particulier» des lycées professionnels du département. «Pour 80 élèves en moins, ce secteur perdra vingt postes; soit, à l’échelle de l’académie, 10% d’élèves en moins et 45% des postes supprimés! C’est ni plus ni moins qu’une offensive contre l’enseignement professionnel».

Le Telegramme.com, 6 mars 2012

La journée de la femme, une journée de revendications

La Journée internationale de la femme n’est pas une journée de fête mais plutôt de revendication et de réflexion sur les stratégies à mettre en place pour l’intégrité totale de la femme.

Ky Chung. Des femmes africaines célébrant la journée du 8 Mars.

Ky Chung. Des femmes africaines célébrant la journée du 8 Mars.

Publié le 6 mars 2012.