Blocage de la gare d’Ébange par les ouvriers d’ArcelorMittal

L’Essentiel, 2 mars 2012 :

FLORANGE – Une cinquantaine de salariés de l’aciérie ont bloqué vendredi la gare d’Ébange: la ligne SNCF, complètement bloquée entre Luxembourg et Hagondange, se rétablit.

Les ouvriers ont pris position vendredi matin sur les voies SNCF de la station d’Ébange où circulent d’ordinaire quotidiennement une vingtaine de convois acheminant des brames pour le train de laminage à froid de l’usine. Ils ont ensuite gagné les voies SNCF et ont bloqué le trafic des trains de voyageurs sur la ligne Paris-Luxembourg. «Le trafic des trains entre Luxembourg et Hagondange est totalement interrompu jusqu’à 16h», précisait la SNCF de Lorraine, sur son site, à midi. «Le trafic entre Metz et Nancy est fortement perturbé». Confirmation du côté des CFL, contactés par L’essentiel Online: «Aucun train, en provenance ou à destination de Luxembourg, ne circule. Nous n’avons pas prévu de substitutions du côté luxembourgeois», assure Tom Jurcevic, porte-parole des CFL.

Vers 13h30, plusieurs cars de CRS, stationnés non loin de la gare d’Ébange, sont intervenus. Les forces de l’ordre ont repoussé des voies les métallos qui avaient auparavant refusé plusieurs fois de quitter les lieux malgré les demandes du sous-préfet de Thionville François Marzorati. Des bousculades avaient lieu entre les gendarmes, casqués et revêtus de la tenue anti-émeute, et les métallos qui chantaient la Marseillaise. L’intervention, d’une dizaine de minutes, a fait un blessé léger parmi la cinquantaine de manifestants. La SNCF a annoncé une reprise ponctuelle du trafic entre Luxembourg-Hagondange à 14h, avec des retards résiduels à prévoir.

«Perturber la production pendant 24 heures»

Les salariés se sont rabattus vers le poste de contrôle ferroviaire qu’ils occupent depuis le début de matinée et qui gère parallèlement la circulation des trains sortant de l’aciérie chargés de produits finis, notamment de bobines d’acier. «C’est le centre névralgique de Florange. L’objectif est de perturber la production pendant au moins 24 heures», a expliqué un syndicaliste, qui n’a pas souhaité être identifié.

«Nous envoyons un message à ArcelorMittal pour lui montrer ce que l’on est capable de faire», a souligné le responsable FO, Walter Broccoli, alors qu’un comité central d’entreprise se tenait au siège d’ArcelorMittal France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Il s’agit de la cinquième action «coup de poing» des salariés d’ArcelorMittal qui occupent une partie de l’usine, depuis le 20 février.

L’intersyndicale CGT-CFDT-FO avait promis récemment de faire de Florange «le cauchemar du gouvernement» si les deux hauts-fourneaux de l’aciérie, en sommeil depuis plusieurs mois, n’étaient pas remis rapidement en route. ArcelorMittal, qui a décidé récemment la fermeture définitive de hauts-fourneaux à Liège (Belgique) et Madrid, assure qu’en Lorraine il ne s’agit que d’une mise en veille temporaire rendue nécessaire par une demande insuffisante. Le président Nicolas Sarkozy a assuré jeudi que le groupe sidérurgique allait investir 17 millions d’euros dans l’aciérie, notamment pour faire redémarrer l’un des deux hauts-fourneaux au deuxième semestre 2012.

Une réponse à “Blocage de la gare d’Ébange par les ouvriers d’ArcelorMittal

  1. Bonjour,
    50 salariés, c’est peu où sont les autres? Les salarié d’ArcélorMittal ne peuvent compter que sur eux même et sur leur capacité à amener leurs collègues à rejoindre la Lutte.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s