Grèce : Le ton monte entre le gouvernement et les travailleurs

Radio Canada, 14 octobre 2011 :

Le gouvernement grec a appelé vendredi les syndicats à faire preuve « de sens commun » et menacé de sanctionner les protestataires, après des journées de mobilisation et en prélude à une grève générale de 48 heures la semaine prochaine contre les mesures d’austérité.

Des employés du ministère grec des Finances manifestent devant les bureaux du ministère à Athènes, le 14 octobre.

« Certains jouent avec le feu, avec l’avenir et la perspective du peuple grec, car ils ne comprennent pas ou car, encore pire, ils comprennent, et ils sacrifient le sens commun aux intérêts syndicaux ou partisans », a lancé le ministre des Finances, Evangélos Vénizélos.

Il intervenait dans le débat parlementaire sur les nouvelles mesures d’austérité destinées à sécuriser l’aide financière européenne et essayer d’éviter un défaut de paiement désordonné du pays.

Toutefois, le mécontentement prend de l’ampleur, surtout dans la fonction publique et le secteur parapublic avec l’occupation de ministères par des fonctionnaires frappés par de nouvelles coupes salariales.

Pour le deuxième jour consécutif, Athènes a été privée vendredi de transport en commun, tandis que les taxis étaient en grève pour 24 heures contre la dérégulation en cours de leur métier, ce qui a provoqué un chaos de circulation dans les rues. Les éboueurs sont également en grève depuis dix jours, provoquant l’accumulation de milliers de tonnes d’ordures dans les rues d’Athènes.

Le gouvernement menace d’intervenir

Le porte-parole du gouvernement, Ilias Mossialos, a quant à lui annoncé que les occupations seront désormais assimilées à des « grèves illégales et abusives », exposant ceux qui y participent à des coupes salariales « à compter du début des occupations ».

Le ministre de l’Intérieur, Haris Kastanidis, a pour sa part appelé les éboueurs à reprendre le travail, sous peine d’appel à des entreprises privées et d’interventions policières.

Si le gouvernement va à l’épreuve de force, « le sang coulera », a riposté Vassilis Polymeropoulos, représentant syndical des éboueurs.

Des manifestations ont lieu depuis des mois en Grèce, en réaction à l’adoption par le gouvernement de plans d’austérité qui prévoient la privatisation de plusieurs sociétés d’État, des hausses d’impôt et des coupes dans les emplois, les salaires et les retraites.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s