Quimper : La lutte des travaileurs de Kéolis continue

Ma Ville, 2 janvier 2011 :

Les syndicats veulent déposer un nouveau préavis de grève illimitée à partir du 9 janvier. En attendant, les bus circuleront normalement.

Blocage des bus

Une soixantaine de conducteurs ont bloqué le dépôt des bus, samedi, de 6 h du matin à 16 h. Devant les grilles, les salariés en colère ont fait brûler des palettes et des pneus. Soutenus par l’intersyndicale (CFDT et Unsa), ils protestent contre les conditions de travail.

C’était le quatrième samedi de grève en décembre. Aucun bus n’a donc circulé en ville jusqu’à 17 h. En fin d’après-midi, la direction a mis en place le service minimum sur les lignes 2 et 5. Dimanche, tout est rentré dans l’ordre. Le directeur de la Qub, André Lepers « regrette ce blocage qui pénalise les clients. »

Préavis déposé

Les syndicats déposeront un autre préavis le 6 janvier pour une grève illimitée qui débuterait à partir du lundi 9 janvier. « On passe à la vitesse supérieure, affirme Eric Herpin, délégué CFDT. Avec le directeur, c’est un dialogue de sourds. On continue même si notre volonté est de sortir de ce conflit. » Un mouvement comme celui-là à la Qub, on n’en a pas vu depuis 31 ans, font remarquer les manifestants.

Conditions de travail

À l’origine de la discorde : les conditions de travail de plus en plus difficiles. « Avec le changement de contrat, signé dans le cadre de l’agglomération, les temps de pause ont été raccourcis et la cadence augmentée, ajoute Alain Le Thiec. Au terminus du bus, par exemple, on nous demande de fermer les portes et laisser les gens, sous la pluie. Les mamans avec poussettes et les personnes âgées : vous imaginez ? Ou est le service au client ? » De son côté, la direction affirme que chaque revendication a fait l’objet d’une réponse précise et concrète. Elle regrette que les syndicats aient « claqué la porte et refusé la négociation. »

Retards

Les conducteurs déplorent les retards dus à un mauvais calcul de la durée des trajets. « Actuellement, 70 % des bus sont à l’heure contre 90 % il y a quelques mois, précise un salarié. J’ai fait en voiture le trajet de la ligne 1. J’ai mis 40 minutes alors qu’en bus, on est censé le faire en 35 minutes. Impossible. » Ils regrettent également la détérioration du service Handiqub : « On a élargi la plage horaire de ce mode de déplacement sans moyen supplémentaire. Résultat : il y a des ratés, des handicapés sont oubliés. C’est inadmissible. »

La prime

Les syndicats réclament également une prime de sortie de grève. « Mais la direction a décidé de changer les règles du paiement des jours de grève, plus pénalisante pour les salariés, précise Eric Herpin. Pour nous, c’est une manière de casser le mouvement. C’est aussi une manière de diviser les salariés avant les futures négociations annuelles. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s