Archives quotidiennes : 26/10/2011

Nespression contre les travailleurs en Indonésie et au Pakistan

UITA – Fédération des travailleurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’hôtellerie du monde entier, 26 octobre 2011

Les pressions de la direction sur les travailleurs/euses et leurs syndicats se poursuivent chez Nestlé, le plus grand groupe alimentaire mondial.

Indonésie :

La direction de l’usine Nescafé de Panjang a licencié 53 des 87 membres de notre affiliée SBNIP (on leur a en fait remis une « lettre de démission ») après que le syndicat a organisé une grève pour appuyer ses demandes de négociations collectives. Cette grève était le résultat prévisible de cinq années de profonde frustration.

Le 31 mars de cette année, SBNIP et la direction locale de Nestlé ont signé un accord (paraphé par l’UITA et la direction générale de Nestlé le 28 mars) qui permettait enfin au SBNIP de négocier une convention collective au nom des travailleurs/euses de l’usine de Panjang, y compris la négociation des salaires, ce que la direction de Nestlé refusait avec insistance depuis plusieurs années.

Lire la suite

Publicités

Algérie : 17 jours de grève à la laiterie de Drâa Ben Khedda

Tout sur l’Algérie, 26 octobre 2011 :

Les travailleurs de la laiterie de Drâa Ben Khedda, en grève depuis 17 jours, ont observé ce mercredi 26 octobre un sit‑in de protestation devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou pour demander aux autorités locales d’intervenir afin de mettre fin à leur calvaire. Ils étaient plus d’une centaine de travailleurs de cette ex‑entreprise publique privatisée depuis 2008 à prendre part à cette action de protestation pour exiger une commission d’enquête sur la situation de l’entreprise.

« Nous voulons une commission d’enquête », « cessez les harcèlements », « l’IGF à la laiterie », ont scandé les protestataires qui disent avoir été menacés de licenciement s’ils ne mettent pas fin à leur mouvement de grève. Une délégation des travailleurs de l’ex‑ONALAIT a été reçue par le wali en fin de matinée mais rien n’a filtré sur la teneur des discussions entre les deux parties. Toutefois, selon certaines sources, le wali aurait mis en demeure le propriétaire privé de l’entreprise de reprendre l’activité et d’entamer des négociations sérieuses avec les travailleurs faute de quoi des mesures seront prises.

Lire la suite

Violences policières à Oakland

Le 25 octobre, une manifestation contre les conséquences de la crise sur la population américaine est réprimée à coup de gaz lacrymogènes à Oakland (Californie, Etats-Unis). A noter que pendant la manifestation des slogans appelant au renversement du régime ont été scandés en arabe comme  » الشعب يريد إسقاط النظام‎ » (« Al Sha3b yorid isqat el nizam », slogan des révolutions de Tunisie et d’Egypte qui signifie « le peuple veut renverser le régime »).

Lire la suite

Grève chez Cora à Coudekerque-Branche

Le Phare Dunkerquois, 26 octobre 2011

Les salariés de l’hypermarché Cora de Coudekerque-Branche ont observé un mouvement de grève à l’appel de la CGT dans la matinée du 26 octobre.

Très suivi, le mouvement d’humeur a débuté dès la mise en rayon, à 5 heures du matin, pour se poursuivre devant l’entrée du centre commercial ou une distribution de tract a été opérée. Les grévistes dénoncent les salaires trop bas, le recours trop fréquent aux emplois précaires, et réclament une valorisation plus nette de leur ancienneté. « J’ai 24 ans de boîte et je touche 1 100 euros par mois. Même en bénéficiant comme tout salarié des 5% de remise sur les courses faites dans le magasin, je n’ai plus les moyens d’acheter chez Cora. La direction nous dit de ne pas aller chez les discount, mais comment veut-elle qu’on fasse ? », confiait sur place un employé en colère. « Les négociations annuelles n’ont rien donné. On nous dit toujours que c’est la crise », peste le délégué syndical Thomas Faretie. « Les salariés qui partent sont remplacés par des contrats de professionnalisation à salaire discount. Ils servent à remplacer le personnel qui fuit la société. Ces salariés doivent être embauchés et payés à un salaire normal pour leur permettre de vivre. »

Lire la suite

Des centaines de femmes Yéménites brûlent leur voile en signe de protestation.

Nouvel Obs’,  26-10-2011:

SANAA (AP) — Des centaines de femmes yéménites ont fait brûler mercredi leur voile et leurs vêtements noirs (makrama) dans une grande artère de Sanaa pour protester contre la répression brutale contre le soulèvement populaire. Cet acte de brûler ses vêtements se réfère à une tradition bédouine, qui signifie qu’on en appelle à l’aide des hommes de la tribu.

Les femmes ont fait une pile de leurs vêtements noirs et l’ont enflammée, au cri de « qui protègent les femmes yéménites des crimes des voyous? ». Elles ont distribué des tracts appelant à l’aide et à leur protection: « ceci est un appel des femmes libres du Yémen, ici nous brûlons nos makrama aux yeux du monde pour témoigner des massacres sanglants perpétrés par le tyran Saleh ».

Un groupe de femmes soutenant le président yéménite, au pouvoir depuis plus de 30 ans, se sont rendus au bureau de l’ONU, pour dénoncer la pression internationale exercée sur Saleh pour qu’il se retire.

Les femmes ont joué un grand rôle depuis le début du soulèvement, le prix Nobel de la Paix a d’ailleurs été décerné notamment à une militante des droits de l’homme yéménite Tawakkul Karman.

Lire la suite

Lutte des travailleurs de Quo Vadis à Carquefou

Ma Ville, 26 octobre 2011 :

Les 130 salariés grévistes ont reconduit leur mouvement et organisé un sit-in, hier, dans l’entreprise d’agendas.

Hier, sur le site de la société Quo Vadis, à Carquefou, les débats se sont cristallisés autour de la signature d’accords salariaux. Les 130 grévistes ont décidé de reconduire leur mouvement après un nouveau refus du président de l’entreprise, Jérôme Nusse, d’officialiser par écrit ses promesses de lundi.

« Nous n’étions pas dans une réunion de négociations, simplement en discussion, explique Philippe Palou, le directeur des ressources humaines. Mais nous sommes une entreprise familiale, quand le président donne sa parole, il la respecte. » Les grévistes, eux, ont préféré durcir leur action pour être certains d’être écoutés.

Lire la suite

Narbonne : Journée d’action à la Comurhex

La Dépêche, 26 octobre 2011 :

Dans quelques jours, la production de l’usine de transformation d’uranium Comurhex sera suspendue jusqu’à fin décembre par Areva. Raison invoquée, la baisse des demandes des centrales nucléaires du Japon depuis la catastrophe de Fukushima. Ce qui inquiète les syndicats, c’est que la direction « leur ait caché la vérité sur ce dossier ». Un document du 19 mai prévoyait déjà cette cessation de production de deux mois alors qu’elle n’a été annoncée qu’en septembre.

Durant ces deux prochains mois, les salariés de Comurhex devront solder leurs congés et seront employés à des tâches supplétives et à des formations. Le fait de solder leurs congés revient pour les salariés à ne plus en avoir en 2012.

Lire la suite