Grève et manifestation : le personnel du Greta mobilisé.

Avec 90% de grévistes, les agents bigourdans du Greta ont confirmé les doutes qui accompagnentla réforme de la formation continue. 

Les syndicats demandent un délai supplémentaire pour l'entrée en vigueur de la réforme.

Les syndicats demandent un délai supplémentaire pour l'entrée en vigueur de la réforme.

A Toulouse lundi, ils ont été entendus par le rectorat. Une réforme complexe et technique… mais assurément pas du goût des agents du Greta. Ceux des Hautes-Pyrénées ont massivement marqué leur hostilité à la création d’un groupement d’intérêt public (GIP) prévue par le ministère de l’éducation nationale. À l’invitation du recteur, les agents bigourdans ont rejoint leurs collègues de la région à Toulouse pour faire part de leurs craintes. « En programmant une cartographie précise sans avoir les éléments administratifs ni financiers, on a le sentiment que les pouvoirs publics ont voulu avancer plus vite que la musique », note Jérome Lendres, représentant du personnel qui se félicitait d’avoir été entendu par le recteur. Ce dernier a en effet reporté le comité technique académique qui devait entériner la réforme de la formation continue et décidé d’une réunion spécifique sur le sort des Greta.

À Tarbes, le Greta compte 40 agents permanents et 250 vacataires. « Aujourd’hui, on assiste à une privatisation déguisée. Nous avons besoin d’une réforme ne serait-ce que pour disposer d’un pilotage clair. Après, se pose la question des moyens alors qu’avec la hausse du chômage, le besoin en formation va crescendo. On ne veut pas d’une restructuration à la légère. » Et qui se révélerait coûteuse puisque, selon les agents, les charges patronales augmenteraient sensiblement avec ce nouveau mode de gestion. Pour les Hautes-Pyrénées, le surcoût de la réforme s’élèverait à 110000€.

« Ce GIP n’offre aucune garantie pour le personnel et pour la viabilité financière du Greta, appuie Jérôme Lendres. Nous voulons préserver nos missions de service public et de proximité. On aimerait voir la concrétisation de tous les discours autour de l’emploi et de la formation. » Le Gerat est l’organisme de formation leader sur la région avec près de 30 000 stagiaires formés par an, dont 10 % dans les Hautes-Pyrénées.

La Dépêche le 2 mars 2012.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s