Archives mensuelles : mars 2012

Lille : les 6 sans-papiers arrêtés au local de l’UMP doivent être libérés

Communiqué du Comité des Sans Papiers 59, 30 mars 2011 :

Ce vendredi 30 mars 2012, une soixantaine de Sans Papiers du CSP59 occupaient le siège de campagne de l’UMP rue Solférino à Lille pour demander au Préfet de recevoir une délégation, pour dénoncer la coquille vide de la CODRESSE et exiger le droit à la défense argumentée des dossiers des Sans Papiers.

Vers 16h les forces de l’ordre ont évacué le local, après avoir fait usage des bombes lacrymogènes sur les personnes en soutien à l’extérieur.

7 camarades Sans Papiers ont été embarqués par les forces de police et un camarade Sans Papiers a été hospitalisé vers les urgences de l’hôpital Salengro au CHR de Lille.

Lire la suite

Maroc : Une nouvelle victime de viol se suicide

Yabiladies, 28 mars 2012 :

Une jeune fille, âgée tout juste de 16 ans, vient de se suicider à Chefchaouen, dans le nord-ouest du Maroc, rapporte le quotidien arabophone Al Massae, dans son édition d’aujourd’hui, mercredi 28 mars. Les faits se sont produits dans la soirée du lundi 26 mars, au Douar Beni Amar. Asmaâ Alkastite, qui selon la même source aurait été violée il y a un an, par un ressortissant marocain résidant en Espagne, se serait donnée la mort en ingurgitant du poison. Elle est décédée à l’hôpital Mohammed V de Chefchaouen.

Aussi, le présumé violeur, âgé de 20 ans de plus que la victime, souhaitait l’épouser. Sa mère aurait, il y a une quinzaine de jours, rendu visite à la famille d’Asmaâ, afin de demander sa main. La demande de mariage a, toutefois, été rejetée par la famille, précise-t-on. La gendarmerie royale aurait, d’ores et déjà, convoqué le présumé violeur pour l’auditionner, ajoute la même source.

Lire la suite

Allemagne : Les grèves paient

ATS, 31 mars 2012 :

Soulagement pour les employés de la fonction publique en Allemagne. Deux millions d’entre eux verront leur salaire augmenter de 6,3% sur deux ans suite à un accord salarial entre les syndicats, l’Etat fédéral et les communes, a indiqué samedi une source syndicale.

Le syndicat allemand des services ver.di réclamait des hausses de 6,5%, s’alignant sur une revendication du syndicat de la métallurgie IG Metall pour 3,4 millions de personnes employées dans la métallurgie.

Lire la suite

Disneyland : la grève se poursuit

AFP, 31 mars 2012 :

Plusieurs dizaines de salariés de Disneyland Paris étaient en grève samedi pour la deuxième journée consécutive, sans toutefois perturber les activités du parc d’attractions, où sont lancées les célébrations du 20e anniversaire, a-t-on appris de sources concordantes. Il y avait environ 150 grévistes samedi, selon les syndicats. La direction de la société Euro Disney en dénombrait une quarantaine.

Les syndicats comme la direction ont indiqué qu’il n’y avait pas de perturbation samedi en milieu de journée. Vendredi, une parade a en revanche dû être annulée « pour des raisons de sécurité », selon la direction. Celle-ci a proposé « de réunir l’ensemble des partenaires sociaux » mercredi. « Il ne s’agit pas d’une réouverture des négociations du plan de salaires 2012 mais de donner l’opportunité de poursuivre le dialogue entreprise-syndicats de manière constructive », précise-t-elle.

Lire la suite

Allemagne : Le livre noir du travail intérimaire

Le 29 mars 2012, l’IG Metall (syndicat de la métallurgie allemand) a présenté son étude « Schwarzbuch Leiharbeit« , Le livre noir du travail intérimaire, étude réalisée par le syndicat sur la base d’entretiens avec plus d’un millier de travailleurs intérimaires (le rapport peut être téléchargé en PDF).

Présentant le livre, news.de fait une courte présentation de ce qu’est le travail intérimaire en Allemagne : « Ils (les travailleurs intérimaires sont considérés et traités comme des travailleurs de seconde classe. Les intérimaires ne gagnent que la moitié que ce que touche un travailleur embauché pour le même travail. Leur salaire moyen est de 7,80 euros de l’heure et ils leurs manquent la sécurité des droits ».

En Allemagne, on compte environ un million de salariés soumis au travail intérimaire. Pour comparer, en janvier 2004, on comptait 326.000 intérimaires. En juillet 2008, le nombre d’intérimaires est monté à 823.000 alors que 200.000 travailleurs étaient licenciés dans les mois précédents. Et alors que les politiciens ne cessaient de parler de reprise économique, le chiffre des intérimaires n’a jamais cessé de grimper pour atteindre 910.000 travailleurs intérimaires en juillet 2011. Le « miracle de l’emploi allemand », c’est en fait le remplacement des travailleurs licenciés par des ouvriers intérimaires, sous-payés, sans droits, et sans aucune garantie pour l’avenir. Comme le dit un ouvrier cité dans le « Livre noir« , « Pendant 23 ans j’ai travaillé dans l’entreprise. Lors d’une restructuration, j’ai été licencié avec 140 autres ouvriers. Maintenant j’y travaille à nouveau, mais comme intérimaire« . Ce n’est pas un cas isolé : « D’août 207 à août 2009 j’ai travaillé dans la même entreprise comme fraiseur. Puis est venue la crise économique et je suis resté 10 mois au chômage. Puis j’ai repris le même travail -la même machine, la même équipe, les mêmes heures de travail. Quand j’étais au chômage j’avais 200 euros de plus que ce que je touche maintenant par l’agence d’intérim. Vous ne pouvez pas vous rendre compte comme cela fait mal, lorsque l’on sait combien on a gagné comme salarié dans la même entreprise, et que 18 mois plus tard on fait le même travail pour à peu près la moitié du salaire. »

Lire la suite

Islam, islamisme, islamophobie, etc.

Initiative Communiste-Ouvrière :

Interdiction des minarets en Suisse, déclarations de Marine Le Pen sur « l’occupation » de la France par les musulmans, « assises contre l’islamisation » à Paris, vandalisme contre des mosquées et des cimerières musulmans, assiste-t-on à une montée de ce qui est appelé « islamophobie » ?

Le terme d’islamophobie est un mot ambigüe que nous, communistes, préférons ne pas utiliser puisqu’il introduit une confusion, et ceux qui l’utilisent jouent beaucoup sur cette confusion, entre la critique de la religion musulmane, légitime comme toute critique religieuse, voir la dénonciation de l’oppression au nom de la religion dans les pays du Maghreb et du Machrek, et les discriminations et le racisme que subissent des personnes considérées comme musulmanes, discriminations et racisme que nous combattons comme toutes les autres formes de racisme et de discriminations. Prenons par exemple le site britannique « islamophobia watch », il dénonce, au nom de la « lutte contre l’islamophobie, à la fois des campagnes que nous, communistes, soutenons, comme celles contre les exécutions d’homosexuels en Iran, pour les droits des femmes au Moyen-Orient, contre la Charria, etc., et des cas de discriminations racistes ou xénophobes que nous combattons. Le mot est tellement ambigüe que l’on peut se demander s’il désigne les discriminations, réelles que subissent des êtres humains considérés « musulmans », ou des attaques contre l’Islam, en tant que religion. C’est pourquoi il faut mieux ne pas l’utiliser, d’autant que nous avons d’autres mots, comme racisme et xénophobie, qui permettent de bien mieux expliquer le phénomène auquel nous assistons.

Lire la suite

Les quatre jours de grève des salariés de Betafence ont payé

La Voix du Nord, 31 mars 2012 :

Les négociations n’ayant pas fait mouche, les salariés de Betafence France, à Bourbourg, se sont mis en grève, afin d’obtenir une hausse de leurs salaires. Les représentants de la CFDT, le syndicat majoritaire absolu, en discutaient en vain avec la direction belge du groupe depuis le mois de juin. Selon leur ancienneté, le salaire des 71 Nordistes sera augmenté de 1,5 à 2,5 %. Ils récupéreront aussi la moitié de l’inflation 2013 et cela dès janvier, grâce à la rétroactivité. Leur salaire n’était plus indexé sur cette variable depuis 2005. Enfin, ils toucheront l’intégralité de leur prime d’intéressement, sans condition.

Leur demande faisait suite à la confirmation des bons résultats obtenus en 2011 (ils dépassent le million d’euros et donnent le droit à une prime d’intéressement aux salariés) par leur site, Betafence France. « En janvier 2010, après le plan social de juillet 2009, nous n’avions rien demandé. Nous avions négocié le plan social et essayé de préserver un maximum de postes », rappelle Fabrice Maes, secrétaire de section la CFDT et délégué du personnel.

Lire la suite