Lutte des classes ou lutte anti-flics ?

Article paru dans « Communisme-Ouvrier » n°14, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

L’Etat, en dernière analyse, c’est « un groupe d’hommes armés » dont le but est de maintenir l’ordre social existant. La police et l’armée sont aujourd’hui les principaux organes de répression que la bourgeoisie utilise contre la classe ouvrière, pour chasser des grévistes qui occupent leur usine, disperser une manifestation, etc.

Mais dans les périodes de forts affrontements de classe, et d’autant plus en cas de crise révolutionnaire, on assiste à chaque fois à des hésitations, des désertions, des neutralités bienveillantes ou parfois même des ralliements d’une partie des forces de répression.

Lors des manifestations insurrectionnelles à Téhéran de fin 2009, bien des membres des forces de répression ont décidé de se rendre aux manifestants. Fin septembre 2011, des policiers portugais chargés de contenir une manifestation contre l’austérité ont décidé de la rejoindre, et il est vrai qu’ils sont eux-mêmes touchés par les baisses de salaires des fonctionnaires. Le 14 octobre, des militaires portugais ont annoncé qu’ils refuseraient, s’ils en ont l’ordre, de réprimer des mouvements contre l’austérité… voilà quelques éléments récents qui montrent qu’une partie des forces de répression peuvent aussi, à certains moments, ne pas suivre les ordres qui leur sont donnés, voire se retourner contre le régime existant.

Si nous voulons pouvoir renverser l’Etat bourgeois, nous ne devons pas regarder ces phénomènes avec un dédain moral du genre « ça reste des flics » ou « de toute façon c’est des soldats », mais chercher à intervenir dans ces contradictions au sein des forces armées, celles qui opposent par exemple le policier de base et un gouvernement qui baisse son salaire, le soldat, gamin de la classe ouvrière qui s’engage dans l’armée pour échapper au chômage, et les généraux issus de la grande bourgeoisie, etc.

Gagner la neutralité, ou mieux le ralliement, d’une partie des forces répressives aux luttes de la classe ouvrière sera une des conditions de la victoire de la révolution.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s