Archives quotidiennes : 10/02/2012

Un directeur d’école séquestré à Dives-sur-Mer

Craignant la suppression d’une troisième classe en trois ans à la rentrée, une quarantaine de parents d’élèves de l’école Colleville ont décidé de séquestrer le directeur de cette école primaire de Dives-sur-Mer, ce jeudi matin, dans son bureau.

Les parents protestent aussi contre la perspective de voir ce même directeur assurer cette fonction à mi-temps à la rentrée et contre la baisse des postes spécialisés. « Ils ne seraient plus que trois Rased sur 45 écoles de la circonscription à la rentrée »,avancent-ils. Le maire Pierre Mouraret et son adjoint aux affaires scolaires doivent être reçus ce matin à l’inspection académique.

Ouest france, 9/02/2012.

Grèce. Appels à la grève générale vendredi et samedi

Les deux grandes centrales syndicales grecques, Adedy pour le public et GSEE pour le privé, ont appelé jeudi à une grève générale vendredi et samedi contre les nouvelles mesures de rigueur réclamées par l’UE et le FMI en échange d’un nouveau prêt, a-t-on appris de source syndicale.

Mardi, quelque 20 000 Grecs avaient manifesté à Athènes et Salonique, à l’occasion d’un appel à la grève générale.

« Nous appelons à une grève générale vendredi et samedi aux côtés du syndicat de la fonction publique », a indiqué un porte-parole de la GSEE, confédération syndicale du secteur privé, après une nuit de réunion marathon des trois partis de la coalition gouvernementale sur le nouveau plan de rigueur.

Mardi, plus de 20 000 personnes ont manifesté à Athènes et Salonique à l’occasion de la première grève générale de l’année en Grèce contre la nouvelle potion de rigueur qui se profile pour le pays.

Lire la suite

Les Conti de Clairoix s’invitent à Sarreguemines. Rassemblement prévu vendredi 10 février.

Des tracts avant une venue en nombre. 

Une délégation du comité de lutte de Continental de Clairoix a rencontré la direction, avant un rassemblement prévu vendredi 10 février.

Avec les camarades de Clairoix ! », lancent les hommes plantés devant l’usine Continental, en zone industrielle. C’est l’heure du changement de poste. Les ouvriers du poste de matin et d’après-midi se croisent. Chacun reçoit un tract distribué par le petit groupe composé de membres du comité de lutte de Continental Clairoix et de syndicalistes CGT du site de Sarreguemines. Le message principal figure en gras sur la feuille blanche : « Nous vous donnons rendez-vous vendredi 10 février de 12 h à 15 h. »

Respecter les engagements

Ce jour-là, les Conti dont l’usine a fermé en 2009 viendront de l’Oise non pas à six, comme mardi, mais « à 150 voire 200 », annonce Roland Spirko, conseil du comité de lutte. « Trois ans après le début du conflit, c’est pas mal du tout », ajoute-t-il. Pour cette « rencontre fraternelle pour montrer l’unité des travailleurs », il espère que des salariés de Continental à Toulouse feront aussi le voyage jusqu’en Moselle-Est, tout comme une délégation syndicale internationale qui viendrait du siège du groupe, à Hanovre. Un rassemblement pour montrer à la direction que la mobilisation est toujours forte, et faire respecter les engagements concernant le reclassement des Conti de Clairoix. Lire la suite

Zéro pointé à la politique du chiffre

Ils l’avaient dit, ils l’ont fait : les parents d’élèves de la maternelle de Rodemack occupent l’école depuis mardi pour protester contre la menace de fermeture d’une classe à la rentrée.

L’ambiance est bon enfant, presque potache. Ne pas se fier aux apparences : les parents d’élèves de la maternelle Le Petit Prince à Rodemack, restent déterminés. S’ils déploient banderoles, sacs de couchage et panier pique-nique le sourire aux lèvres, ils n’ont guère envie qu’on joue trop longtemps avec leurs nerfs. Tout comme les élus de la commune, le maire Gérard Guerder en tête, ils s’opposent aussi à l’arithmétique académique. Car, comme chaque année à pareille époque, c’est bien de nombre d’élèves dont il est question.

Lire la suite