Archives quotidiennes : 19/10/2011

Lutte et répression à Mayotte

AFP, 19 octobre 2011 :

Un manifestant de 39 ans est mort mercredi à Mamoudzou, préfecture de Mayotte, apparemment d’un malaise cardiaque, a annoncé à l’AFP le préfet de cette île française de l’Océan indien en proie à des troubles sociaux depuis plus de trois semaines.

Ce manifestant a été relevé par les secours qui ont tenté en vain de le ranimer après une échauffourée entre protestataires et policiers en plein centre de la ville, a précisé le préfet. Il ne présentait, selon les médecins que le préfet a interrogés, aucune trace d’impact de grenade lacrymogène ou de flashball.

Un autre manifestant a été atteint par un tir de flashball et hospitalisé. Ses jours ne sont pas en danger, a affirmé le préfet.

Lire la suite

Publicités

Vidéos : Grève générale contre l’austérité en Grèce

Vidéos des manifestations le 19 octobre en Grèce, premier jour d’une grève générale de 48 heures contre les mesures d’austérité.

Images de la manifestation à Athènes

Lire la suite

Grève générale en Grèce

Au premier jour d’une grève générale de 48 heures, la dépêche AP du 19 octobre indique au moins 100.000 personnes manifestants à Athènes et 15.000 à Thessalonique. L’AFP annonce que « plus de 125.000 personnes selon la police ont défilé dans les rues des grandes villes grecques pour protester contre un nouveau train d’austérité imposé par le gouvernement. »

Athènes : Le parlement encerclé par les travailleurs

Selon AP : « Tous les secteurs, des dentistes aux avocats en passant par les enseignants, ont décidé d’arrêter le travail (…) Les avions étaient restés cloués au sol dans la matinée mais certains ont redécollé dans l’après-midi, les contrôleurs aériens ayant ramené à 12 heures au lieu de 48 la durée de leur mouvement. Des dizaines de vols intérieurs et internationaux étaient cependant encore annulés. Les ferries sont restés à quai tandis que les transports publics étaient perturbés même si bus, métro et tramway ont fonctionné à Athènes pour faciliter les déplacements des manifestants. » Selon l’AFP, « Transports, écoles, musées et secteur public étaient paralysés, mais aussi commerces, taxis et entreprises privées dans le cadre de la cinquième grève générale en Grèce depuis le début de l’année. »

Lire la suite

Brest : La lutte des salariés de Pôle Emploi

Le Télégramme, 19 octobre 2011 :

Hier, les grévistes de Pôle emploi, à Brest, ont décidé de poursuivre leur mouvement. Certains avaient la ferme intention de passer la nuit dans les locaux du site Brest Iroise.

Le mouvement de grève se poursuit à Pôle emploi dans plusieurs sites de la région Bretagne. Réunis lundi à Brest, où ils ont été reçus à la mairie, les grévistes, rejoints cette fois par ceux de Morlaix, Carhaix, Quimper et Douarnenez, ont été reçus, hier, à la sous-préfecture vers 9h30, pour notamment réclamer une rencontre avec la direction régionale. Les manifestants se sont ensuite réunis sur le site de Brest Iroise, qu’ils ont bloqué toute la fin de journée, une délégation ayant la ferme intention d’y passer la nuit.

Lire la suite

La grève continue chez Ipsos

Ma Ville, 19 octobre 2011 :

Le bras de fer continue entre les salariés et les dirigeants de l’institut Ipsos. La grève, qui en est à son treizième jour, est suivie par 90 % des salariés et vacataires des sites de Plérin, Bordeaux et Paris. La rencontre organisée lundi à Paris n’a pas débloqué le conflit, qui porte sur le montant de la prime de partage des profits, fixée dans un premier temps par la direction à 24 € par salarié. « On nous propose aujourd’hui une prime de 300 € pour un permanent et de 100 à 150 € par vacataire, et le paiement des jours de grève uniquement pour les permanents, explique François Le Page, délégué du personnel à Plérin. Nous exigeons 300 € et le paiement des jours de grève pour tous. »

Ipsos France emploie 600 permanents et 600 vacataires rétribués à la mission. À Plérin, plus grosse plateforme téléphonique du groupe, la plupart des employés sont des vacataires. La grève illimitée est reconduite jusqu’à ce soir, où un nouveau vote décidera de la suite. Les grévistes ont créé une caisse de solidarité. Les promesses de dons peuvent être faites à l’adresse ipsosengreve@gmail.com

Inde : Lutte et répression dans les usines Suzuki de Manesar

FIOM (Fédération Internationale des Organisations de travailleurs de la Métallurgie), 12 octobre 2011 :

Inde : Une fois de plus, les salariés de Maruti Suzuki à Manesar se sont mis en grève, le 7 octobre, à partir de 16 heures, pour exiger la réintégration du personnel contractuel. La grève a été provoquée par la poursuite du lock-out de l’entreprise et par les agressions des hommes de main embauchés par l’entreprise pour s’attaquer au personnel contractuel. Un coup de feu a été tiré le 9 octobre.

Le 30 septembre, un accord a été conclu entre Maruti Suzuki et les grévistes. Les travailleurs ont accepté de reprendre le travail et la direction a accepté de son côté à ne pas se livrer à des actes de vengeance envers les salariés. Les parties ont également convenu de régler leurs différends par la négociation et de respecter les droits fondamentaux de chacune des parties.

Lire la suite