Rodez : Manifestation des agents des collèges

La Dépêche, 16 novembre 2011 :

Hier à l’appel de la CGT et de la CFDT, une centaine d’agents départementaux des collèges en grève, sont venus manifester leur colère face à la politique d’austérité du conseil général, responsable de la suppression prochaine de 24 postes sur 204.

« Service public, repose en paix », en anglais sur la pancarte, explosion de pétards pour tenter d’effrayer les deux policiers qui barraient l’entrée du conseil général et des gilets multicolores siglés CGT et CFDT. Les « organisateurs » officiels du rassemblement qui a regroupé, hier matin place Charles-de-Gaulle, une centaine d’agents départementaux des collèges grévistes, avaient bien fait les choses.

La foule bigarrée et armée de banderoles a fait passer son message aux badauds comme aux élus sous les fenêtres de l’hôtel du département. «On est venu crier notre colère face à l’annonce par le président Luche de la suppression à l’horizon de la rentrée 2012-2013 d’une vingtaine de postes dans nos effectifs, dénonce Patricia Criado, agent- chef des TOS de la cité scolaire Jean-Jaurès de Saint-Affrique. Rien que dans notre établissement, sept postes seront supprimés sur la prochaine rentrée 2 012.

« Franchement, alors que le nombre d’élèves ne cesse d’augmenter dans les collèges, on ne s’attendait vraiment pas à cette suppression de 24 postes, souligne Hervé Cayzac, secrétaire de la section GGT au département. ni à l’externalisation de certaines tâches d’entretien. La période est aux économies et tous les moyens sont bons : restrictions, recul des acquis sociaux. Le conseil général n’échappe pas à la crise. Des usagers sont lourdement pénalisés par une fiscalité de plus en plus lourde et de moins en moins de services de proximité. »

Pour la CFDT, qui a fait front commun hier, une fois n’est pas coutume avec la CGT, la balle est dans le camp de Jean-Claude Luche. « À la rentrée, c’est le conseil général qui a rompu la concertation», explique Régis Delsol, secrétaire de la section CFDT au département de l’Aveyron. Hier, lors de l’entretien avec Jean-François Galliard, conseiller général en charge du dossier, il a voulu savoir « pourquoi il avait été décidé pour la première fois de réduire les effectifs du personnel du département». Il a aussi demandé «comment Luche peut prétendre rechercher une amélioration des conditions de travail en supprimant des postes sur le terrain?»

Enfin, conclut le syndicaliste, «pourquoi a t-il ciblé le personnel le plus touché par les arrêts de travail, les accidents et les handicaps, par une réduction de plus de 10 % des effectifs ? »

A l’issue de l’entrevue, Hervé Caysac, pour la CGT, a confirmé «le gel des postes à hauteur de 8,5 pour le moment par un conseil général qui ne fera pas marche arrière. Jean-François Galliard nous a confirmé que d’autres postes seraient gelés pour, à terme, atteindre les 24 suppressions voulues dans les 21 collèges de l’Aveyron.»

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s