Travail obligatoire pour les allocataires du RSA : De la solidarité à l’esclavage

CGT Chômeurs du Morbihan, 18 novembre 2011 :

Cette semaine fut « chargée » socialement :

Mardi Sarkozy a affirmé que l’obligation de travail pour les bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) sera bientôt testée dans plusieurs départements. Selon lui, cette mesure a pour but de leur « redonner de la dignité ».

Mercredi la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot a présenté mercredi les nouveaux contrats de 7 heures destinés aux bénéficiaires du RSA à 11 représentants de conseils généraux volontaires pour expérimenter ce dispositif.

Jeudi le Secours Catholique critique Sarkozy, indique que « Ce discours nous fait mal car nous voyons des gens d’une extraordinaire dignité dans la pauvreté […] le chômeur est un travailleur privé d’emploi, et non un profiteur d’allocations ».

Les départements sensés expérimenter ces « contrats obligatoires de 7 heures » sont les Alpes-Maritimes, la Savoie, la Haute-Savoie, la Vendée, la Manche, le Rhône, le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, la Côte d’Or, la Marne et la Haute-Marne.

SI LES « PENSEURS » LIBÉRAUX VEULENT GAGNER DU TEMPS, NE VAUT-IL MIEUX PAS DIRECTEMENT RÉTABLIR L’ESCLAVAGE ?

L’étape « Service de travail obligatoire » n’est-elle pas un peu timorée ?

Comment expliquer que les conseil généraux créent des emplois de 7 heures aujourd’hui :
– Ces emplois (faire traverser la route aux enfants près des écoles, entretenir les espaces verts…) ne sont-ils pas occupés par d’autres travailleurs ?
– Les personnes licenciées parce qu’on aura donné leur emploi aux travailleurs forcés seront-ils, une fois qu’ils seront au RSA, eux-aussi obliger de travailler 7 heures et de détruire à nouveau des emplois ?
– Que fait-on des 75 milliards d’euros d’aides, d’exonérations aux entreprises françaises sensées « créer de l’emploi » ? Sont-elles réellement utiles (il n’y a jamais eu d’évaluation de tout cet argent dépensé).
– Si il existe des emplois non pourvus en France, ils sont où ?

Nous appelons tous les travailleurs concernés par ces « expérimentations » à contacter leur président de conseil général, afin d’exprimer votre indignation :

Un emploi décent, un salaire décent.
C’est tout ce que les travailleurs veulent.

Nous ne sommes ni des cancers, ni des assistés, ni des fraudeurs.
Nous sommes la France qui se lève tôt et qui exige une – vraie – place dans la société.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s