Pétition. Tunisie : Ni agression ni niqab au sein de l’espace public !

De graves troubles et agressions de la part de personnes qui se prétendent « adeptes de Abou Salef » agitent l’Université tunisienne depuis le début de la campagne électorale, début octobre.

Y -aurait-il stratégie d’islamisation de la société par harcèlement des citoyennes et citoyens? N’oublions pas les divers faits relatifs à l’agression de la synagogue, au meurtre du prêtre de La Manouba, à la destruction de la petite mosquée de Djerba , et plus récemment aux menaces concernant la Basilique du Kef, l’Eglise de Sousse, etc. ???

Pourquoi cette indifférence des pouvoirs publics à ce sujet ? Pourquoi ce silence des médias et plus récemment pourquoi le soutien « politique » pour l’inscription d’ une étudiante en niqab qui perturbe le fonctionnement de toute une faculté et agression qui a été précédée sur les ondes de la radio Shems FM par une émission revendiquant le port du niqab dans l’enceinte éducative et universitaire comme un droit, faisant partie des libertés individuelles impliquant même un responsable du Ministère de l’éducation , mais où va-t-on ???

Mobilisons-nous pour ne pas céder au chantage et à la pression des salafistes, car ce serait un grave précédent si les Ministres de l’Enseignement Supérieur , de l’Education et de la Formation, les Recteurs transgressent la volonté des conseils scientifiques  pour autoriser UNE SEULE étudiante à porter le Niqab !!!

PHASE I – Les faits

La Faculté des Lettres de Sousse, son Doyen, ses Professeurs et ses étudiants ont été  sous la menace des salafistes armés de couteaux à partir du 5 aoctobre 2011, qui veulaient imposer par la force le Niqab à l’Université malgré le refus de tout le corps professoral …Les salafistes se sont rendus à 3 reprises à La Faculté des Lettres de Sousse :

  • Le 5 octobre 2011, 4 salafistes ont agressé le portier de la faculté et ont envahi l’administration pour imposer l’inscription d’une jeune étudiante en Niqab …
  • Le 6 octobre 2011, les Salafistes au nombre de 30 sont retournés à la Faculté des Lettres de Sousse et ont menacé d’égorger le Doyen s’il n’inscrivait pas la jeune fille en Niqab …
  • Le 7 octobre 2011  les Salafistes ne sont pas allés à la Faculté des Lettres de Sousse aujourd’hui, mais paraît-il ils se sont réunis dans les mosquées pour jeter des imprécations contre le Doyen, les professeurs et les étudiants et ils ont décidé de retourner demain samedi 8 octobre 2011 à 9H du matin …Le Recteur a donné l’ordre au Doyen d’accepter l’étudiante en nikab malgré la circulaire l’interdisant au sein de l’Université …Pour le Ministère de l’Enseignement Supérieur, seul l’attaché de presse a réagi en donnant le même ordre que celui du recteur …Les professeurs, le Doyen et les étudiants ont décidé d’affronter seuls les salafistes devant l’absentéisme du Ministère de tutelle et font appel aux parents des étudiants et à la Société civile pour les soutenir devant cette invasion wahhabite …Où sont les partis politiques, les listes électorales tant indépendantes que partisanes ???

Nous appelons les parents des étudiants, la Société Civile et les partis politiques en lice qui prônent la modernité et la démocratie, la liberté et l’égalité à soutenir le Doyen, les Professeurs et les étudiants qui affrontent seuls ces salafistes armés le 8 octobre 2011  à 9H du matin …

  • Le 07 octobre 2011, je prends attache avec la direction de Radio Express FM et nous convenons ensemble d’un déplacement pour une couverture de cet événement sur les lieux même…
  • Le 08 octobre 2011, vers 7H 30 du matin, je passe prendre Mourad Dridi à la radio direction Sousse …Sur la route, je reçois un coup de fil de Naila Sellini (professeur au sein de cette faculté ) me disant de faire gaffe que 200 voitures de salafistes « armés » encerclaient la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Sousse depuis 6H45 du matin. Elle nous demande de venir directement au Rectorat où se tenait une réunion des professeurs avec le Recteur …Quelques instants après, alors qu’on était près d’arriver, un autre coup de fil nous apprend que l’ordre a été donné à l’armée et la police pour dégager l’entrée de la fac et qu’on pouvait se rendre directement à la Faculté, qu’ils nous rejoindraient plus tard puisque le Recteur a accepté de faire une demande officielle au Ministre de l’enseignement supérieur pour interdire le niqab …Mourad Dridi, le journaliste de Radio Express FM commence son boulot : il s’adresse d’abord aux salafistes , ensuite aux étudiantes et étudiants , au personnel de la fac et aux  professeurs …Il me demande de l’accompagner jusqu’à la station de louage pour qu’il puisse rendre compte des faits à sa radio …Quant à moi-même et à un autre membre de Egalité et Parité, Souad Hemayed Ghariani de Sousse, nous avons recueilli les signatures des professeurs et diverses photos de l’affaire pour constituer un dossier à qui de droit…Les professeurs de retour du Rectorat ont tenu une réunion jusqu’à 13H et ont exprimé leur détermination à refuser le diktat du niqab s’en penant à la complicité de certains pouvoirs …Ils étaient tous dans l’attente de la publication de la circulaire promise.Les Salafistes, paraît-il se sont rendus eux-mêmes au Rectorat selon certaines radios , d’où nous sont parvenues des informations contradictoires.

Nous appelons les membres du gouvernement de transition à ne pas engager la Tunisie dans une bourrasque du Niqab à 20 jours des élections …et à préserver la neutralité et l’autonomie  de l’enceinte universitaire …

  • Le Dimanche 9 octobre 2011, le passage du film Pzrsépolis provoque un raz de marée salafiste et nahdhaoui (manifestation géante) avec la montée au créneau d’avocats portant plainte pour atteinte aux symboles sacrés de l’Islam avec violences perpétrées contre le domicile d’un directeur d’une chaîne TV qui l’ avait assuré ainsi que le viol de sa femme de ménage par une bande d’énergumèmes … ainsi que l’attaque de plusieurs értudiants au sein de la faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis avec des tables et des chaises abandonnées dans l’arrière cour avec paraît-il des étudiants blessés …
  • Organisation de plusieurs manifestations A3takni par un groupe de jeunes :

La première se déroule avec une grande mobilisation de plusieurs milliers de personnes , le dimanche 16 octobre 2011 , suivie d’une autre à Sousse où des manifestants ont été lapidés , et de deux autres à Sfax et à Kairouan où des jets de pierre et des agressions ont donné lieu à des plaintes .

  • Le 20 octobre à Kairouan , alors que la manifestation A3taakni n’avait pas commencé, une manifestation empruntant le même itinéraire a agressé les jeunes agresseurs à coups de poing devant la maison de la culture et un mouvement de foule nous voyant arriver , ma fille et moi, nous a d’abord agressé verbalement puis à coups de pierres …Les agresseurs nous ont collé et volé …Ils se sont approchés si près qu’un individi a plongé sa main sous mon pull pour m’arracher une chaîne qui n’était nullement visible de l’extérieur et qu’ils ont arraché un appareil photo Nikon, professionnel , ma fille étant là pour un reportage photo et ils criaient Allah OU Akbar et autres slogans qui n’avaient rien àvoir avec leur violence , à croire qu’ils étaient drogués …La police en a fait un simple fait divers, un vol à la tire …Pendant l’agression aucun représentant de l’ordre public n’était là, excepté paraît-il des agents en civil …Nous avons été protégées par un groupe de salafistes, qui a aidé ma fille à prendre un taxi pendant qu’un agent de police providentiel m’escorte d’un autre côté…

J’ai passé presque tout le reste de la journée au poste de police de la mantka de Kairouan … où j’ai déposé plainte …Alors que je voulais rentrer, un individu s’est pointé pour porter plainte contre ma fille parce que pour échapper à la foule elle était montée sur le capot de sa voiture …

Nous n’avons pu quitter le poste qu’après 18 heures ../et nous avons quitté Kairouan, escortées par la police.

Radio Kairouan, Radio Sabra, Radio Kalima et Nessma TV ont relaté l’agression ainsi que madame Anissa Daoud (ATFD Kairouan et PDM) et le responsable de la LTDH qui nous ont soutenues …Mais aucune dénonciation ni de la part des partis conservateurs ni des partis progressistes , ni des ONG de la société civile qui se sont contentées d’être figés dans la stupeur …

PHASE II – Violences contre les femmes

Puis après le déroulement des élections et la victoire du parti islamiste les agressions ont repris de plus belle   au sein même des universités mais dès lors ciblant les professeurs femmes et les étudiantes non voilées dans le silence absolu des responsables politiques à tous les niveaux :

  • Le  « Vendredi 28 octobre, un incident d’extrême gravité est survenu à l’ESC de Tunis, relevant de l’univeristé de la Manouba, où un groupe de jeunes étudiants d’une tendance et appartenance idéologique bien apparente se sont regroupés devant un amphi de l’école et ont obligé une enseignante d’arrêter son cours magistral. Heureusement que le pire a été évité de justesse grâce aux étudiants de l’enseignante présents à son cours et qui ont réussi à accompagner leur professeure sous bonne garde jusqu’au bureau du directeur. Motif : La tenue de la professeure était à leur goût pas très « religieusement acceptable »!!

C’est exactement le même scénario que j’ai vécu avec ma fille à Kairouan, une horde avait attaqué et insulté et jeté des pierres alors qu’un autre groupe avait offert sa protection et ménagé une porte de sortie..

  • Le  1er novembre un  groupe d’étudiants salafistes appelle à la non mixité du restaurant universitaire se passant de l’autorisation de l’administration …
  • A l’institut d’étude La Zitouna, des étudiantes non voilées sont empêchées d’accéder à l’institution ..

PHASE III – Echaab Yourid ???  ( Le Peuple veut ??? )

Les jeunes étudiants (Taliban) veulent-ils faire une démonstration de force et passer à l’acte malgré la déclaration d’ouverture de leurs dirigeants ( Rached Ghannouchi, Hamadi Jebali , Samir Dilou, Souad Abderahim et autres ) … Agissent-ils en « électrons libres » ou de concert avec les grands ? Veulent-ils arriver à leurs fins en prétextant que les changements de lois seraient dues à la volonté du peuple ? Echaab yourid dawla islamya ???

  • Le mercredi 2 novembre 2011 , Convocation à la Cité des Sciences par le Forum des Universitaires Tunisiens où différentes femmes agressées se sont exprimées dans la salle et aux médias pour dénoncer l »ascension de cette violence étudiante contre les professeurs femmes et des étudiantes voilées à l’égard des étudiantes non voilées …
  • Radio Mosaïque, la TV nationale, Nessma TV pour la première fois parlent  de ces agressions et donnent la parole aux femmes …
  • Un communiqué sur facebook annonce que mercredi 2 novembre 2011, le Conseil Scientifique de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales vote l’interdiction du Niqab à l’université et ordonne à tout professeur de ne pas faire cours et  de quitter immédiatement  la salle si une étudiante en niqab s’y présente …

Pourquoi ces violences dans la Phase I ont encerclé les différentes facultés de lettres ou de Sciences et Humaines et Sociales  ( Sousse, Kairouan, Tunis ) pour s’étendre dans la Phase II à l’institut de Théologie, l’école supérieure de commerce ou de comptabilité, la faculté des lettres de la Manouba ????

Dans toutes mes conférences à Paris, à Madrid, à Montréal et mes articles et interviews en Tunisie , et dans d’autres journaux internationaux ( La Presse du Canada, Jeune Afrique, La Tribune de Genève, La Croix, Al Jazeera News , TV5 ….) j’ai mis en garde contre la duplicité du discours et appelé au respect des règles démocratiques fondé sur l’alternance politique …Aujourd’hui après les déclarations d’intention d’un parti au pouvoir qui suscite la suspicion de ceux qui ne l’ont pas élu, il serait souhaitable qu’un signal fort soit donné et que ces agresseurs soient dénoncés et sanctionnés pour lever toute équivoque.

Rien de plus sacré que le respect de nos libertés fondamentales et individuelles qui sont l’essence même de la démocratie …Mais les libertés entrent dans une trilogie avec les Droits et les Devoirs …Et je ne peux exercer ma liberté au nom de l’Islam , sans le Savoir que je dois acquérir, sans l’autonomie financière qui assure ma liberté de réflexion, d’action et de motivation, sans valeurs ni principes moraux qui me mettent à l’abri de la corruption, et sans une force morale que seuls la science et la culture peuvent consolider …

Pour cela, nous appelons à lutter contre la dictature de l’ignorance car seule l’ignorance (ejahl) peut menacer l’équilibre d’une société ouverte et réfractaire à tout extrémisme …

Les seuls objectifs des étudiants doivent être l’approfondissement de leurs connaissances, l’élévation morale et le respect d’autrui, qu’il s’agisse de leurs camarades ou de leurs professeurs,

Nous dénonçons la volonté d’imposer le niqab dans l’enceinte universitaire non seulement pour une question de pédagogie mais aussi pour une question de séécurité,

Nous appelons les membres du gouvernement de transition à ne pas engager la Tunisie dans une bourrasque politique et sociale dont les conséquences seraient catastrophiques pour la Tunisie   et à surtout à oeuvrer afin de préserver la neutralité et l’autonomie  de l’enceinte universitaire …

 FAÏZA ZOUAOUI SKANDRANI

Présidente de l’Association Egalité et Parité

 Ecrit le 07/10/ 2011, Augmenté et Modifié le 04/11/2011.

Veuillez faire connaître cette pétition au plus grand nombre de personnes possible. En effet, plus il y aura de signatures, plus cette pétition aura l’attention des médias et des décideurs :

NI AGRESSIONS NI NIQAB AU SEIN DE L’ESPACE PUBLIC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s