Cameroun : Colère des ouvriers de Hévécam

Le Jour, 20 janvier 2012 :

L’arrivée du gouverneur de la région du Sud, Jules Marcellin Ndjaga, à Niété, n’a pas dissuadé les employés.

La crise ouvrière s’enlise à Hévécam. Mercredi dernier, des milliers d’ouvriers ont envahi le village 7 à Niété, où se situe l’usine de la société productrice de l’hévéa au Cameroun. Très en colère, ils ont chassé de force les 600 ouvriers qui se trouvaient derrière les machines. Ce qui leur a permis de fermer l’usine. La direction générale a aussitôt appelé les autorités administratives de la préfecture qui ont envoyé un renfort de policiers et de militaires. Mais, en vain. Le gouverneur de la région du Sud, Jules Marcellin Ndjaga, informé de cet assaut des grévistes, s’est rendu à Niété.

Arrivé hier matin, le gouverneur a tenu une concertation jusqu’à tard dans la nuit avec les autorités locales et la direction générale de la société. Une autre rencontre a suivi le lendemain avec les ouvriers. « Je suis venu donner l’ordre que le travail reprenne demain », a instruit le patron du Sud. Des paroles qui ne trouveront aucun écho favorable chez les grévistes. « Ce sont les mêmes paroles que les autres ont eu à nous dire, sauf qu’ils ont dit qu’ils donnaient 52 millions, mais cela n’atteint même pas la quinzaine des ouvriers. Nous ne bougeons pas d’un pouce si nos réclamations ne sont pas prises en compte », a indiqué Dikwa Gaïssala, l’un des porte-parole des ouvriers.

Au 21ème jour de grève, la situation devient de plus en plus critique à Niété. Les conséquences sont partagées. La société Hévécam estime ses pertes à la somme de 80 millions FCfa en moyenne par jour, alors que chez les ouvriers, la plupart des enfants ne vont plus à l’école. Dans les foyers, il ne reste plus suffisamment de provisions alimentaires. Certains les ont déjà épuisées et n’ont plus les moyens de se ravitailler. « Qu’importe, même si on meurt de faim on va poursuivre cette grève jusqu’au bout », affirme un des grévistes.

Au début de la crise, Hévécam avait proposé de payer les heures supplémentaires du travail de dimanche et de promouvoir les primes sur la qualité et la production. Mais, les ouvriers sont restés fermes sur leurs exigences des droits liés à la privatisation de la société (droit ignoré par l’entreprise), et la reconsidération de la grille salariale.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s