Luttes sociales au Tchad

Afriquinfos, 29 octobre 2011 :

La grève, entamée à l’appel de l’Union des Syndicats du Tchad (UST) et de la Confédération Libre des Travailleurs du Tchad (CLTT) « a été largement suivie dans tout le pays par les travailleurs », a confié à Xinhua François Djondang, secrétaire général de l’UST.

Le mouvement a paralysé des secteurs vitaux, à l’instar de la santé où le service minimum était maintenu à certains endroits.

Jeudi dernier, après trois jours de cessation de travail, les deux centrales syndicales ont décidé de suspendre leur mouvement. Cette suspension risque d’être de courte durée.

« Si le gouvernement ne satisfait pas à nos revendications, nous entamerons le 2 novembre prochain une grève illimitée », prévient Michel Barka, président de l’UST.

« La suspension de cette grève nous permettra de mieux sauter », ajoute-t-il.

Mardi prochain, une nouvelle assemblée générale à la Bourse du Travail décidera de la conduite à tenir qui, elle, dépend de la seule volonté du gouvernement.

Le 18 octobre 2011, le Président de la République Idriss Déby Itno a promulgué un décret qui approuve et rend exécutoire les grilles salariales consécutives au relèvement du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) et du Salaire Minimum Agricole Garanti (SMAG) dans le secteur privé. Le SMIG en cours dans le secteur public est de 55.995 francs CFA.

« C’est une bonne chose que le gouvernement relève le salaire minimum dans le privé, mais il devra de même pour le secteur public », plaide François Djondang.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s