La lutte pour la défense du droit de grève dans le transport aérien

Dépêche AP, 7 février 2012 :

Le mouvement de grève dans l’aviation civile entraînait, mardi, des perturbations du trafic aérien plus importantes que la veille, selon Air France et Aéroports de Paris (ADP).

Manifestation à Roissy Charles-De-Gaulle le 6 février

Jointe par l’Associated Press, la compagnie Air France expliquait qu’au niveau national, elle restait mardi matin sur ses prévisions faites la veille dans la soirée, soit « un peu plus de 50% des vols long-courriers assurés et 70% pour les court et moyen-courriers ».

« Nous ne pouvons pas exclure des annulations à chaud », précisait-on à Air France mardi en fin de matinée. Lundi, premier jour de la grève, Air France dit avoir assuré en moyenne 80% de ses vols.

Pour Paris, selon ADP, mardi matin, 40% des vols étaient annulés à Roissy, et 15% à Orly, essentiellement des départs.

Les syndicats -de personnels au sol, d’hôtesses, de stewards et de pilotes- ont appelé à cette grève jusqu’à jeudi soir, pour exiger le retrait de la proposition de loi UMP visant à encadrer les conflits sociaux dans les compagnies aériennes, qu’ils considèrent comme une « atteinte au droit de grève ».

Le Syndicat national des pilotes de lignes (SNPL France Alpa) a ainsi déposé un préavis de grève depuis lundi et jusqu’à jeudi 23h59, couvrant tous les pilotes et « toutes les compagnies ». A Air France, six syndicats (CGT, FO, SNPL, SNPNC, UNAC et UNSA) ont appelé l’ensemble des personnels à cesser le travail pendant cette période.

Lundi soir, le SNPL parlait de 73% de grévistes parmi les pilotes, affirmant que « délibérément, les entreprises ont communiqué sur de faibles perturbations afin (…) de décourager les pilotes de s’impliquer dans ce conflit », et « de justifier la nécessité d’une loi encadrant le droit de grève, alors que la brutalité des attaques ne pouvait que conduire à un conflit dur ».

« La poursuite de notre action est plus que jamais impérative. Ne nous y trompons pas: face à la volonté du gouvernement et des entreprises de museler les pilotes de ligne, nous nous devons de parler d’une seule voix », ajoutait le syndicat.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s